Icon Sport

Novès, la chute d'un intouchable

Novès, la chute d'un intouchable

Le 26/12/2017 à 15:34Mis à jour Le 26/12/2017 à 17:55

Quand Guy Novès prenait les rênes de l’équipe de France, il y a deux ans, il ne pouvait y avoir que de l’espoir. Les Bleus venaient de toucher le fond, en quart de finale de Coupe du monde (défaite 62-13 face aux All Blacks) et Novès arrivait, auréolé du statut d’entraîneur de club le plus titré au monde. A quel moment tout a-t-il dérapé ?

C’est Jean Dunyach qui s’était déplacé à Pibrac, au printemps 2015 pour rencontrer Novès. Vice-président de la FFR en charge du haut niveau, le Catalan était l’homme de confiance, auprès des Bleus, de Pierre Camou, toujours président de la FFR. C’était déjà lui, en 2011, qui avait fait le déplacement vers la banlieue toulousaine pour solliciter une première fois Guy Novès et lui proposer de prendre en mains les rênes de l’équipe de France. Tout était dans l’ordre des choses. Novès était déjà l’entraîneur le plus titré de l’histoire du rugby européen et même mondial, à l’échelle des clubs (4fois champion d’Europe et 9 titres de champion de France. Il en gagnera un de plus, en 2012). Après dix-huit années triomphales à la tête de l’équipe professionnelle du Stade toulousain, le prochain sélectionneur ne pouvait être que lui. Mais Novès avait refusé.

En 2015, quand Dunyach est revenu vers lui, Guy Novès a, cette fois, répondu favorablement. "C’est un honneur qui ne vient qu’une fois, dit-on. La première fois, j’ai refusé mais le président Camou et son équipe m’ont une nouvelle fois tendu la main. Cela en disait long sur la confiance qu’ils m’accordaient", confiera-t-il quelques mois plus tard. Deux ans après son installation à la tête des Bleus, Novès n’est plus là. Ou plutôt, il sera bientôt écarté de ses fonctions, le temps que les négociations traçant les conditions de son départ se fassent. Le Toulousain a finalement connu ce que beaucoup lui promettaient depuis un an : se faire vider par Bernard Laporte, successeur de Camou et avec lequel il aura connu une relation instable.

" Il a parfois gagné. J’ai souvent gagné. "

À l’évocation d’une possible élection de Laporte à la tête de la FFR, en décembre 2016, et donc l’idée de travailler bientôt sous ses ordres, Novès marchait déjà sur un fil. Les deux hommes sont connus pour entretenir des relations à peine cordiales, de longue date. Une fois leur collaboration actée par les élections fédérales, Novès servait pourtant une communication positive. "Je n’ai absolument rien contre Bernard ! La dernière fois que nous nous sommes croisés, nous avons d’ailleurs échangé sur des sujets tout autres que le rugby. Je ne fais pas cela avec les gens que je n’apprécie pas." Mais Novès fait aussi du Novès, dès la phrase suivante. Comme il a construit sa carrière et sa vie : gouverné par l’esprit de compétition. Une raison de vivre, qui finit toujours par reprendre le dessus : "nous sommes simplement deux lions dans une même arène, qui se respectent mais qui ont souvent été opposés sportivement, avec leurs clubs respectifs. Il a parfois gagné. J’ai souvent gagné." L’importance de la nuance.

À ce jeu de communication, Bernard Laporte a du répondant. Après avoir clamé toute sa campagne électorale, devant témoins, que sa première décision serait d’écarter Novès, il fait finalement le tour des rédactions, une fois élu, pour affirmer que "Guy Novès est là jusqu’en 2019. Je le dis, le répète et je n’ai qu’une parole". Des mots qui sont souvent du vent. Et Novès le sait.

Le problème Serge Simon

Tant bien que mal, les deux hommes parviennent toutefois à collaborer. Quand ils se croisent, les rapports tendent même vers l’amical. "Avec Bernard, je sens que j’ai en face de moi quelqu’un qui connaît le métier et la fonction de sélectionneur, avec toutes les difficultés que cela comporte. J’ai le sentiment de pouvoir m’exprimer librement, sans arrière-pensée." Professionnellement, en revanche, les méthodes de l’un surprennent souvent l’autre. Laporte ne comprend pas toujours les choix de joueurs de Novès. Et le fait savoir. Novès, lui, s’étonne de la communication extérieure de son président. Comme lorsque ce dernier annonce par deux fois, en direct à la télévision, l’objectif de trois victoires sur quatre matchs au mois de novembre 2017. Ce qui accentue la pression sur une équipe déjà fragile. "Cet objectif, il ne l’a jamais formulé lors de nos en tête à tête. Je vais m’en tenir à ses discours lors de ces entretiens privés". Au gré de ces incompréhensions, le duo prend tout de même forme. Dans la difficulté. L’émiettement de leur relation viendra surtout de leurs entourages. Plus exactement de Serge Simon. Ami intime de Laporte et compagnon de route de 30 ans, Simon a été placé auprès des Bleus, dès fin 2016. Un rapport hiérarchique que Novès n’acceptera jamais et qui se durcira lors de la tournée de juin 2017.

Serge Simon et Bernard Laporte - 14 décembre 2016

Serge Simon et Bernard Laporte - 14 décembre 2016AFP

Ce périple sud-africain s’est globalement mal passé. De A à Z. Sur l’organisation, le départ morcelé du groupe France pour une escale à La Réunion et à Mayotte, à l’initiative de Simon, avait déjà fait fulminer le sélectionneur. "On part en tournée ou en vacances ? Il ne faudra pas s’étonner, ensuite, si les joueurs ne sont pas pleinement investis. On ne crée pas les conditions du haut niveau." Novès n’était d’ailleurs même pas de ce périple, contraint d’attendre à Paris un troisième groupe de joueurs : les finalistes du Top 14, parmi lesquels il dut se priver de Lamerat, Lopez et Iturria, tous déclarés blessés de dernière minute, s’ajoutant à une liste d’absents déjà trop longue pour ne pas impacter les résultats.

Une fois arrivé en Afrique du Sud, la galère fut aussi totale. Sportivement, les Bleus ont explosé. Dans l’engagement physique, d’abord. "Il ne faut pas se cacher et assumer la vérité : sur chaque impact, les Springboks nous ont tués. Nous n’étions pas prêts ", cinglera Yannick Bru, dans les couloirs du Loftus Versfeld de Pretoria, après la première défaite. La manière a laissé des traces dans les esprits. Dans le staff, un esclandre entre l’entraîneur des avants et le préparateur physique Julien Deloire fait parler. Chez les joueurs, deux partenaires de chambre, à Durban, brillent par leur "légèreté" : deux jours avant le second test-match, Uini Atonio et Xavier Chiocci laissent sur leur chambre d’hôtel une note d’alcool équivalente à 200 euros. Une sortie de route vite découverte par le staff quand le Rochelais s’endort, le lendemain, au beau milieu d’une séance vidéo. Aucun des deux ne retrouvera le groupe France, en novembre.

Et puis, il y a la direction. Entre Serge Simon et Guy Novès, les choses étaient mal engagées. La tournée de 2017 entérine un conflit ouvert. Après le premier test-match perdu (37-14), Simon tient à prendre la parole, dans les vestiaires après le match, outrepassant ses fonctions aux yeux de Novès, qui voit une intrusion sur son territoire. "Serge Simon est certainement quelqu’un de très compétent dans son travail, celui du marketing, mais l’expérience du très haut niveau, c’est un autre débat. Serge doit être attentif à ce que demandent les compétences du sportif. S’il ne l’est pas, ça posera problème." Une saillie lâchée après la tournée sud-africaine, très politiquement correcte mais lourde de défiance. Sur ce point au moins, Novès et Laporte sont sur la même longueur. À plusieurs reprises, le président de la FFR répète, devant témoins : "Je ne parle jamais de rugby avec Serge, il n’y comprend rien". Sous l’air d’une boutade qui masque mal le fond de la pensée. Dans l’intimité, Novès est également plus frontal : "Il est docteur. Moi, je n’ai jamais mis les pieds dans un amphithéâtre de médecine. Je ne vais donc pas lui expliquer comment opérer. De l’autre côté, je ne vais tout de même recevoir ses leçons en gestion d’un groupe professionnel de rugby, quand il n’a jamais entraîné la moindre minute dans sa vie !" Le divorce est consommé. Pas seulement avec Novès. En Afrique du sud, Serge Simon est surnommé "Don Simone" par l’ensemble de la délégation française. Prononcé à l’italienne, ambiance Le Parrain.

Borduré, Simon appelle Laporte à la rescousse. Lequel vole au secours de son ami, au milieu de la deuxième semaine, pour un bref séjour à Durban. Une intervention très commentée sur la forme mais qui, sur le fond, est une pommade sur une blessure de guerre.

Entre Novès et Simon, le rapprochement est impossible. Début septembre, l’information d’un Serge Simon bientôt en recul des Bleus fuite. La FFR dément mais elle se matérialise concrètement, lors des derniers test-matchs de novembre. Lesquels accouchent de résultats catastrophiques pour le XV de France. Dès lors, le fauteuil du sélectionneur vacille et Simon en profite pour revenir en première ligne. Le choix de Laporte de lui confier l’audit sur les Bleus, début décembre, sera le coup de grâce pour Novès.

Écart de générations

Les espoirs nés du début de mandat et d’une séquence de novembre 2016 enthousiasmante ont donc tourné court. À sa décharge, Guy Novès, comme ses prédécesseurs, n’a jamais bénéficié des conditions de travail réclamées par le niveau international. Les temps de préparation sont toujours inférieurs à ce qui se fait dans le top 10 mondial. Les blessures nées d’un Top 14 accidentogène se sont accumulées et l’ont nettement handicapé. La génération de joueurs au pouvoir depuis 2012, après la retraite internationale des dernières idoles (Yachvili, Rougerie, Harinordoquy, Bonnaire, Servat, Nallet…), n’a pas le talent pour rivaliser avec ce qui se fait ailleurs. Pire : elle n’a pas toujours la lucidité de l’admettre et de travailler en conséquence. Et c’est sur ce deuxième point que l’ancien mentor toulousain tient sa part de responsabilité.

Guy Novès (France - Nouvelle Zélande)

Guy Novès (France - Nouvelle Zélande)Icon Sport

Si une qualité est unanimement reconnue à Novès, c’est la force de son management. Il n’arrivera pourtant jamais à tirer le meilleur de ces jeunes joueurs, stars avant l’âge et dont l’ego est rarement en rapport avec les performances. Clairement, son discours ne les touche pas. Novès leur parle de patriotisme et d’amour du maillot, emprunte au champ lexical militaire. Dès la première année de son mandat, avant sa première séquence de tests-matchs de novembre, il emballe : "Nous sommes les soldats d’une cause nationale. C’est une certaine idée du rugby à la française que nous allons défendre, avec les valeurs de notre pays. Les joueurs seront au front, en première ligne mais je veux qu’ils sachent que je serai toujours là pour les couvrir des tirs adverses."

Novès joue aussi la carte du paternalisme et refuse de taper lourdement sur ses hommes les moins expérimentés. "Ces gamins ont de la qualité mais ils ont surtout besoin de confiance pour s’exprimer. C’est ce cadre que je m’efforce de leur donner." Une conviction de management à laquelle il sera fidèle jusqu’au bout, mais qui ne trouva que rarement les effets escomptés. Face à l’accumulation des défaites mais, surtout, à un piège fédéral qui s’est refermé sur lui, Guy Novès quittera donc le bateau bleu dans les prochaines semaines, contraint et forcé. Le plus grand palmarès de l’histoire du rugby français quitte la scène. Par une porte que personne n’aurait imaginée, après tant d’années de succès.

0
0