Icon Sport

Dulin : "C’est bizarre, je suis le plus vieux"

Dulin : "C’est bizarre, je suis le plus vieux"
Par Rugbyrama

Le 10/02/2021 à 10:02Mis à jour Le 10/02/2021 à 10:23

XV DE FRANCE - Après la victoire face à l’Italie, à Rome, Brice Dulin était en conférence de presse, hier, pour évoquer le prochain match face à l’Irlande, sa place d’ancien dans ce jeune groupe du XV de France, avec quelques louanges pour son demi de mêlée, Antoine Dupont.

Quelles sont les raisons qui poussent à croire que vous pouvez réaliser une bonne performance en Irlande ?

Dans l’évolution d’un groupe, après le tournoi 2020, c’est dans les rendez-vous comme cela qu’un groupe peut passer des paliers supplémentaires. Sachant que leur premier match doit leur rester en travers, ils vont vouloir réagir de la meilleure des manières, surtout chez eux. Ça peut nous permettre d’améliorer la confiance engrangée ces dernières semaines et derniers mois. Réaliser un grand match là-bas ne serait que positif, il faudra mettre les bons ingrédients pour y arriver.

Est-ce que tu as un rôle dans ce groupe du XV de France de par ton expérience ?

Non je n’ai aucun rôle particulier. Chaque joueur possède son propre vécu. Derrière je suis le plus vieux maintenant c’est bizarre (rires). C’est surtout un échange qui se fait quotidiennement mais il n’a jamais été question d’ancien ou de jeune, c’est une question d’échange et de confiance entre nous. Personnellement, je rejoins ce groupe qui est en pleine confiance et qui a créé plein de belles choses. C’est encore plus facile d’arriver avec une équipe qui gagne. Je prends du plaisir mais il y a toujours quelques petits réglages à faire remonter et notamment échanger avec ceux de devant pour s’ajuster pendant les matchs.

Antoine Dupont est toujours au soutien intérieur…

Ce qui est étonnant c’est sa régularité. Il est toujours constant, il crée des actions à lui tout seul où il désorganise les défenses adverses. Nous, on s’adapte à son jeu, c’est très bénéfique ce qui se passe autour de lui.

Vous en êtes jaloux (rires) ?

J’ai l’habitude de ne pas être au bon endroit au bon moment (sourires). Ce qui fait la différence c’est son anticipation et sa vision du jeu. Il est en pleine confiance et physiquement au top. Toujours être au bon endroit ce n’est pas de la réussite, c’est du travail. Puis si Antoine se retrouve dans ces situations-là, c’est que les autres joueurs les créent et c’est génial.

Contenus sponsorisés