Icon Sport

Brunel a-t-il toujours la main ?

Brunel a-t-il toujours la main ?
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 28/05/2019 à 18:48Mis à jour Le 28/05/2019 à 18:56

XV DE FRANCE - D'une certaine manière, l'arrivée de Laurent Labit au chevet du XV de France est une bonne nouvelle, tant les qualités du technicien francilien sont unanimement reconnues. Malgrè tout, cette annonce renforce l'idée que Jacques Brunel n'est plus vraiment le patron...

C'est par un simple "tweet", une brave fulgurance numérique, que Serge Simon, le bien-aimé vice-président en charge des équipes de France, a annoncé cet après-midi que finalement, Laurent Labit rejoindrait le XV de France dès le 1 er juillet, signifiant ainsi que le co-entraîneur du Racing 92 ferait partie du staff tricolore au Japon. Tout à coup, le staff de Jacques Brunel a donc ressemblé à s'y méprendre à celui de Fabien Galthié pour le Mondial 2023 et, par ricochets, les esprits tordus dont nous faisons évidemment partie se sont posé cette question: Jacques Brunel a-t-il la toujours la main sur l'équipe de France ?

La réponse est évidemment négative, tant le successeur de Guy Novès avale des couleuvres sans élever la voix ou presque, depuis la fin du Tournoi des 6 Nations. Il ne voulait pas de Galthié au Japon ? Il l'a eu. Il aurait voulu poursuivre avec les préparateurs physiques en place, Robin Ladauge et Julien Deloire ? A la place, il a eu le Toulonnais Thibault Giroud, un homme de Galthié. Il voulait in fine protéger Jean-Baptiste Elissalde ? Eh bien Laurent Labit, un autre proche de Galthié, arrive au chevet des Bleus dans un rôle qui écrasera nécessairement celui de "JBE"...

Alors, les qualités de ces hommes-là ne sont pas en cause: Galthié, Giroud et Labit sont des pontes en leur domaine. Ce qui agace, en revanche, c'est la façon de faire, cette manière à peine dissimulée de nous prendre des cons, assurant via moults salamalecs que Jacques Brunel reste seul maître quand celui-ci ne fait plus qu'exécuter ce que la présidence lui susurre à l'oreille, du retour en Bleu de Mathieu Bastareaud au repositionnement d'Arthur Iturria en troisième ligne en passant, aujourd'hui, par la prise de pouvoir pure et simple du staff de Fabien Galthié.

Bernard Laporte et Serge Simon lors de la visite de l'usine de fabrication du nouveau maillot de l'équipe de France

Bernard Laporte et Serge Simon lors de la visite de l'usine de fabrication du nouveau maillot de l'équipe de FranceIcon Sport

Vous nous direz à juste raison que Serge Simon et Bernard Laporte ne sont pas les premiers "dirigeants-sélectionneurs" du rugby français. Après tout, Albert Ferrasse et Guy Basquet s'étaient en leur temps essayé (et pas que...) à l'exercice. Pour autant, on ne peut que regretter que la souveraineté de Jacques Brunel soit aujourd'hui brouillée, bafouée, piétinée, à tel point qu'à quatre mois du Mondial, on ne sait toujours pas qui de lui, Galthié ou Laporte est le vrai patron de ce XV de France en souffrance, la figure d'autorité que représentent, en leurs royaumes, les Gatland, Schmidt, Hansen ou Jones du rugby qui gagne...

Contenus sponsorisés