Other Agency

Les Blacks sans coup férir

Les Blacks sans coup férir
Par Rugbyrama

Le 19/09/2009 à 08:15Mis à jour

Les All Blacks ont terminé les Tri-Nations sur une bonne note en battant largement les Wallabies 33-6 à Wellington. Dans une partie à sens unique, ils ont inscrit trois essais, par Jane, Nonu et Rocokoco. Les Australiens, qui n'ont remporté qu'un match des cette édition 2009, se classent derniers.

Présentée comme une équipe à la dérive avant la compétition, les Blacks quittent les Tri-Nations sur une solide performance et avec de nouvelles certitudes. Les partenaires de Richie McCaw ont explosé, ce samedi matin, des Australiens dépassés en vitesse et en puissance : vingt-sept points d'écart, trois essais à zéro pour la première et unique raclée de ces Tri-Nations 2009. Avec trois victoires face à leurs meilleurs ennemis, les Néo-Zélandais, vainqueurs de la Bledisloe Cup, se posent en deuxième nation de l'hémisphère Sud, derrière les (presque) intouchables Boks. L'espoir et la fierté renaissent enfin au pays du long nuage blanc à deux ans de la Coupe du monde. “Après avoir touché le fond, l'équipe a montré tout son caractère. Je suis vraiment fier de ce groupe qui a su se surpasser”, pouvait affirmer le capitaine néo-zélandais juste après la rencontre.

Lors des trente premières minutes, les Wallabies ont bien sauvé les apparences grâce à une défense très aggressive et à la botte de Giteau et Barnes. Mais avec 134 plaquages au compteur, les troupes de Robbie Deans se sont surtout contentés de défendre. “Quand l'équipe adverse domine autant, c'est très difficile de pouvoir réagir et de repartir de l'avant”, expliquait George Smith. Les Blacks ont, en effet, multiplié les attaques – 113 attaques balle en main - pour déverouiller le cadenas australien. Pas vraiment flamboyant, les Blacks ont surtout su se montrer réalistes et déterminés.

Si le premier de l'excellent Cory Jane (31e) survenait suite à une erreur de l'arrière-garde des Wallabies, les deux derniers ne doivent rien à personne. L'essai de Ma'a Nonu est ainsi arrivé après douze temps de jeu, Carter transmettant à hauteur pour son centre, auteur d'une inarrêtable percée au coeur de la défense adverse. La spectaculaire réalisation de Rococoko, sur un joli mouvement au large, donnait à ce succès des allures de triomphe.

Les avants all blacks dominateurs

Auteur de dix-huit points (avec un 7/8 au pied), Dan Carter a confirmé son statut d'indispensable chef d'orchestre après avoir conduit les attaques avec une grande justesse. Pour son baptême international, le bizut et deuxième ligne Tim Donnelly - deux prises en touche, six plaquages - s'est hissé au niveau de ses partenaires, dans le sillage d'un McCaw encore très présent.

Mais Graham Henry trouvera sûrement sa plus grande satisfaction dans la performance de ses avants et la qualité de sa conquête : sur leurs huit mêlées et leurs dix touches, les Blacks n'ont perdu aucun ballon. Ils sont même parvenus à récupérer une mêlée sur introduction adverse et, au plus fort de la domination australienne, le remplaçant Eaton a chipé deux lancers. L'alignement constituait pourtant, au début de la compétition, le talon d'Achille de cette équipe.

Présentée comme favorite de la compétition au même titre que l'Afrique du Sud, la sélection de Robbie Deans quitte ces Tri-Nations la tête basse et emplie de questions. L'écart avec ses deux voisins n'a jamais paru aussi conséquent. Australie et Nouvelle-Zélande, destins et parcours croisés.

Contenus sponsorisés