Icon Sport

Caméra embarquée : Bastareaud, si précieux pour les Bleus

Caméra embarquée : Bastareaud, si précieux pour les Bleus
Par Rugbyrama

Le 28/02/2018 à 11:01Mis à jour Le 28/02/2018 à 16:41

Absent sur les deux premiers matchs du tournoi, Mathieu Bastareaud était titulaire vendredi soir contre l’Italie. Précieux en défense mais également très intéressant offensivement, retour en images sur sa performance contre les Transalpins.

Son attitude au grattage

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France Télévision

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France TélévisionRugbyrama

Mathieu Bastareaud règne dans l’art de gratter des ballons. Sur la capture 1, il vient stopper la première attaque italienne. Le déblayage de Parisse n’est pas assez efficace et la France récupère une pénalité. Sur la capture 2, on peut observer de plus près son attitude au conteste. Parfaitement sur ses appuis, il montre à l’arbitre, ici Wayne Barnes, son intention de contester le ballon en levant les deux bras.

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France Télévision

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France TélévisionRugbyrama

Une capacité à faire jouer derrière lui

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France Télévision

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France TélévisionRugbyrama

Les flèches rouges montrent le regard des Italiens vers Bastareaud et la flèche bleue le choix du centre français.

Avec son gabarit impressionnant, le centre international monopolise l’attention des défenseurs. On le voit parfaitement sur la capture 3. Les trois Italiens sont dans l’attente du choix du Français alors que le quatrième surveille Lauret positionné à l’intérieur. Bastareaud choisit l’option de la passe cachée pour Beauxis dans son dos.

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France Télévision

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France TélévisionRugbyrama

La capture 4 montre la continuité de l’action. Au centre de l’image, Mathieu Bastareaud a monopolisé trois défenseurs. Le surnombre est intéressant sur les extérieurs, d’autant que Benjamin Fall est bien placé en profondeur. Il y a beaucoup d’espace mais Beauxis tergiverse et finit par se gêner avec Doumayrou. Néanmoins, l’action dépeint bien sa faculté à faire jouer derrière lui. Il permet également à ses coéquipiers d’avoir de l’espace et des brèches à négocier.

Le "offload" : une nouvelle corde à son arc

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France Télévision

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France TélévisionRugbyrama

À l’origine, un trois contre trois à négocier. Pour faire la différence (capture 5), Mathieu Bastareaud fait le choix du offload pour son ailier Rémy Grosso. Malheureusement pour les Bleus, sa passe est mal assurée et le centre n’arrive pas à trouver l’ailier français. S’il doit encore travailler sur la qualité de son jeu après contact, il est malgré tout capable de créer des situations à partir de pas grand chose.

Sur la capture 6 ci-dessous, Bastareaud fait la différence en étant à l’origine de l’essai de Bonneval, décisif alors que le score est encore serré. Il décide de prendre l’intervalle qui se propose à lui au lieu de tenter une passe compliquée sur les extérieurs. Si la vitesse n’est pas une de ses grandes qualités, il est quand même capable de placer un coup d’accélérateur, ce qu’il va faire sur cette action. Avec trois défenseurs sur le dos, il garde la lucidité de faire vivre le ballon. Une réelle progression dans son jeu, trop souvent stéréotypé.

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France Télévision

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France TélévisionRugbyrama

Sa puissance, sa force

Forcement, Bastareaud utilise également très souvent sa puissance. Son essai est d’ailleurs dans son style caractéristique. Sur la capture 7, la zone en rouge montre l’espace que la défense italienne a mal comblé. Bastareaud se propose comme un avant et va intelligemment chercher cette zone. Le bon choix, qui lui permet de valider sa bonne performance avec un essai personnel.

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France Télévision

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France TélévisionRugbyrama

Piégé (comme ses coéquipiers) sur l’essai italien

Le deuxième essai italien est très abouti sur un plan tactique (capture 8). Pourtant, c’est une "simple" inversion de jeu, mais indéniablement bien négociée. L’action part d’une touche et d’un alignement à quatre (choix volontaire de l’Italie pour garder des avants au large). Bastareaud se place dans la ligne de trois-quarts mais son vis à vis n’y est pas. Les deux centres italiens se replacent comme vous pouvez le voir (en bleu) pour jouer l’inversion. Alors que la défense française pense que le jeu va se dérouler grand côté, le numéro 14 transalpin (entouré en noir) va complètement changer le jeu. Les trois-quarts italiens se retrouvent alors à jouer au milieu d’avants, ce qui change forcement la donne. Bastareaud aurait-il pu anticiper en observant mieux le placement des Transalpins ? Peut être, mais sur l’action, c’est surtout la naïveté française et l’audace italienne qui doivent être signalées.

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France Télévision

Mathieu Bastareaud (France-Italie) Capture écran France TélévisionRugbyrama

En bleu, les deux centres italiens. En blanc, les deux centres français. La zone encerclée montre les avants français qui se replacent. La flèche rouge désigne le renversement italien. )

Mathieu Bastareaud a marqué des points contre l’Italie. Sa faculté à peser sur la défense adverse est un réel atout pour l’attaque française. Il est aussi l’un des seuls à gratter des ballons, une arme qui sera essentielle face à l’Angleterre (les Écossais l’ont prouvé). Dans ce match, il a réalisé 13 passes ce qui n’est pas négligeable pour un trois-quarts centre. S’il peut encore progresser dans sa complémentarité avec Doumayrou, il s’est montré rassurant et à vrai dire indispensable actuellement pour le XV de France, dans le jeu courant comme dans son rôle de leader. Une performance qu’il faudra confirmer dans quelques jours face à l’Angleterre, deuxième nation mondiale au classement World Rugby.

Par Paul Arnould.

Contenus sponsorisés
0
0