Icon Sport

XV DE FRANCE - William Demotte (Agen), ce méconnu qui va découvrir les Bleus

Demotte, ce méconnu qui va découvrir les Bleus

Le 06/06/2016 à 15:43Mis à jour Le 06/06/2016 à 15:50

XV DE FRANCE - Sélectionné par le staff du XV de France pour la tournée en Argentine, le deuxième ligne d’Agen William Demotte (25 ans) est un des sept novices tricolores. Un joueur méconnu du grand public que nous présente son entraîneur Jean-Jacques Crenca. Focus.

En parcourant la liste de Guy Novès ce lundi à 10h04, beaucoup ont dû buter sur le cinquième nom couché par le sélectionneur du XV de France : William Demotte. Des 17 joueurs retenus pour les deux tests matches en Argentine, les 19 et 25 juin à Tucuman (en attendant la seconde liste de 11 joueurs révélée le 12 juin, ndlr), le deuxième-ligne du Sporting Union Agen est la plus grosse surprise. Un nom dont l’écho fut rare dans les médias et méconnu du grand public. Mais qui est William Demotte ? Natif de Clermont-Ferrand en 1991, le joueur du SUA a connu une trajectoire frustrante avec les Espoirs de l’ASM et il n’a jamais eu l’occasion de porter le maillot jaune sur les épaules avec l’équipe première.

" Il a progressé dans son déplacement et la lecture du jeu. Défensivement, il avait un peu de mal (Jean-Jacques Crenca) "

Libéré en 2012, à 21 ans, après trois titres d’affilée de Champion de France Espoirs, Demotte rencontre alors deux hommes qui vont changer son destin : François Gelez et Jean-Jacques Crenca. "On est allé le chercher pour son profil", nous raconte l’entraîneur des avants agenais. "On n’avait pas un tel gabarit dans notre effectif. Mais on sentait qu’il était en manque de repères". Avec ses épaules de colosse, le deuxième ligne du SUA (202 cm, 124 kg) excelle dans le combat et au cœur des rucks.

William Demotte (Agen) face au Racing 92

William Demotte (Agen) face au Racing 92AFP

Mais William Demotte a dû bosser comme un dingue pour effacer certaines carences techniques". Il faisait énormément de musculation. Il en fait désormais un peu moins. Avec ses mensurations, il est assez rempli", explique Crenca. "Il a progressé dans son déplacement et la lecture du jeu. Défensivement, il avait un peu de mal. Mais quand il y aura des ballons à jouer, il ne faudra pas avoir peur de se mêler à tout ça sans faire n’importe quoi. Mais s’il veut tourner la route au plus haut niveau, il doit aller encore plus loin dans sa progression. Je lui ai dit plusieurs fois. Il n’y a pas de place à la récupération. Il faut être au taquet du début jusqu’à la fin".

Un physique impressionnant

Pour être au taquet, la poutre du SUA (qui a prolongé son contrat jusqu’en 2018) a assimilé la rigueur du rugby professionnel en commençant par perdre quelques kilos superflus. Titulaire à 22 reprises cette saison, contre 7 la saison passée en raison d’une blessure aux ischio-jambiers, l’ancien Clermontois s’est fait violence, avec l’aide de Stéphane Prosper et une remarquable lucidité sur ses lacunes.

"Pour l’instant, je pense que je ne suis pas assez bien armé techniquement pour taper dans un plus grand club", reconnaissait-il dernièrement dans les colonnes de Sud Ouest. "Je me suis beaucoup remis en question dans l’approche des matches. Je fais beaucoup plus de vidéo pour regarder ce que font mes adversaires, je regarde leurs petits tics pour essayer de décrypter leur jeu. Je fais davantage attention à mon sommeil et à ma nutrition aussi. Je me suis pris en mains. Dans ma tête, je veux être le n°1. J’ai décidé d'être plus pro. Je pensais être prêt pour le Top 14 en arrivant à Agen, mais je ne l’étais pas".

William Demotte (Agen) contre Clermont

William Demotte (Agen) contre ClermontIcon Sport

" J’ai décidé d'être plus pro. Je me suis pris en mains. Dans ma tête, je veux être le n°1 (William Demotte)"

Début mai, Yannick Bru visite Agen. Si rien n’était encore définitif sur la présence de Demotte sous le maillot frappé du Coq, l’entraîneur des avants du XV de France confie son intérêt pour ce joueur au "physique impressionnant, gros pousseur en mêlée et très adroit en touche malgré sa corpulence".

Mais quelles peuvent être ses ambitions avec les Bleus ? "Ce n’est que le début, ce n’est pas un aboutissement", coupe Jean-Marc Crenca. "Il ne doit qu’à lui et à personne d’autre sa convocation en équipe de France. Il va goûter à l’extrême. Il ne faut pas qu’il se pose trop de questions, qu’il le vive à fond et qu’il n’ait pas de regret par rapport à cette première tournée. C’est un garçon qui est souvent en retrait. Il n’est pas timide mais un peu en dedans dans son rapport avec les gens. Mais je ne me fais aucun souci sur son mental". Un mental qui sera soumis à la grinta des Pumas pour, très certainement, sa première cape avec le XV de France le 19 juin à Tucuman.

Contenus sponsorisés
0
0