Icon Sport

Des Bleus à l’âme

Des Bleus à l’âme
Par Leo Faure via Midi Olympique

Le 21/03/2019 à 18:50Mis à jour Le 21/03/2019 à 18:59

XV DE FRANCE - Flingués par un Tournoi encore décevant pour le XV de France et en première ligne de toutes les polémiques à l’encontre du staff, les Clermontois retrouvent leur club. Pris entre soulagement et esprit de revanche.

Clermont ne découvre plus ces périodes de sinistrose post-Tournoi. Pas plus que Franck Azéma, qui dirige le groupe professionnel depuis 2014 après avoir œuvré auprès de Vern Cotter (et des lignes arrières) pendant quatre années (2010). à quelque chose près, c’est la période à partir de laquelle le XV de France a entamé son chemin de croix, de déceptions en humiliations, seulement rythmé d’exploits ponctuels qui n’enrayent plus la lente descente en deuxième division des Bleus.

En 2019, la pilule fut plus dure encore à avaler pour la colonie internationale de Clermont : non seulement le Tournoi fut un (nouvel) échec mais, cette fois, les joueurs de l’ASMCA ont été largement tenus pour responsables des faillites tricolores. Chacun leur tour, individuellement, là où une analyse un tant soit peu sérieuse aurait conclu à un grand vide collectif.

Sébastien Vahaamahina, donc, s’est retrouvé piégé au cœur d’une première polémique dès la rencontre inaugurale face au pays de Galles. Une passe interceptée qui scellait le succès gallois et, surtout, un capitanat en fin de match dont il confiait tout ignorer. "Non, je n’avais jamais été capitaine de ma vie. Non, je n’avais pas été prévenu pendant la semaine que cela pourrait arriver ce week-end. Je n’ai d’ailleurs pas été prévenu pendant le match. C’est l’arbitre, Wayne Barnes, qui est venu me voir pour me prévenir que j’étais le capitaine et que je devais lui communiquer mes décisions." Une pierre dans le jardin du staff qui lui a d’abord maintenu sa confiance, avant de l’envoyer hors du groupe pour finir le Tournoi en Italie.

Tournoi des 6 Nations 2019 - Sébastien Vahaamahina (France) contre le Pays de Galles

Tournoi des 6 Nations 2019 - Sébastien Vahaamahina (France) contre le Pays de GallesIcon Sport

Grand gagnant de ce premier match, Iturria a fini sur le banc, à Rome. Fofana, blessé à deux reprises, revient en Auvergne sans certitude sur sa participation à la future Coupe du monde et, donc, sur son opportunité de porter à nouveau le maillot bleu (il a déjà annoncé sa retraite internationale après le Mondial japonais).

Tout en haut de l’échelle des fusillés bleus, on trouve Parra et Lopez, qui ont payé immédiatement leur mauvais match de Twickenham et, plus encore, leurs sorties médiatiques en disparaissant du groupe. Parra, depuis, n’a plus revu Marcoussis. Lopez est seulement revenu en Italie, pour entrer en jeu à quatre secondes de la sirène, avec la polémique que l’on sait et une sainte colère qu’il a ramenée dans ses valises jusqu’en Auvergne. Azéma prend sa défense. "Camille est un compétiteur et sa situation l’a frustré. Mais il n’a manqué de respect à personne, il faut arrêter de tout exagérer. C’est simplement un joueur qui a du caractère. À son poste de leader de jeu, moi, ça me va bien."

Quel impact sur la fin de saison ?

Le problème n’est pas seulement celui du XV de France. Par effet domino, il devient celui de Clermont avec cinq joueurs cadres du vestiaire au mieux revanchards, au pire plombés par ce Tournoi. Cinq plaques de plomb sous la selle du canasson auvergnat, qui entame pourtant la dernière ligne droite en position de premier outsider de la machine toulousaine. Comment en minimiser l’impact ? Par le terrain, assure l’entraîneur des Auvergnats Franck Azéma : "Nous avons pris le temps de débriefer avec chacun ce Tournoi, comme à chaque fois. Mais ensuite, très vite, nous avons basculé vers le terrain. Notre équipe, notre collectif passent avant leur cas individuel. De toute façon, cette situation en équipe de France, qu’est-ce qu’on peut y faire ? Ce qu’il s’y est passé, on ne va pas en parler pendant quinze jours, ça ne servirait à rien. Le club a joué le jeu pendant tout le Tournoi en laissant les joueurs dans les meilleures dispositions possible pour le XV de France. Désormais, le club reprend ses droits et on se tourne vers notre fin de saison. Nous sommes en bonne position pour nous qualifier en Top 14. Nous avons un quart de finale de Challenge Cup à préparer. Cela suffit à mobiliser tous les joueurs".

Et à éteindre leur sentiment d’injustice ? "Cette semaine, j’ai vu énormément de sourires à l’entraînement et beaucoup d’enthousiasme sur le terrain. Les mecs ont l’air contents d’être revenus en club." Ils seront d’ailleurs tous titulaires, ce samedi à Agen (exception faite de Fofana, toujours en délicatesse avec ses ischio-jambiers). Il pourrait flotter sur Armandie comme un air de soulagement.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0