Icon Sport

Test Match - Rémy Grosso (France) : "La fraîcheur est un avantage"

Grosso : "La fraîcheur est un avantage"

Le 05/06/2018 à 09:18Mis à jour Le 05/06/2018 à 11:02

Appelé au cours du dernier Tournoi des 6 Nations, l'ailier clermontois Rémy Grosso vit sa première tournée avec l'équipe de France. C'est aussi la première fois qu'il va affronter les All Blacks.

Rugbyrama : Vous allez affronter pour la première de votre carrière la Nouvelle-Zélande, est-ce l'excitation ou l'appréhension qui prime ?

Rémy Grosso : Beaucoup d'excitation car c'est une tournée avec l'équipe de France et c'est toujours très important dans une carrière, peu importe où c'est. C'est vrai que c'est toujours un peu plus spécial de venir en Nouvelle-Zélande, car c'est l'équipe qui domine le rugby depuis de nombreuses années. Donc, j'en viens à l'appréhension car on sait que l'on va jouer trois gros tests face à une équipe qui va nous recevoir avec beaucoup d'envie et d'ambition.

C'est aussi votre première tournée, est-ce cela ressemble à ce que vous imaginiez ?

R.G. : C'est déjà un long voyage. Je n'étais pas habitué à faire autant d'heures de vol. J'avais connu un peu l'ambiance de la Coupe du monde avec la vie de groupe pendant un certain temps. Le fait d'être loin de chez soi ça rapproche un peu. On passe des bons moments ensemble pour le moment. C'est très bien.

Remy Grosso - France

Remy Grosso - FranceIcon Sport

Est-ce un aboutissement de jouer en Nouvelle-Zélande ?

R.G. : Ce n'est pas un aboutissement, car le but ce n'est pas seulement de se poser en Nouvelle-Zélande. Mais je pense qu'un match en Nouvelle-Zélande laisse des traces, aussi bien physiques que mentales. C'est le pays du rugby. C'est une chance de pouvoir défier les Blacks chez eux et je serai très content de le raconter plus tard à mes petits enfants. Je ne prends pas ces matchs comme une fin en soi mais c'est quelque chose dont je suis très fier. Après je n'espère pas leur raconter que c'était une tournée cauchemardesque (rires).

Vous n'avez pas joué plus joué depuis un mois, est-ce un avantage ou un inconvénient ?

R.G. : Sur le plan physique, la fraîcheur est un avantage. Je ne sais pas si j'aurais pu jouer face aux Blacks la semaine après notre dernier match face à Toulouse. On a eu le temps de s'occuper des petits bobos et de se préparer et d’évacuer mentalement une saison un peu compliquée. Donc c'est pour moi un avantage. Après, au niveau du rythme, nous avons essayer de retrouver les sensations depuis notre arrivée en Nouvelle-Zélande lors des entraînements collectifs. Mais on s'est pas arrêté il y a très longtemps donc je pense que c'est un avantage.

Remy Grosso - France

Remy Grosso - FranceIcon Sport

Comment battre cette équipe des All Blacks ?

R.G. : Tout d'abords en répondant présents dans l'agressivité physique car c'est une équipe capable de se déplacer mais aussi de taper très fort. En rivalisant en conquête et en s'appuyant sur la même défense que pendant le tournoi, on pourra déjà peut-être les inquiéter. Après il faudra jouer juste car je ne vais dire que l'on a décelé des milliers de failles dans cette équipe. Mais elle n'est pas imbattable, donc on va tout faire pour l'inquiéter au maximum. Cela passe par de l'agressivité et ne pas lui rendre des ballons faciles car elle est capable de se retrouver dans l'enbut en deux passes.

Les All Blacks ont néanmoins quelques blessés...

R.G. : Ils ont quelques blessés et on sait que dans un effectif ça peut être déstabilisant. Ça reste les Blacks. Mais on n'est là pas jouer petit bras car sinon ce n'est pas la peine d'aller sur le terrain. On est tous des compétiteurs même si on est conscient que cette équipe, qui va jouer chez elle, est impressionnante et sûre de ses forces depuis de nombreuses années. On va essayer de les embêter au maximum. On ne va pas fanfaronner mais on n'est pas abattu et on ne vient pas pour perdre trois matchs.

Cette tournée est aussi importante alors qu'il ne reste plus beaucoup de matchs d'ici la Coupe du monde. Est-ce le message du sélectionneur ?

R.G. : Jacques nous en a parlé en début de rassemblement. Il nous a clairement dit qu'il n'allait pas rester beaucoup de matchs après cette tournée, un peu moins d'une dizaine. J'imagine que c'est pour que chacun prenne conscience de l'objectif collectif et individuel. C'était important pour lui de le souligner pour stimuler tout le monde. Personnellement, j'essaie de ne pas trop me prendre la tête avec ça car je suis bien placé pour savoir que tout peut aller très vite en un an, donc je préfère profiter de ce moment-là, de cette tournée. Pour l'instant je suis là et je suis concentré à 100 % sur ces trois matchs qui arrivent.

Contenus sponsorisés
0
0