• Top 14 - Guillaume Rouet (Bayonne)
    Top 14 - Guillaume Rouet (Bayonne)

Rouet : "L’ambiance, au cours des dernières minutes, nous permet d’aller chercher ce truc en plus"

Le | Mis à jour

TOP 14 - Le demi de mêlée de l’Aviron bayonnais a apprécié le caractère de son équipe qui, bien que menée 0-13 après un quart d’heure de jeu, a su renverser le match pour finalement l’emporter face à Toulon, 23-18.

Guillaume, on imagine que cette victoire fait un bien fou ?

Oui, elle fait vraiment du bien. Nous étions vraiment mal embarqués dans ce match, nous perdions 0-13, nous avions pris un jaune, mais malgré ça, nous n’avons pas baissé de rang. Nous avons su marquer avant la mi-temps, ce qui nous a fait du bien. Nous avons su bien attaquer la seconde période, nous avons très bien défendu sur la fin, avons été très solidaires. Je trouve que c’est un peu à l’image de notre saison. Nous avons montré beaucoup de caractère. Ces quatre points, aujourd’hui, sont vraiment les bienvenus pour finir cette année civile.

Vous faites partie des meubles à l’Aviron bayonnais. Avez-vous souvenir d’un tel début de saison ?

C’est sûr que nous faisons un très bon début de saison. Nous sommes très satisfaits. Nous sommes restés invaincus à la maison, nous le souhaitions, au moins, pour cette année civile. C'est fait. L’ambiance, encore aujourd’hui, au cours des dernières minutes, nous permet d’aller chercher ce petit truc en plus.

Les objectifs vont-ils changer à l’Aviron ?

Non. Sans faire de langue de bois, pour l’instant, on ne parle que du maintien. Tant que, mathématiquement, il ne sera pas acquis, on continuera à en parler. Je pense que c’est aussi notre force de ne pas se voir plus beau que ce que l’on est.

Sans parler du haut de tableau, ne pensez-vous pas que le maintien est presque entériné ?

Non, je ne pense pas. Vous savez, dans le rugby, tout peut aller très vite. On peut avoir des coups de moins bien, les autres équipes, derrière, peuvent être beaucoup mieux. On va rester humble.

En quoi la cohésion a-t-elle servi, face à Toulon ?

Il y avait dix-sept nouveaux joueurs, un nouveau staff, ce n’est pas évident. Nous sommes des bons mecs, nous savons bien les accueillir (rires). La mayonnaise a de suite pris. Quand on gagne les matchs, aussi, les semaines sont beaucoup plus faciles à enchaîner. C’est ce que nous faisons depuis le début de la saison. Forcément, l’ambiance, au sein de l’équipe, même en semaine, est très, très bonne.

Hier, Grégory Patat disait craindre la mêlée toulonnaise. Avez-vous été surpris de la performance de votre pack ?

Oui et non. Je sais que nous sommes capables de faire "chier" pas mal d’équipes, mais la mêlée toulonnaise est très forte. Aujourd’hui, nous avons su rivaliser et même plus que ça.

Bayonne renverse Toulon et reste invaincu à Jean-Dauger !! ?#ABRCT #TOP14

Le film du match > https://t.co/94VVw0Rq8T pic.twitter.com/SwwoYV2D4s

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) December 31, 2022

Que s’est-il dit, à la mi-temps ?

On s’est dit qu’il fallait qu’on provoque les choses. Pendant toute la première mi-temps, nous sommes restés dans leur rythme, ça leur allait bien. Nous avons dit qu’il fallait attaquer la seconde période comme on avait terminé la première, prendre les opportunités qu’on avait. C’est ce que nous avons fait sur le deuxième essai. Ça nous a permis de repasser devant, puis il y a eu ce drop de Camille Lopez. Tout s’est plutôt bien goupillé en deuxième mi-temps, puis à la fin, nous avons su être très solidaires pour ne pas prendre cet essai.

Justement, avez-vous eu peur, à la fin, au moment où Rémy Baget joue vite cette touche ?

Rémy adore le suspens. Il s’est dit que si on avait la touche pour nous, ça allait être un peu trop facile… Oui on s’est fait peur jusqu’au bout, mais il y a la victoire, donc tant mieux.

Une nouvelle fois, vous avez renversé le match, puisque vous étiez menés 0-13…

Il va falloir quand même rectifier le tir. Contre Pau, nous sommes sur le point de marquer et nous prenons un contre de 80 mètres, puis nous nous retrouvons menés 14-3. Là, 13-0. C’est bien, on est en confiance, on revient dans les matchs, mais on dépense aussi beaucoup d’énergie, notamment devant.