Midi Olympique

Vannes embrase la Rabine, Quercy perd son sang-froid… Nos tops et flops du week-end

Vannes embrase la Rabine, Quercy perd son sang-froid… Nos tops et flops du week-end
Par Rugbyrama

Le 13/05/2019 à 13:15Mis à jour Le 13/05/2019 à 14:06

Les Saracens titrés pour la troisième fois, la blessure de Morgan Parra, le prix du meilleur joueur européen attribué à Alex Goode… Voici les tops et les flops de ce week-end de rugby.

Tops

Alex Goode, joueur européen de l’année

Seul joueur à avoir disputé l’intégralité des neuf rencontres de Champions Cup, Alex Goode a été élu meilleur joueur européen de l’année. Sacré champion d’Europe ce week-end avec son équipe des Saracens, l’arrière anglais succède donc au Racingman Leone Nakarawa. A 31 ans et au sommet de son art, il est le troisième "Sarrie" à recevoir cette distinction après Owen Farrell en 2017 et Maro Itoje en 2016. Barré en équipe nationale par le talentueux Elliot Daly (Wasps), Goode réalise une saison pleine avec son club, peut-être de quoi brouiller les pstes à quelques mois du mondial nippon.

Vannes, la folie s’empare de la Rabine

Quelle prestation des Bretons ce dimanche après-midi ! Les hommes du manager Spitzer ont réalisé une partir monumentale et se sont imposés dans ce barrage de Pro D2 sur le score de (50-10) face à Mont-de-Marsan. L’ailier Ambrose Curtis s’est signalé avec un triplé. Il faut être francs, personne ne s’attendait à une telle démonstration de la part des Morbihannais dans un duel qui s’annonçait assez indécis. Les landais n’ont pas touché terre dans cette rencontre à sens unique. Grâce à ce succès, les Bretons se donnent le droit de rêver en allant défier le CAB la semaine prochaine sur la pelouse d’Amédée Domenech.

Les Saracens puissance 3

Les partenaires de l’excellent (pour ne pas changer) Owen Farrell sont montés sur le toit de l’Europe pour la troisième fois de leur histoire. Pour cela, ils sont venus à bout des Irlandais du Leinster dans l’antre de Saint James’ Park (20-10). Les avants anglais ont réalisé une partie titanesque dans le sillage des Skelton, Kruis, Itoje et Vunipola qui n’ont cessé d’avancer et de plaquer pour repousser les assauts adverses. Une juste récompense pour une équipe à l’organisation sans faille qui met fin aux rêves irlandais de devenir le club le plus titré d’Europe.

Flops

Morgan Parra, la tuile

Sorti sur blessure lors de la finale de Challenge Cup face au Stade Rochelais, le capitaine et buteur auvergnat Morgan Parra manquera les prochaines échéances des Jaunards en attenant plus d’informations pour les prochains rassemblements avec le XV de France. Le Clermontois s’est blessé à la cheville gauche, se retrouvant coincé dans un ruck. L’image était terrible, mais ses partenaires se sont remobilisés pour offrir au club, le troisième trophée du nom dans son histoire.

Le coup de sang de Fred Quercy

Discipline, discipline et discipline. Voilà les maîtres mots d’un match de phases finales réussi. Pourtant, les Neversois n’ont pas suivi cette règle. Le troisième ligne et capitaine nivernais Fred Quercy en a fait les frais face à l’Aviron Bayonnais. Retenu par le deuxième-ligne adverse Adam Jaulhac, Quercy a perdu son sang-froid et asséné un coup de pied au visage du joueur bayonnais pour se détacher de son emprise. Un geste qui a grandement pénalisé son équipe dans sa quête d’une demi-finale. En effet, le flanker bourguignon a été exclu de la rencontre. Au final, défaite des Neversois (32-26).

Vidéo - Le mauvais geste de Quercy qui voit rouge

02:20

L'affluence de Clermont-La Rochelle

Quel dommage que Saint James’ Park ait sonné si creux pour cette finale franco-française. Au total, 28 400 se sont massées dans les travées de l’antre de Newcastle, pour une capacité totale de 52 000 places. Il est regrettable d’observer un si faible taux de remplissage pour la finale d’une compétition européenne. Si loin de l’ambiance des phases finales en France, ce match était définitivement bien trop loin de l’hexagone pour permettre aux supporters des deux équipes d’effectuer le déplacement en masse. Faut-il envisager un changement de stade lorsque deux équipes d’une même nation se retrouvent en finale d’une compétition européenne à l’étranger ? Difficile à réaliser, facile à imaginer.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0