Other Agency

Ezeala : "J'ai connu tellement de galères que je veux maintenant enchaîner les matchs"

Ezeala : "J'ai connu tellement de galères que je veux maintenant enchaîner les matchs"
Par Rugbyrama

Le 29/09/2022 à 08:09Mis à jour Le 29/09/2022 à 11:06

TOP 14 - Miné par une nouvelle blessure aux côtes il y a deux semaines, Samuel Ezeala s'est remis sur pied. Le jeune espagnol espère rejouer contre Lyon et veut vivre "sa nouvelle vie" au centre.

Vous vous êtes blessé aux côtes la semaine avant le match contre Toulon, comment se passe la rééducation ?

Très bien, j’avais déjà pris un coup aux côtes contre le Stade français lors de la première journée. Mais avant le match contre le RCT je sentais que cela me faisait plus mal et finalement c’était une fracture. Ce n’est donc rien de grave à part la douleur, mais aujourd’hui je suis pleinement rétabli et je suis prêt pour jouer contre Lyon.

Justement, vous allez jouer une équipe de Lyon qui met beaucoup de vitesse dans son jeu, est-ce un atout pour vous ?

Lyon a des joueurs avec d’énormes qualités qui vont très vite comme Davit Niniashvili. Pour moi, que ce soit un match fermé ou plus ouvert, il faut que je réponde présent. Mais je pense que je m’adapte mieux sur un match rapide. Quoiqu'il arrive, on va essayer de refaire une performance convaincante comme ce week-end. On va tout donner devant notre public, j’espère d’ailleurs qu’ils seront très nombreux.

Gagner contre La Rochelle est positif, mais il faut maintenant confirmer…

Exactement ! On a montré de quoi on était capable et c’est vraiment satisfaisant. Il faut confirmer, rester humble et travailler pour être encore meilleure. Nous sommes une équipe qui n’a pas atteint le maximum de son potentiel.

Contre le Stade français vous aviez débuté au centre alors que vous êtes plutôt un ailier, est-ce un poste qui vous plaît ?

Oui franchement je prends les repères petit à petit. C’est un poste complet avec un gros volume de jeu. L’avantage de jouer centre est qu’il faut beaucoup plus regarder ce qu’il y a dans le jeu, guider un peu plus les avants, savoir quand jouer dans le dos ou conserver le ballon. Mais je crois que le plus grand changement par rapport à l'aile est la course. Au centre, j’ai l’impression de courir un peu plus mais de manière plus constante à l’inverse d’un ailier qui fait beaucoup de sprints avec moins de fréquence... Mais j'aime toujours le poste d'ailier (rires) ! Ce qui m'importe c'est d'enchaîner le plus de matchs possibles, j'ai connu tellement de galères...

Julien Hériteau et Samuel Ezeala (Clermont)

Julien Hériteau et Samuel Ezeala (Clermont)Icon Sport

Julien Hériteau et Irae Simone sont arrivés cet été, qu’est-ce qu’ils vous apportent ?

Ils m’ont déjà donné pas mal de conseils. J’étais aux côtés de Julien contre Toulon en match amical et c’est très facile de jouer avec lui. Il fait beaucoup d’efforts pour l’équipe, c’est un gros travailleur. Quand je suis avec lui on se parle énormément concernant la défense et comment attaquer avant les combinaisons. Jared Payne nous aide également beaucoup sur le placement en défense.

Avec Irae c’est différent. Il va prendre le relais de deuxième demi d’ouverture. Il préfère un peu plus prendre les commandes derrière les avants quand le numéro 10 n’est pas là. Quand je joue avec Irae, je prends un peu plus le large.

Depuis votre première apparition en pro en 2018 vous avez pris du poids, un choix nécessaire pour éviter les blessures ?

Bien sûr. On en avait déjà discuté avec le staff mais j’étais presque obligé de prendre du poids à cause de mes grosses blessures au genou. J’alternais séances de cardio et musculation pour rester en forme. Et finalement, je crois que c’est quelque chose de positif parce que sans ces blessures je n’aurais peut-être pas pris autant de muscle et je ne pourrais pas jouer au centre.

Au vu de la qualité des trois-quarts à l’ASM, le fait de pouvoir jouer à deux postes me donne plus de chance de jouer les week-ends. Je trouve que cela m’ouvre du temps de jeu.

Sur quels axes devez-vous progresser pour jouer davantage à l’ASM et être meilleur ?

Lever un peu plus la tête ! Quand j’ai une chose en tête, je vais la faire quoiqu’il arrive même s’il y a une meilleure situation. L’autre domaine où je dois m’améliorer est de garder mon calme. J’ai eu de graves blessures et j’ai toujours en tête "l’ancien Samuel" qui voulait marquer des essais, créer des brèches etc. C’est mon défaut, j’essaie de prouver que je suis encore le joueur que j’étais avant.

Et quand je joue dans des matchs hachés, je suis frustré de ne pas montrer ce que je vaux réellement et je fais des mauvais choix. Donc il faut vraiment que je gère ça. Ça fait très longtemps que je n'ai pas enchaîné des matchs, je sais que ça prendra un peu de temps pour que j’arrive à mon meilleur niveau… Nouveau poste, nouvelle vie (rires) !

Samuel Ezeala (Clermont)

Samuel Ezeala (Clermont)Icon Sport

À ce propos, la concurrence des trois-quarts à Clermont est devenue encore plus rude avec le recrutement de l’intersaison, comment vous jaugez-vous dans cette équipe ?

Je ne peux pas me jauger. Je veux juste travailler, écouter les gens qui en savent plus que moi pour être le meilleur possible et faire en sorte que l’équipe soit compliquée à faire pour Jono. J’aimerais jouer tous les week-ends mais je côtoie des joueurs internationaux qui sont là, et c’est une vraie chance. Par contre, je suis ambitieux j’aimerais bien m’imposer mais ce n’est pas en parlant que ça arrivera, c’est sur le terrain.

Vous êtes en fin de contrat cette saison, dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Très sincèrement je n’y pense pas. Comme je l'ai dit, après toutes les déboires que j’ai eus, mon objectif est de rejouer pleinement au rugby. Je veux me concentrer sur mon corps pour qu’il ne me lâche pas à nouveau.

Propos recueillis par Clément LABONNE

Contenus sponsorisés