Icon Sport

Top 14 - Transferts - Racing: Roberts s'en va et il laissera un souvenir mitigé

Racing: Roberts s'en va et il laissera un souvenir mitigé

Le 18/05/2015 à 15:49

On s’en doutait depuis un petit moment, Jamie Roberts (28 ans, 72 sélections) ne sera portera pas les couleurs du Racing-Metro l’an prochain. Le club l’a libéré de sa dernière année de contrat et le centre file chez les Harlequins. Il quitte donc les Ciel et Blanc après deux saisons et un bilan mitigé.

En 2013, Jamie Roberts (1,95 ; 110 kg) est arrivé en grande pompe au Racing-Metro. Il était l’une des figures de proue du recrutement XXL de Jacky Lorenzetti à l’époque avec, entre autres, Dan Lydiate et Jonathan Sexton. Considéré comme l'un des tout meilleurs centres du monde, le Gallois devait tout faire exploser en Top 14. Il est même arrivé à Paris avec deux Tournois des 6 Nations dans ses valises. Mais force est de constater que, deux ans après, Roberts n’a pas répondu à toutes les attentes placées en lui.

Jamie Roberts (Racing-Metro) n'aura pas été épargné par les blessures - avril 2015

Jamie Roberts (Racing-Metro) n'aura pas été épargné par les blessures - avril 2015Icon Sport

Entre blessures et contre-performances, le centre gallois a souvent déçu. L’an dernier déjà, avec seulement treize matchs en Top 14 et deux en Coupe d’Europe, son temps de jeu prouvait que le joueur n’avait pas totalement réussi à s’imposer dans la ligne de trois-quarts des Racingmen. Cette année, c’est pire. Les blessures s’en sont mêlées et n’ont pas arrangé sa situation. "Je n’ai pas été épargné par les blessures depuis mon arrivée. J’ai d’abord été opéré de la cheville, et cela n’a pas été facile de revenir. Malheureusement, je me suis blessé de nouveau (…) C’est toujours dur, quand on revient de blessure, de s’en faire une nouvelle dans la foulée", confiait-il dans nos colonnes en janvier. Résultat, cette année, Jamie Roberts a encore moins joué que la saison dernière. Huit matchs en Top 14 (dont six titulaires) et cinq en Champions Cup.

Derrière Dumoulin dans la hierarchie

En début d’année 2015, le centre est toutefois monté en puissance. Une période qui correspond... au Tournoi des 6 nations. C’est là tout le paradoxe de Roberts. Le Gallois est rarement passé à travers avec son équipe nationale. Durant sa période dans l’Hexagone, le XV du Poireau a toujours pu profiter d’un bon Jamie Roberts. Frustrant pour le Racing. En comparaison, ses compatriotes gallois Leigh Halfpenny à Toulon et Jonathan Davies à Clermont, ont eu eux aussi quelques difficultés à s’adapter au championnat français. Le premier a réussi à élever son niveau de jeu pour répondre aux attentes.

Pas vraiment le cas de Jamie Roberts. Pour preuve, il a même vu le jeune Alexandre Dumoulin lui passer devant dans la hiérarchie des centres au Racing. Une situation résumée par Laurent Labit sur notre site en début de saison: "Jamie Roberts a aussi de grosses qualités et au eu fait des bons matchs avec nous, mais aujourd’hui Dumoulin est plus performant que lui, tout international gallois qu’il est, et c’est lui qui joue". Une raison, parmi d’autres, et notamment son envie de poursuivre sa carrière médicale, qui ont poussé Jamie Roberts à quitter la France pour signer aux Harlequins. En attendant, il peut toujours amener le Racing vers le bouclier de Brennus, pour nous faire mentir...

Jamie Roberts (Racing-Metro) face aux Saracens en Champions Cup - avril 2015

Jamie Roberts (Racing-Metro) face aux Saracens en Champions Cup - avril 2015Ciamillo-Castoria

Contenus sponsorisés
0
0