• Top 14 - Ronan O'Gara
    Top 14 - Ronan O'Gara
  • Top 14 - Christophe Urios (Bordeaux-Bègles)
    Top 14 - Christophe Urios (Bordeaux-Bègles)
  • Ugo Mola - Stade toulousain
    Ugo Mola - Stade toulousain
  • Champions Cup - Uini Atonio (La Rochelle)
    Champions Cup - Uini Atonio (La Rochelle)
  • Top 14 - Clermont - Gibbes
    Top 14 - Clermont - Gibbes

"On a mis nos valeurs à la poubelle"... Le top des déclas de l'année 2022 !

Par Rugbyrama
Le | Mis à jour

TOP 14 - La colère de O'Gara face à la Section paloise, Urios bouscule ses cadres, Mola qui défend Dupont, le dépit de Gibbes, Mercer ironise sur son arrivée à Montpellier après la victoire en finale, Acebes râle contre le public basque, Atonio savoure la victoire en Champions Cup, le constat de Méla sur la situation de Brive... Voici le top des déclas de l'année.

On a mis nos valeurs à la poubelle

Forcément touchés dans leur orgueil après la défaite contre Pau (21-38), lors de la neuvième journée de Top 14 cette saison, les Rochelais étaient passablement énervés. Battus dans tous les compartiments du jeu, les Maritimes n’ont jamais pu réagir face à la domination paloise. Morts de faim, les Béarnais ont rayonné dans le jeu au sol, secteur traditionnellement porteur des Rochelais. À la sortie de la rencontre, Ronan O’Gara a largement critiqué la prestation de ses hommes. "La solution est assez facile à trouver : se regarder dans le miroir et comprendre le mot humilité. On a mis nos valeurs à la poubelle ce soir… Ça me pèse beaucoup, mentalement .

Jalibert et Woki, je ne les vois pas

Christophe Urios a vivement critiqué ses joueurs et leur état d'esprit après la défaite concédée face à l'USAP (22-15), lors de la 26ème journée de championnat la saison dernière, synonyme de perte de la deuxième place et donc de la qualification directe en demi-finale. Ils ont donc dû passer par un match de barrage face au Racing. "On n'a pas fait ce qu'on voulait, et ça, ça a le don de me gonfler. Je sens pas ça, je ne sens pas ça", et n'a pas hésité à citer ses joueurs "Cameron (Woki), je le vois pas, Matthieu (Jalibert) je le vois pas, on ne met pas d'impact dans nos attaques, on n'est pas dangereux, on ne fait rien de simple. J'aimerais que les joueurs passent devant. C'est le moment que les leaders "sortent du bois", passent devant. C'est le bon moment".

Top 14 - Christophe Urios (Bordeaux-Bègles)
Top 14 - Christophe Urios (Bordeaux-Bègles)
C’est à cause de lui que je suis à Montpellier, ce mec ne voulait pas de moi à Castres !

À chaque finale, ces souvenirs et ces moments légers. Une fois la tension retombée, Zach Mercer et Pierre-Henry Broncan ont échangé de larges sourires en après-match, remporté par Montpellier, qui a glané son premier titre en Top 14 de son histoire. L’Anglais avoue alors qu’il aurait pu rejoindre le CO à l’intersaison mais que le manager castrais n’en a pas voulu. "C’est à cause de lui que je suis à Montpellier, ce mec ne voulait pas de moi à Castres". Un choix qu'avait justifié le manager Tarnais en le qualifiant de "Too lazy, man !" ("Trop feignant, mec !" en français). En regardant la performance XXL du numéro 8 montpelliérain sur la saison passée, Pierre-Henry Broncan a certainement regretté de ne pas avoir signé Mercer…

On a mal à la tête... très mal

Privé de ses cadres, le manager de Montpellier Philippe Saint-André a aligné une équipe remaniée sur le terrain du Leinster le 16 janvier 2022, pour la troisième journée de Champions Cup. Face à une équipe irlandaise survoltée, les Cistes n'ont pas vu le jour et ils ont concédé la plus grosse défaite de l'histoire du rugby français en Coupe d'Europe 89 à 7. Joint par téléphone par L'Équipe, l'ancien sélectionneur du XV de France a avoué avoir "mal à la tête...très mal", il a aussi assumé sa part de responsabilité dans la déroute de son équipe : "Quand il y a une défaite comme ça... La première chose, c'est que moi, je me suis trompé. Je ne vais blâmer personne car notre situation est compliquée depuis deux semaines et demie, avec des entraînements à effectif très réduit. La facture est très salée."

Il ne faut pas toujours attendre qu’Antoine Dupont traverse le terrain

Ugo Mola n’a pas pu s’empêcher de défendre son joyau, après la défaite 24-18 du Stade toulousain dans la demi-finale de championnat, le 17 juin 2022. Marqué au fer rouge par la défense castraise, Antoine Dupont n’a pas eu le rayonnement attendu dans cette demi-finale entre voisins. "Il ne faut pas toujours attendre qu’Antoine Dupont traverse le terrain". L’entraîneur toulousain a également pesté contre l’indiscipline de ses joueurs et notamment les deux cartons jaunes concédés en première période. "Le deuxième carton jaune est de trop. Quand on cible la discipline et le jeu de pression comme les clés de cette rencontre, on ne peut pas se retrouver avec sept pénalités sifflées contre nous et deux cartons jaunes en première période"

Ugo Mola - Stade toulousain
Ugo Mola - Stade toulousain
Si on veut m’insulter, on vient le faire en face après le match

Malgré la victoire très importante face à un concurrent direct au maintien à l'extérieur, le capitaine de Perpignan Mathieu Acebes ne gardera pas forcément un bon souvenir de la rencontre à Biarritz lors de la 15ème journée de Top 14 saison 2021-2022. Face à son club formateur, il avoue s'être fait insulter pendant tout le match à Aguiléra, ce qui l'a exaspéré au plus haut point.

