Icon Sport

Dréan, ailier de Rennes et futur Toulonnais : "Une trajectoire à la Villière ? Je signe direct !"

Dréan, ailier de Rennes et futur Toulonnais : "Une trajectoire à la Villière ? Je signe direct !"

Le 16/06/2022 à 10:10Mis à jour Le 16/06/2022 à 10:12

TOP 14 - Comme annoncé depuis plusieurs semaines par Midi Olympique. Gaël Dréan (21 ans) évoluera bien à Toulon la saison prochaine. Ce jeudi, l’ailier de Rennes a signé son contrat de deux ans en faveur du RCT. Zoom sur cette pépite venue de Fédérale 1, comme un certain Gabin Villière avant lui…

Vous ne le connaissez pas ? Ne remettez pas dès maintenant vos connaissances rugby en cause, c’est d’un côté un peu normal. Seuls les vrais passionnés où les grands suiveurs de Fédérale 1 peuvent, en ce mois de juin, discuter au sujet de Gaël Dréan. Cet ailier, né en 2000, a marqué la quatrième division du rugby français de son empreinte sous les couleurs de Rennes. Le REC l’a repéré il y a quelques saisons dans les rangs du club de Plouzané (Fédérale 3). Alors âgé de 18 ans, le Lorientais d’origine évoluait déjà en équipe première, avec une franche réussite.

Dimanche dernier, Gaël Dréan est donc devenu champion de France avec les Bretons. La cerise sur le gâteau d’une saison exceptionnelle, autant en club qu’au niveau personnel. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. 23 matchs, dont 22 titularisations pour pas moins de 14 essais ! Et ne vous y trompez pas, malgré un gabarit plutôt standard (1m84 ; 84 kg), le secteur de la défense n’est pas délaissé pour autant. À Valence d’Agen lors de la finale, l’ailier n’a jamais cessé de distribuer les gros plaquages, celui sur l’ancien pensionnaire du Top 14, David Smith, est resté dans quelques esprits même après le coup de sifflet final.

" En phase finale, à chaque match, je me disais que c’était peut-être le dernier"

Ses performances majuscules ont forcément attiré l’attention d’autres clubs, un peu plus huppés et évoluant dans les échelons supérieurs. Depuis quelques mois déjà, son départ est acté. Cette aventure, terminée de la meilleure des manières, était la dernière en Bretagne : "Toute la phase finale, avant chaque match, je me disais que c’était peut-être le dernier, avoue l’intéressé. Mais au final, on est allé au bout, on soulève ce bouclier et il n’y a pas meilleure manière de quitter la Bretagne."

Gaël Dréan a inscrit 14 essais cette saison en Fédérale 1.

Gaël Dréan a inscrit 14 essais cette saison en Fédérale 1.Other Agency

Cap au Sud pour Gaël Dréan. La saison prochaine, il évoluera sous les couleurs du Rugby Club Toulonnais, en Top 14. Un véritable saut de l’ange, qui ne fait pas peur au serial marqueur, enfin plus maintenant : "Honnêtement, je n’étais pas très chaud au début (rires). C’est une grosse marche pour moi, au début je la trouvais un peu trop grande mais j’ai bien discuté avec les coachs toulonnais qui ont réussi à me convaincre. Je vais en apprendre tous les jours au RCT, c’est certain."

Sur les pas de Villière ?

Le rapprochement est rapidement effectué. Il y a trois ans, un ailier performant de Fédérale 1 signait à Toulon dans l’anonymat le plus complet. Son nom : Gabin Villière, aujourd’hui indiscutable dans le quinze de départ varois et international français. "Avant de signer au RCT, il avait un peu plus marqué que moi en Fédérale 1, constate Gaël Dréan. C’est sûr que c’est un exemple. Une trajectoire comme la sienne, je signe direct !"

Ce jeudi, le Lorientais d’origine a paraphé un bail de deux ans dans le Var. Une nouvelle aventure dans sa jeune carrière, que le septiste espère bien réussir de la plus belle des manières.

Contenus sponsorisés