Icon Sport

Lyon sur la piste de Farrell, Itoje et Vunipola ?

Lyon sur la piste de Farrell, Itoje et Vunipola ?
Par Leo Faure via Midi Olympique

Le 19/01/2020 à 12:03Mis à jour Le 19/01/2020 à 15:16

TRANSFERTS - Au lendemain du coup de tonnerre en Angleterre, où la Premiership a confirmé la relégation à venir des Saracens, l'hebdomadaire anglais The RugbyPaper évoque un intérêt de Lyon pour trois des plus grands joueurs de la planète : Maro Itoje, Owen Farrell et Billy Vunipola.

Les répliques du séisme "Saracens" ne se font pas attendre. Le club londonien triple champion d'Europe, dont la relégation administrative à l'issue de la saison en cours a été officiellement prononcée samedi soir par la Premiership anglaise, au regard des infractions aux règlements du salary cap depuis quatre saisons, va voir son effectif démantelé. Ce qui place quelques-uns des plus grands joueurs au monde sur le marché des transferts, avec effet immédiat.

Les Sarries, qui ont construit leur hégémonie nationale (quatre fois champions d'Angleterre) et continentale (trois fois champions d'Europe) lors des cinq dernières saisons sur un effectif démesuré, vont donc devoir se séparer de tous leurs joyaux. Ce qui concerne, déjà, huit joueurs présents à la dernière Coupe du monde (Mako et Billy Vunipola, George Kruis, Maro Itoje, Owen Farrell, Liam Williams, Elliott Daly et Vincent Koch) et, plus largement, une quinzaine d'internationaux anglais. Quelle sera leur destination ? Les jeux sont ouverts et le Top 14, forcément, se positionne. Selon les informations de l’hebdomadaire anglais The Rugby Paper, Lyon aura déjà avancé ses pions sur trois têtes d'affiche : Maro Itoje, Owen Farrell et Billy Vunipola. Rien que ça.

Une opération toutefois difficilement réalisable

A la recherche d'éléments majeurs sur ces postes clés, le Lou s'attaquerait là à trois joueurs sur le podium mondial de leur poste. Plusieurs freins subsistent toutefois à la réalisation d'une telle opération.

Le salary cap, déjà, qui opère également en France et pour lequel Lyon est déjà proche du plafond. Les venues éventuelles Itoje, Farrell et Vunipola, trois hommes de base du XV de la Rose récent finaliste de la Coupe du monde au Japon, se négocieront proche du million d'euros annuel, qu'importe les clubs qui les embaucheront. Un casse-tête de masse salariale pour le Lou.

Premiership - Maro Itoje (Saracens) contre Bath en novembre dernier

Premiership - Maro Itoje (Saracens) contre Bath en novembre dernierIcon Sport

Autre point d'achoppement : la réglementation actuelle de la RFU (fédération anglaise) impose à ses joueurs d'évoluer dans un club de Premiership pour prétendre à la sélection nationale. Une forme de protectionnisme qui obligerait les stars anglaises à renoncer temporairement à leur équipe nationale, s'ils signaient en France. A moins que ladite réglementation n'évolue dans les semaines à venir.

À ce sujet, The RugbyPaper publie les propos d'un des principaux agents anglais : "On est dans un cas de circonstances exceptionnelles. Cette relégation est due à la mauvaise gestion financière du club et ne concerne en aucun cas les joueurs, dans leur considération individuelle. Le problème est qu'ils en sont les premiers impactés, d'autant que la majorité des clubs anglais a déjà investi l'argent dont il disposait pour le recrutement de la saison à venir. Dans cette situation, si des joueurs sont contraints de s'expatrier pour continuer à jouer dans un club de premier plan, comment leur appliquer la double-peine en leur refusant la sélection ? Ce serait injuste de la part de la RFU, qui punirait les joueurs pour des erreurs commises par leur club."

Le dossier devrait être étudié en urgence du côté de la Fédération anglaise. Si ces concertations aboutissaient à une levée temporaire de la restriction géographique pour prétendre au XV de la Rose, la porte serait ouverte pour un exode des plus beaux joyaux de la couronne anglaise. Et le Top 14 serait, à n'en pas douter, à l’affût.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés