Icon Sport

Aldigé fustige l’attitude de Lopez, qui ne viendra pas à Biarritz

Aldigé fustige l’attitude de Lopez, qui ne viendra pas à Biarritz

Le 28/11/2021 à 13:56Mis à jour

TRANSFERTS - Alors qu’il s’était mis d’accord avec le club basque, et qu’un pré contrat avait été signé, le demi d’ouverture ne portera finalement pas les couleurs du BO l’an prochain.

Vendredi après-midi, nous vous révélions sur Rugbyrama.fr que Camille Lopez ne viendrait finalement pas au BO. Pourtant, le demi d’ouverture international (28 sélections), avait signé un pré-contrat avec le club basque. Dans celui-ci figurait une clause de sortie, datée au 1er novembre, si jamais le joueur n’avait pas obtenu son bon de sortie avec Clermont. N’ayant toujours pas obtenu l’accord de l’ASM, avec qui le numéro dix est sous contrat jusqu’en 2023, l’ancien joueur de l’UBB (2009-2013) est entré en contact avec d’autres écuries.

Une attitude qui déplaît fortement au président du BO, Jean-Baptiste Aldigé. "Camille Lopez a approché le Biarritz olympique afin de signer chez nous en septembre dernier. C’est lui qui a fait cette demande étant donné qu’il était encore sous contrat avec l’ASM, explique le patron biarrot. C’est particulier par rapport à son employeur. Le BO a reçu sa demande, s’est mis en contact avec ses agents et dirigeants pour leur demander si c’était possible comme il était sous contrat. On nous a dit qu’il pourrait peut-être être libéré si Clermont trouvait une solution pour le remplacer et nous avons donc signé un pré contrat."

Aldigé : "Lopez crache sur l'institution Biarritz olympique"

Celui-ci stipulait que le mauléonnais s'engagerait au BO pour deux ans (plus une troisième saison en option) à partir du moment où il serait libéré de Clermont. "Il a profité de l’opportunité que le pré-contrat soit dépassé pour se remettre sur le marché", détaille Aldigé. L’Aviron bayonnais, avec qui l’ouvreur avait déjà eu des contacts cet automne, est revenu dans la danse. D’ailleurs, Camille Lopez n’a jamais caché sa volonté de revenir au pays.

Pau et Toulon, où son ancien coach Franck Azéma vient de s’engager, discutent aussi avec le numéro dix. "Aujourd’hui, il souhaite toujours quitter l’ASM et revenir sur sa parole d’homme, poursuit le président du directoire de Biarritz. Il ne respecte donc pas le Biarritz olympique, crache sur l'institution pour ses petits intérêts personnels. Dans la vie, il y a les contrats. L’homme fait la parole, la parole fait l’homme. Il est bien dommage que Camille Lopez finisse sa carrière par une si petite porte et un si petit comportement. Je lui souhaite de trouver sa voie dans la vraie vie, celle après le rugby."

Contenus sponsorisés