Midi Olympique

Transferts - Italie : Travers et Labit (Racing 92) en concurrence avec deux autres dossiers

Italie : Travers et Labit en concurrence avec deux autres dossiers
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 22/01/2019 à 11:10Mis à jour Le 22/01/2019 à 11:11

TRANSFERTS - Sous contrat jusqu’en 2022, Travers et Labit ont récemment été démarchés par deux fédérations. Pourraient-ils quitter les Hauts-de-Seine ? Difficile à dire…

Laurent Travers et Laurent Labit ont débarqué dans les Hauts-de-Seine en juin 2013, auréolés d’un titre de champion de France avec Castres. Après deux années mi-figue mi-raisin aux commandes du Racing 92, les deux Laurent ont depuis pris la pleine mesure de la Maserati qu’ils ont entre les mains : au fil de cinq saisons passées au Plessis-Robinson, ils ont ainsi offert au club de Jacky Lorenzetti un Bouclier de Brennus, deux finales de Champions Cup et quatre demi-finales de Top 14.

Au-delà de ces résultats, les deux Laurent ont tenu parole au sujet du projet de jeu Ciel et Blanc : du schéma austère qui avait marqué le début de leur ère dans les Hauts-de-Seine, le Racing 92 a aujourd’hui basculé vers un jeu d’envergure, à tel point qu’à l’hiver 2019, ce club est la meilleure attaque de la Champions Cup et la deuxième du Top 14 (derrière Clermont). Sous contrat dans le "92" jusqu’en 2022, Travers et Labit sont pourtant à un tournant de leur carrière et, à l’heure actuelle, il est impossible de savoir s’ils seront toujours dans les Hauts-de-Seine l’an prochain. De fait, les deux Laurent intéressent les patrons de la fédération italienne (Fir) pour l’après Mondial japonais.

Top 14 - Laurent Travers et Laurent Labit (Racing 92)

Top 14 - Laurent Travers et Laurent Labit (Racing 92)AFP

Déjà contactés par les Italiens en 2015, Travers et Labit avaient alors décliné la proposition, préférant prolonger au Racing. Ont-ils changé d’avis ? Difficile à dire, tant le réservoir italien découragerait les entraîneurs les plus optimistes de la planète. à l’heure actuelle, deux autres projets -un "Anglais" et un "Néo-Zélandais"- ont également été retenus dans la short-list des dirigeants italiens mais le profil "Travers-Labit" est le seul faisant l’unanimité à la Fir.

Labit, l’option australienne

L’autre option est la suivante et conduit à une séparation pure et simple de deux hommes travaillant ensemble depuis treize ans. Fin novembre, Laurent Labit -très proche de Michaël Cheika- a en effet été contacté par les Wallabies pour prendre en mains l’attaque australienne, de 2019 à 2023. Cela peut-il le tenter ? L’avenir le dira. Quoi qu’ils décident dans les semaines à venir, les deux Laurent rencontreront bientôt leur président afin de faire un point sur leur avenir.

En cas d’un éventuel départ de ses deux techniciens -ce qui est encore loin d’être acté- Jacky Lorenzetti ne serait pour autant pas démuni : il y a deux ans, le patron du Racing 92 avait en effet été contacté par un "émissaire" d’Eddie Jones pour savoir si le profil du sélectionneur anglais était susceptible de l’intéresser. Jones est sous contrat jusqu’en 2021, vous dites ? Les contrats sont parfois amenés à être brisés. Après la triste affaire Goosen, le Racing 92 en sait d’ailleurs quelque chose. Quant à Ronan O’Gara, qui fait actuellement ses armes à Christchurch, il aurait lui aussi le profil adéquat en cas de départ des deux Laurent.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0