"Je me suis fait insulter pendant tout le match devant ma famille. Il ne faut pas oublier, non plus, que j’ai porté le maillot de ce club et à un moment donné, il faut être respectueux. On peut être supporter, on peut encourager une équipe, mais insulter gratuitement quand on est assis dans la tribune, c’est un peu moyen. Je ne mets pas tout le monde dans le lot, parce qu’il y a de très bons supporters au BO, mais j’espère que ceux-là verront que je trouve ça très stupide. On essaye de passer outre, mais quand ça dure 80 minutes et qu’il y a des mecs enragés qui disent des choses très vilaines… À un moment donné, il faut remettre les choses dans leur contexte. Le supporter supporte. Il n’insulte pas. Si on veut m’insulter, on vient le faire en face après le match, quand je sors. Pas à 100 mètres. Les supporters biarrots se sont trompés et les Biarrots se sont trompés sur le terrain, car ils sont sortis du match et nous, nous sommes restés dans notre ligne directrice."

Je savoure plus cette Champions Cup que le Tournoi

Au coup de sifflet final à Marseille le 28 mai 2022, la joie des joueurs du Stade rochelais fut débordante. L'heure était aux pleurs, aux câlins, aux célébrations. Bref. Les émotions se voyaient sur chaque visages et chacun a vécu un rêve éveillé. Mais pas tous de la même manière. Uini Atonio n'a pas pu s'empêcher de comparer la victoire en Coupe d'Europe avec La Rochelle à celle lors du Tounoi des 6 Nations avec le XV de France : "Je savoure plus cette Champions Cup que le Tournoi. Ça fait un moment que je joue dans ce club, et ça fait un moment qu’on n’avait pas touché une coupe avec certains mecs comme Sazy ou Gourdon. Il y a un petit truc en plus. Je ne peux pas l’exprimer. Mais c’est bien."

Champions Cup - Uini Atonio (La Rochelle)
Champions Cup - Uini Atonio (La Rochelle)
On ne pouvait pas faire pire !

Les Brivistes sont sortis du stade du Hameau lors de la 11ème journée de championnat 2022-2023, la mort dans l’âme. Le CAB n’avait plus gagné depuis six matchs et comptait sur cet important déplacement pour remettre les pendules à l’heure. Après trois semaines de coupure, les Corréziens sont retombés dans leurs travers dans le Béarn, de quoi agacer Arnaud Mela, l’entraîneur en chef briviste. "On ne pouvait pas faire pire ! Quand on se dit les choses, il faut se regarder dans les yeux, assumer et aujourd’hui dans l’engagement je suis très déçu. Ce sont des choses que je ne supporte pas. Quand on vient ici pour sauver la baraque, et qu’en défense on ne monte pas chercher les mecs, que sur les ballons portés on se fait bousculer dans tous les sens et qu’on n’est pas capable d’en construire un… Et s’il n’y a pas cet engagement, tu ne gagnes nulle part !"

On a brisé les coeurs de notre public

Face à la polyvalence et la puissance francilienne, les Clermontois ont été sans solution. Plus de quarante points concédés face au Racing 92 lors de la 11ème journée de Top 14, le 27 novembre 2022, une défense sans réponse et trop de ballons tombés ont noirci la copie des Auvergnats. Un match raté qui a suscité l’émoi de Jono Gibbes : "Ce mauvais résultat montre le travail qu’il nous reste à faire, concluait Gibbes dans les Hauts-de-Seine. Le rugby, c’est du mental et du combat. Face au Racing, nous avons pêché là-dessus. Nous n’avons pas attaqué les ballons portés, nous avons manqué d’agressivité en défense… On a brisé les cœurs de notre public."

Top 14 - Clermont - Gibbes
Top 14 - Clermont - Gibbes
On s'est fait rouler dessus, ça fait ch***

Le Section paloise n'a pas existé lors de la 5ème journée de Top 14, 2022-2023 sur son terrain face à Toulon. Les Béarnais étaient notamment menés 31-10 à la pause. Une défaite au finale sur le score de 34-17 qui a de grosse conséquences puisque Pau occupait la quatorzième place après la cinquième journée.

À l'issue du match, la talonneur et capitaine palois, Lucas Rey n'a pas mâché ses mots : "Il n’y a pas grand-chose à dire. C’était pas loin de la catastrophe. On a subi sur trois ou quatre séquences en début de match et on a baissé la tête. Nous avons eu un moment de flottement où on manquait d’engagement. À ce sport, quand on recule, on finit dans l’en-but. On se fait rouler dessus, ça fait ch.... Au niveau de l’engagement, on n’y était pas."

On attend de Jalibert qu’il porte l’équipe

L'UBB respire un peu mieux. Les Girondins ont signé leur deuxième victoire face au Stade français pour le compte de la cinquième journée de Top 14 de la saison 2022-2023. Ce qui a forcément satisfait Christophe Urios, qui en a profité pour complimenter Matthieu Jalibert : "Matthieu s’est mis au travail. Il est en train d’être récompensé de son engagement maintenant. Il est plutôt à l’aise dans le groupe. Sa reprise a été dure, je l’avais trouvé un peu en décalé, vous l’avez suffisamment souligné. Je trouve qu’aujourd’hui, il est à l’aise, comme on le voyait depuis le début. Il est en train de prendre confiance, de porter l’équipe. C’est ce qu’on attend de Matthieu, comme de Maxime Lucu."