Icon Sport

En quête d’un ouvreur, le SU Agen veut prolonger Lagarde

En quête d’un ouvreur, le SU Agen veut prolonger Lagarde
Par Rugbyrama

Le 28/04/2022 à 16:32Mis à jour

TRANSFERTS - Le SU Agen cherchait un demi d'ouverture de bon niveau pour la saison prochaine. Auteur d’une bonne saison, Raphaël Lagarde, qui pensait arrêter sa carrière, pourrait finalement rempiler pour une saison.

En vue de la saison prochaine, Bernard Goutta table sur huit à dix arrivées, afin de permettre au SUA de redevenir compétitif. Et ainsi de retrouver les phases finales. Plusieurs dossiers sont sur le point de se finaliser. Même si aucune annonce de recrutement ne devrait intervenir avant le maintien officiel du club en Pro D2. Parmi les postes ciblés, celui de demi d’ouverture constitue une priorité pour le manager. Si la première piste étudiée menait à Maxime Lafage, qui a signé à Vannes, c’est vers l’étranger que se sont retournés les Agenais.

Là encore, plusieurs pistes ont été explorées. Mais il y en avait une, assez improbable, que le club n’avait pas perdu de vue : celle de prolonger Raphaël Lagarde. L’ouvreur revient en grande pompe cette saison. À 33 ans, il est en tout cas le régulateur de cette ligne de trois-quarts. Et surtout un cadre de l’effectif. L'homme est très apprécié au sein du groupe.

Une retraite annoncée

Pourtant, l’ancien Racingman avait clairement évoqué cette saison comme étant sa dernière en carrière. Ainsi, en février, il nous confiait : "Je préfère laisser la place à un jeune ou à une recrue plutôt que de rester là en étant blessé tous les six matchs". Cette année, Agen n’est pas la même équipe avec et sans Raphaël Lagarde, et c’est sans doute cette donnée qui pousse le club à faire le forcing.

Pour encadrer les jeunes Thomas Vincent et Émile Dayral, le demi d’ouverture devrait prolonger son bail d’une saison au club. Contacté, le club n’a pas souhaité communiquer pour l’heure, mentionnant que le dossier n’est pas bouclé. Pour autant, cette prolongation devrait permettre de retirer une épine du pied aux dirigeants suavistes alors que le marché des ouvreurs est bouché en ce moment.

Par Mathieu VICH

Contenus sponsorisés