Icon Sport

Les Bleus et les Lions britanniques pour une « mini Coupe du monde » cet été en Australie ?

Les Bleus et les Lions britanniques pour une « mini Coupe du monde » cet été en Australie ?

Le 16/01/2021 à 18:08

Le président de l'ARU (fédération australienne de rugby) a lancé, ce samedi, l'idée d'organiser une « mini Coupe du monde » sur son sol cet été. Avec du beau monde au programme : les Wallabies, les Springboks champions du monde, les Lions britanniques et Irlandais et l'équipe de France.

En cette période de Covid-19 persistante, le calendrier du rugby mondial est plus que jamais dans l'incertitude. A court terme, la tenue du prochain Tournoi des 6 nations, qui doit s'ouvrir dans tout juste 3 semaines (6 février) reste soumise à de nombreuses interrogations.

Un peu plus loin, c'est le sort des tournées d'été qui interroge. Si bien que Hamish McLennan, président de l'ARU (fédération australienne), vient de lancer cette idée dans les colonnes du Financial Times: organiser une "mini Coupe du monde" sur le sol australien. « Nous aurons déjà les Français qui viendront en juillet. Si quelqu'un d'autre veut venir, ce sera super ! En Australie, nous avons une forte population de Britanniques et d'Irlandais. Il y a également beaucoup de Sud-africains. Nous sommes ouverts à l'idée de créer une nouvelle compétition, pour permettre au calendrier international de se poursuivre. »

Tout sauf saugrenue, dans un rugby mondial qui cherche à se réinventer face aux dégâts laissés par la Covid-19, l'idée a effectivement de quoi séduire. Sportivement, ce serait la garantie d'un plateau de très haut niveau avec l'Afrique du sud championne du monde, le XV de France, l'Australie et, pour la notion d'exceptionnalité, la présence si rare des Lions.

L'ombre de CVC plane encore sur ce projet de compétition

Financièrement, un tel tournoi aurait aussi de quoi attiser les intérêts des investisseurs. McLennan assure d'ailleurs que des discussions ont déjà été entamées en ce sens. Comme souvent ces dernières semaines, on voit apparaître le nom des fonds d'investissement CVC (qui investit massivement dans le rugby européen et devrait bientôt entrer au capital du Tournoi des 6 nations) et Silver Lake (en passe d'investir dans les droits commerciaux de la marque All Blacks). « J'ai effectivement eu l'occasion d'échanger à ce sujet avec des dirigeants haut placés de CVC, Silver Lake mais aussi d'autres fonds d'investissement. Ces discussions furent très constructives. »

Il ne s'agit encore que de projets et de discussions. Pour l'heure, l'équipe de France a trois confrontations avec les Wallabies au programme, sur le sol australien (3, 10 et 17 juillet). Ces rencontres ne semblent pas directement menacées, l'Australie comptant parmi les pays où la propagation de la Covid-19 reste sous contrôle. C'est d'ailleurs sur le sol australien que s'était tenu, à l'automne, le Rubgy Championship avec l'Argentine, la Nouvelle-Zélande et les Wallabies placés dans des bulles sanitaires et confinés dans leur hôtel.

Beaucoup plus hypothétique, la tournée des Lions britanniques en Afrique du sud, où le virus sévit très fortement et l'apparition d'un « mutant », possiblement plus contagieux et plus létale. Côté anglo-saxon, la menace qui pèse sur cette tournée de légende, sur les terres des Springboks champions du monde en titre, est plus que jamais prise au sérieux. Et des plans de repli sont déjà évoqués : l'idée d'organiser les matchs des Lions sur le sol britannique a récemment reçu de nombreux soutiens. A moins que ce soi l'Australie, donc...

Contenus sponsorisés