Icon Sport

Cros : "Construire sur cette solidarité défensive"

Cros : "Construire sur cette solidarité défensive"

Le 19/08/2019 à 15:00Mis à jour Le 19/08/2019 à 15:28

XV DE FRANCE - Excellent à Nice face à l'Écosse pour sa première apparition sur la scène internationale, le flanker toulousain François Cros espère que son équipe va pouvoir construire sur la belle solidarité défensive observée à l'Allianz Riviera samedi soir.

Rugbyrama : Vous lancez votre carrière internationale par une victoire, que ressentez-vous ?

François Cros : Je suis content d'avoir fêté ma première sélection sur une belle performance collective. C'est ce qui est le plus important, bien au delà de ma performance individuelle. Il y a pas mal de choses à travailler, mais nous avons montré un beau visage notamment avec une belle prestation défensive. C'est ce qu'il faut retenir et qui est important pour la suite.

Les Bleus ont fait montre de beaucoup d'altruisme, avec des situations offensives souvent bien gérées. Le staff avait beaucoup insisté sur cet aspect ?

F.C. : Ils ont planté un cadre dans lequel on essaye de s'exprimer le mieux possible. Pour ce premier match, la confiance venue de notre défense nous a permis de nous libérer offensivement. On a tenté des coups et c'est très bien. Il faudra garder cette dernière pour les matchs à venir, voire jusqu'au Japon.

Quel regard avez-vous porté sur la complémentarité de la troisième ligne ?

F.C. : J'aurais du mal à vous répondre à chaud, mais il me semble qu'elle a été à l'image de l'équipe : collectivement, nous nous sommes bien trouvés. Ce n'est que le premier match, mais le bilan est positif ce soir et c'est de bon augure pour la suite.

Comment avez-vous fait pour vous trouver alors que vous n'avez pas d'automatismes en club ?

F.C. : C'était une première page, nous n'avions pas de repère mais nous ne nous sommes pas pris la tête par rapport à cela. Il y avait un plan de jeu, on a voulu le respecter et cela s'est bien passé.

Vous avez été décisif sur l'essai de Maxime Médard en fin de match...

F.C. : Camille Lopez joue super bien le coup et me met dans l'intervalle. Ensuite je savais qu'Antoine (Dupont, ndlr.) allait sortir de quelque part puisqu'il le fait toujours en club ! Ce fut le cas, et il m'a bien appelé à mon intérieur. Je n'ai pas vu la suite car j'ai été plaqué mais j'étais très heureux de voir Maxime plonger dans l'en-but.

Quel crédit donnez-vous à cette victoire sachant qu'il manquait de nombreux cadres écossais ?

F.C. : Il manquait des joueurs en face, oui et ce n'est qu'un match de préparation. On ne va donc pas s'enflammer, mais il nous allons tout de même retenir notre prestation. De toute façon, nous savions que nous allions être davantage jugé sur celle-ci que sur notre adversaire. Ce soir, le contenu montre que nous avons avancé par rapport à ce que nous travaillons à l'entraînement.

On craignait vous voir souffrir à l'heure de jeu en raison de la lourde préparation physique, qu'en fut-il ?

F.C. : Nous avons forcément fini la rencontre avec des crampes et la fin de match fut difficile. Mais encore une fois, tout le monde a souffert mais personnes n'a lâché. Et puis nous sommes encore en phase de préparation : cela ne sert à rien d'être prêt maintenant, nous devrons être prêts au Japon. Le préparateur physique nous avait prévenu que nous ne serions pas dans des conditions optimales de toute façon.

On ne sent pas votre statut de réserviste dans votre discours, ni dans celui du staff...

F.C. : On est un groupe de 37, et on a pas besoin de se polluer l'esprit avec le fait de savoir qui est réserviste ou qui ne l'est pas. Dans quel temps, on aura un groupe de 31 et tout le monde bosse très dur pour y être. À la fin, six d'entre nous rentrerons à la maison. Si cela m'arrive, je ne serai pas déçu car j'ai déjà eu la chance de vivre une saison exceptionnelle. Si l'on m'avait dit que je me retrouverais ici il y a quelques mois, j'aurais signé de suite. Je vis pleinement la chose, j'apporte tout ce que je peux à l'équipe. Si j'y suis, tant mieux et si je n'y suis pas je serai le premier supporter des Bleus. Pour le moment, on se "viande" (sic) tous les uns pour les autres sans se préoccuper de savoir qui y sera ou pas. Les 31 heureux élus iront au Japon pour les six qui rentreront à la maison et les autres que nous avons laissé en route malheureusement.

Physiquement, comment vous sentez-vous ?

F.C. : Je traîne un peu mon mollet depuis la semaine dernière. Les kinés ont très bien travaillé dessus et cela m'a permis de tenir 80 minutes. Là, il tire un peu mais on va voir comment cela évolue dans la semaine.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0