Vidéo - "Je vais rester en vacances plus longtemps qu’Urios"

01:06

"Trouver un banc en juin..." Christophe Urios dévoile ses projets

"Trouver un banc en juin..." Christophe Urios dévoile ses projets
Par Rugbyrama

Le 23/11/2022 à 17:33Mis à jour Le 24/11/2022 à 00:32

TRANSFERTS - Démis de ses fonctions à Bordeaux-Bègles le 16 novembre dernier, Christophe Urios sera présent au salon du vin et de la bouche à Ussel les 26 et 27 novembre prochain. Dans ce cadre, il a répondu aux questions de La Montagne, qui l'a interrogé sur son adaptation et sur ses prochains projets. A ce sujet, il privilégie une "pause" de rugby.

Christophe Urios a été démis de ses fonctions d'entraîneur en chef de l'Union Bordeaux-Bègles le 16 novembre dernier, après avoir pris son poste en 2019. En cause, des résultats sportifs pas au rendez-vous et des tensions vivaces avec le groupe. Forcément, après son éviction, son nom a été associé à plusieurs clubs de l'élite. Cela s'explique par l'expérience et le palmarès du technicien, champion de France de Pro D2 avec Oyonnax puis de Top 14 avec Castres. Le CA Brive, dont le manager Jeremy Davidson a été licencié en octobre dernier, était ainsi l'un des clubs susceptibles d'accueillir Christophe Urios.

" C'est uniquement une pause"

C'est pourquoi La Montagne a posé la question de cet intérêt directement au principal concerné. Christophe Urios va en effet participer au salon du vin et de la bouche à Ussel les 26 et 27 novembre. Dans ce cadre il a répondu à nos confrères, en précisant qu'il devait en priorité digérer son départ du club girondin. "J'y vais étape par étape. La première, c'est d'absorber ça." Sa deuxième activité, la viticulture, prend ainsi dans cette période une place encore plus importante que d'ordinaire : "la deuxième, c'est d'accélérer Pépusque", soit le nom de son domaine du Minervois acquis en avril 2020. "La troisième, ce sera le prochain rugby." Mais il a bien fait comprendre que ce ne serait pas pour tout de suite.

"Le rugby, c'est fini pour le moment mais c'est uniquement une pause. J'ai besoin de me poser, de faire le point et de savoir ce que j'ai vraiment envie de faire. Où, comment et avec qui. Moi, je bouge au coup de coeur. Quand je suis parti à Oyonnax, tout le monde m'a demandé ce que j'allais faire là-bas. Et finalement, j'ai bien fait d'y aller." L'ancien première ligne est assez clair au sujet d'un futur "projet" : ce n'est pas ni pour les semaines ni pour les mois à venir. Mais il espère "trouver un banc en juin prochain pour la prochaine saison".

Contenus sponsorisés