Icon Sport

Bastareaud : et si c'était la bonne ?

Bastareaud : et si c'était la bonne ?

Le 20/02/2018 à 13:50

Mathieu Bastareaud (29 ans, 42 sélections) va effectuer son retour en Bleu face à l'Italie ce vendredi. A un poste où rien n'est fixé, le Toulonnais dispose d'une belle carte à jouer. Son heure a peut-être sonné.

Cette semaine, Mathieu Bastareaud a découvert son quatrième sélectionneur en équipe de France, après Marc Lièvremont, Philippe Saint-André et Guy Novès. Ironie de l'histoire, il effectue enfin la rencontre de Jacques Brunel, onze ans après un premier rendez-vous manqué. Au printemps 2007, alors joueur de Massy, il avait été convoqué par le trio Bernard Laporte-Jacques Brunel-Bernard Viviès pour une tournée en Nouvelle-Zélande. Une blessure l'avait privé de ce baptême précoce sur la scène internationale. Il avait été repoussé à février 2009 face au pays de Galles. Neuf ans après sa première sélection, le centre toulonnais se voit offrir une énième opportunité de s'installer au centre de l'attaque tricolore. Après avoir connu deux traversées du désert et s'être régulièrement retrouvé sujet de débats, l'heure de son avènement est peut-être arrivée. Voici les principales raisons d'y croire.

Il a pris une nouvelle dimension

A Toulon, Mathieu Bastareaud a changé de statut. Depuis le début de saison, il a embrassé la fonction de capitaine. "Mathieu a pris ce rôle car on lui a demandé, expliquait Fabrice Landreau à l'automne. Personnellement je trouve qu'il a pris une dimension. Ça lui a donné confiance en lui.'' Si son dérapage verbal face à Trévise fait tâche, il a su s'imposer vis-à-vis de ses partenaires comme un meneur de tempérament, capable de hausser le ton et de ramener de la sérénité. Sportivement, le Parisien d'origine reste un des principaux fers de lance de l'attaque varoise en dépit de la concurrence des Fekitoa, Nonu et Radradra.

Fabrice Landreau (Toulon)

Fabrice Landreau (Toulon)Icon Sport

Il apporte des garanties

Rugbystiquement, Mathieu Bastareaud ne suscitera jamais l'unanimité. Par-delà les débats sur son style, il n'en reste pas moins une garantie sur le plan sportif, de par ses qualités de puissance et d'engagement. Ces atouts peuvent se révéler d'autant plus précieux au sein d'un collectif en manque de confiance comme le XV de France actuel : ils permettent de créer des points de fixation intéressants et de jouer dans l'avancée. Jacques Brunel, porteur d'un projet de jeu plus pragmatique que Guy Novès, pourrait y trouver son compte. De plus, s'il n'est pas le joueur le plus fin du championnat techniquement, le natif de Créteil est tout de même capable d'assurer la continuité des actions. En onze matchs de Top 14, il comptabilise seize passes après contacts en plus de ses trente-quatre défenseurs battus.

Remi Lamerat (France) vs Ireland

Remi Lamerat (France) vs IrelandIcon Sport

La concurrence s'est effritée

Si Mathieu Bastareaud dispose d'une belle carte à jouer, il le doit aussi à la dispersion de la concurrence à un poste où les candidats ne manquent pourtant pas : Rémi Lamerat et Jonathan Danty ont été écartés de la sélection après la troisième mi-temps d'Edimbourg, Wesley Fofana collectionne les pépins physiques, Henry Chavancy n'a pas pleinement convaincu sur la scène internationale et Gaël Fickou reste branché sur courant alternatif. Mathieu Bastareaud pourrait donc profiter de l'ouverture pour s'installer, à condition de mettre pleinement à profit sa probable titularisation face à l'Italie. Son expérience sur la scène internationale - 42 sélections - et son nouveau statut de capitaine en club peuvent aussi le rendre incontournables dans la vie de groupe alors que Guilhem Guirado se cherche des lieutenants.

Contenus sponsorisés