Icon Sport

Le baromètre de Clermont-Lyon : Raka étincelant, Nakaitaci en détresse

Le baromètre de Clermont-Lyon : Raka étincelant, Nakaitaci en détresse

Le 01/10/2022 à 18:54Mis à jour Le 01/10/2022 à 20:07

TOP 14 - Le "derby" de la région Auvergne-Rhône-Alpes a tourné court, largement dominé (43-20) par des Clermontois emmenés par un Alivereti Raka encore insaisissable, tandis que le Lou nage en plein doute à l’image de son ailier international...

Les tops

Alivereti Raka

Dans la lancée de son étourdissant début de saison, le puissant ailier de l’ASM fut une nouvelle fois un des détonateurs de son équipe, auteur d’un superbe triplé, qui aurait même pu se transformer en quadruplé si l’arbitrage vidéo ne s’’en était pas mêlée (lire ci-dessous)... Cela au terme d’actions qu’il a eu le mérite de conclure, mais surtout d’initier, puisque c’est bien sa percée qui créa le déséquilibre à la 24e, avant de provoquer l’erreur fatale de son vis-à-vis à la réception d’un coup d’envoi de Plisson (37e). Une lutte aérienne qui fut l’objet d’un long arbitrage vidéo au sujet d’un éventuel en-avant, au terme duquel Tual Trainini ne décela rien de "clair et évident". Hormis celle-ci : après plusieurs saisons d’errance, Alivereti Raka a enfin retrouvé son meilleur niveau, et c’est toute l’ASM qui s’en frotte les mains.

Yohan Beheregaray

Le talonneur auvergnat prend plus que jamais goût à marquer, ainsi qu’en témoigne son opportuniste essai de la 14e minute, qui le vit conclure d’un malin pick and go une grosse occasion gâchée par Cancoriet. Repositionné en troisième ligne en deuxième période après les blessures de Cancoriet, Lanen et Dessaigne, Beheregaray a fait mieux qu’assumer sa tâche, en se signalant par plusieurs percées plein champ et des soutiens efficaces. Sa seule faute de goût ? Un excès d’enthousiasme sur un déblayage à la 64e, qui annihila logiquement après arbitrage vidéo l’essai du quadruplé de Raka...

Yohan Beheregaray (Clermont)

Yohan Beheregaray (Clermont)Icon Sport

Arno Botha

Dans le marasme collectif lyonnais, le numéro 8 fut l’un de rares à tirer son épingle du jeu, avec Josua Tuisova. Débordant de puissance, le Sud-Africain fut un des rares Rhodaniens à soutenir la comparaison avec ses adversaires, et surtout à ne rien lâcher quand son équipe prenait l’eau, à l’image d’un énorme retour sur Damian Penaud juste avant la mi-temps. Auteur d’un aussi anecdotique que essai mérité à la 60e, pour récompenser ses efforts personnels. Dommage que ses partenaires n’aient tout simplement pas évolué à son diapason...

Les flops

Noa Nakaitaci

C’est peu dire que le retour à la compétition de Noa Nakaitaci, qui plus est au Michelin, ne s’est pas déroulé comme espéré. Déjà très emprunté lors de sa dernière sortie face à La Rochelle, l’international tricolore a confirmé qu’il traversait une énorme période de doute. Hésitant en diable sous tous les jeux au pied de Jules Plisson, auteur d’une initiative cauchemardesque sur une contre-attaque dans ses 22 mètres (à l’origine du premier essai clermontois), Nakaitaci a traversé ses 47 minutes passées sur le terrain dans une énorme difficulté, même si l’on peut mettre à son crédit un deux contre un en bout de ligne bien négocié pour l’essai de Couilloud. Ce qui demeure le strict minimum pour un joueur de son envergure, qui symbolise peut-être mieux que personne la mauvaise passe du Lou...

Top 14 - Noa Nakaitaci (Lyon)

Top 14 - Noa Nakaitaci (Lyon)Icon Sport

Ethan Dumortier

S’il était opposé à (très) forte partie avec Alivereti Raka, force est de constater que le jeune ailier lyonnais n’est pas parvenu à cadenasser défensivement son vis-à-vis. On en veut pour preuve cette action de la 24e où Dumortier, après avoir dans un premier temps glissé pour annihiler un surnombre, laissant à Raka une marge de manœuvre beaucoup trop importante qui lui permit de lui faire l’intérieur à deux reprises sur la même action. Le genre d’erreurs qui se paient cash à haut niveau, tout comme cette approximation sous un renvoi de Plisson qui offrit sur un plateau son doublé à Raka. Dommage, tant les qualités athlétiques et le potentiel offensif du jeune homme sautent aux yeux.

Les blessures clermontoises

Cela aurait pu être une après-midi parfaite pour l’ASM, avec cette large victoire bonifiée assortie du retour de Sébastien Vahaamahina. Las, celle-ci restera entâchée par trois mauvaises nouvelles : celles des blessures qui ont touché Clément Lanen (commotion), Judicaël Cancoriet (talon) et Lucas Dessaigne (nuque). Lesquelles fragilisent forcément la troisième ligne auvergnate en vue du déplacement qui attend l’ASM à Toulouse, la semaine prochaine...

Contenus sponsorisés