Other Agency

Morné s'est fait un prénom

Morné s'est fait un prénom
Par Rugbyrama

Le 03/08/2009 à 06:45Mis à jour

Avec 31 points inscrits lors de la victoire sud-africiane contre les All Blacks samedi, soit la totalité des points de son équipe et un record dans un match des Tri-Nations, Morné Steyn a été le grand artisan du succès des Boks. Désormais, il n'y a plus un mais deux Steyn sur le devant de la scène.

Jusque-là, c'est plutôt son homonyme, le jeune prodige François Steyn, qui avait l'habitude de se retrouver sous le feu des projecteurs. Mais cette fois, c'est bien un autre Steyn qui lui a volé la vedette : Morné. En concurrence depuis plusieurs semaines avec Ruan Pienaar à l'ouverture, le joueur des Bulls n'a pas raté l'occasion de briller. Et de quelle manière. En marquant la totalité des points de son équipe (31), il a tout simplement battu le record de points inscrits par un joueur dans un match des Tri-Nations. Plus fort encore, jamais dans leur histoire les All Blacks n'avaient encaissé autant de points de la part d'un joueur adverse. Excusez du peu...

Discret mais efficace

Morné Steyn a dû se battre pour se faire une place. S'il était le moins réputé des "Steyn", il n'était pas non plus le premier choix à son poste. Malgré l'habit de sauveteur qu'il a su revêtir lors du deuxième test contre les Lions britanniques en juin en donnant la victoire aux siens en fin de match, ou encore la semaine passée contre les Blacks en prenant le relai d'un Pienaar maladroit au pied, il était bien difficile de le considérer comme le numéro 1 aux yeux de Peter de Villiers. Mais Pienaar blessé, Morné Steyn était logiquement titularisé. Et il a saisi sa chance en réalisant un quasi sans-faute. Il a en effet fallu attendre la dernière minute de jeu et un coup de pied de 50 mètres (son 10e du match) pour voir le métronome connaître un échec. Une régularité impressionnante et une efficacité diabolique, à laquelle il a ajouté le luxe d'inscrire un essai.

Surtout, Morné a été le complément idéal d'un paquet d'avants ultra dominateur. Un pack qui, grâce à sa puissance et sa détermination, a obtenu un nombre incalculable de pénalités (13 en tout contre 4 aux Blacks). Le buteur n'avait qu'à parachever le travail pour ainsi dire. "C'est une chose de mettre la pression et d'obtenir des pénalités mais c'en est une autre pour Morné d'y aller et de convertir ces pénalités en points dans de tels matchs ", tient tout de même à noter le capitaine John Smit. Car avec Morné Steyn, tout paraît facile. Son aisance au pied est telle qu'on en oublie la difficulté de réussir une tentative. Et après la rencontre, les avants springboks ont tous rendu hommage à leur buteur. A l'image du pilier Tendaï Mtawarira : "Quand vous travaillez si dur devant et obtenez la récompense en forme de pénalités, c'est génial de voir le travail rentabilisé comme cela ".

Mtawarira : "On savait que nos efforts allaient être récompensés"

Morné Steyn n'était toutefois pas du genre à s'enflammer. Après sa remarquable performance, lui restait étonnamment calme. Presque trop. Et sa modestie allait tellement loin qu'il lâchait : "Je vois Ruan (Pienaar, NDLR) et moi-même comme deux joueurs semblables. Il est un bon tacticien et un bon buteur, donc rien ne devrait changer s'il entre à ma place". Difficile à croire puisque le jeu au pied justement est loin d'être le point fort du joueur des Sharks. Il avait d'ailleurs sombré dans ce secteur la semaine précédente. "Je sais qu'il a été en difficulté dans ses coups de pied à Bloemfontein mais nous avons tous des jours sans. Nous savons à quel point il est bon et la beauté de la chose est que la victoire ne dépend pas d'un seul joueur comme moi." Celle de Durban a pourtant beaucoup dépendu de sa réussite. "C'était un bon jour pour moi mais pourquoi que Ruan ne pourrait pas avoir le même à Cape Town (contre l'Australie, samedi prochain, NDLR) ?" Peut-être tout simplement parce qu'il y a peu de chances qu'il soit sur la pelouse. Car, au-delà d'avoir gagné la reconnaissance de tous, Morné Steyn a certainement aussi gagné ses galons de titulaire.

Contenus sponsorisés
0
0