Icon Sport

"Trois ans, c'est long"

Dupuy: "Trois ans, c'est très long"
Par Rugbyrama

Le 09/02/2012 à 17:53Mis à jour Le 09/02/2012 à 20:01

Il avait célébré sa dernière sélection en novembre 2009. Julien Dupuy, le demi de mêlée du Stade français, a été rappelé chez les Bleus pour compenser le forfait de Dimitri Yachvili et sera remplaçant, samedi contre l'Irlande. Détendu, le joueur, qui s'est déjà penché sur le plan de jeu, savoure.

Vous ne deviez pas être au point presse du Stade français ce jeudi ?

Julien DUPUY : Si, c'est vrai. D'ailleurs, j'ai eu un appel de la responsable de la communication du club me demandant comment elle allait faire (rires). Donc, pour vous répondre, à Bayonne, ce sera un match difficile... Ah, non, c'est pas ça ? Je déconne.

Quel est votre sentiment après avoir retrouvé le groupe de l'équipe de France ?

J.D. : Cela fait plaisir. Je ne suis plus revenu depuis trois ans. C'est très long. Je suis content mais conscient que c'est aussi grâce aux bonnes performances du Stade français que je suis là. Je dis merci au club.

Et vous allez découvrir le Tournoi ?

J.D. : Exactement. En six matchs, je n'ai pas eu la chance de disputer le Tournoi. Je n'ai participé qu'à des tournées. Je le vis presque comme une première sélection. Alors je savoure et je ne me prends pas la tête.

Avant d'être convoqué, aviez-vous reçu le cahier de jeu des Bleus ?

J.D. : Non. Je l'ai découvert tout à l'heure (jeudi midi, N.D.L.R.). J'essaye de m'investir au maximum dans les entraînements pour intégrer la stratégie du match et le plan de jeu en général. Patrice Lagisquet (son ancien entraîneur à Biarritz, N.D.L.R.) m'a vite attrapé pour tout m'expliquer. Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas vu. Il est toujours aussi passionné. Mais sinon, je suis sûr que tout va bien se passer. Cela va vite rentrer je pense. Ce sont des choses simples. Le plus dur, c'est de retenir les termes.

Vous attendiez-vous à cette convocation ?

J.D. : Je n'y pensais pas trop. Surtout que je sortais d'une semaine de vacances et que je préparais un match important avec Paris à Bayonne. Je ne savais même pas que Dimitri Yachvili avait des problèmes de dos.

Avez-vous désespéré de revenir en équipe de France ?

J.D. : Non, je ne dirais pas ça. On espère toujours retrouver les Bleus. Mais de là où je viens, avec tout ce qui s'est passé dans ma carrière ces trois dernières années (référence à sa longue suspension pour une fourchette sur Ferris contre l'Ulster, N.D.L.R.)... Après, quand le club marche bien, les chances sont plus fortes.

Vous allez d'ailleurs retrouver Ferris aussi samedi...

J.D. : C'est vrai. Nous avions eu quelques soucis tous les deux. Mais de l'eau est passée sous les ponts et j'ai vu que lui a été blanchi cette semaine pour son plaquage. Je l'avais eu au téléphone après notre histoire commune et tout avait été aplani.

Vous projetez-vous déjà sur ce qui se passera après le match contre l'Irlande pour vous ?

J.D. : Non, je ne sais pas trop comment les choses évolueront pour moi. Déjà, il y aura une journée de championnat et je n'ai aucune idée de la situation dans laquelle je suis vraiment.

Contenus sponsorisés