Icon Sport

L’antisèche : et Cotet fit son retour pour une dernière mêlée décisive…

L’antisèche : et Cotet fit son retour pour une dernière mêlée décisive…

Le 24/09/2022 à 20:12Mis à jour Le 24/09/2022 à 20:23

TOP 14 - Alors que Bordeaux finissait fort la partie et avait une balle de match avec une mêlée dans les 22 mètres bayonnais sur la sirène, la rentrée du pilier droit de l’Aviron a permis au club basque de s’en sortir.

Le match

La sirène venait de retentir à Jean Dauger. L’Aviron devant au score (20-15), était sous pression dans ses 22 mètres et Bordeaux, après avoir obtenu une pénalité sur mêlée, insistait devant. Grégory Patat décidait alors de faire rentrer Pascal Cotet. Le pilier calait alors l’axe droit. M. Gasnier sifflait une pénalité qui libérait Jean Dauger.

À l’image de ce dernier effort, Bayonnais et Bordelais ont proposé une féroce bataille, samedi après-midi, sous la pluie basque. Si Romain Buros a été le premier à franchir l’en-but adverse (3-7, 15e), l’Aviron a effectué une belle fin de première période et une bonne entame de seconde mi-temps, puisqu’il a inscrit deux essais (Bosch, Marchois) qui lui ont permis de repasser devant au score (20-7, 45e).

Bordeaux, bien aidé par la bonne entrée de son banc, a ensuite rattrapé une partie de son retard et l’essai de Geoffrey Cros (56e), couplé à la pénalité de Mathieu Jalibert (74e), ont remis l’UBB dans le match (20-15). Mais les avants Bayonnais ont fait l’effort, sur cette dernière mêlée décisive…

L’homme : Pascal Cotet

Pascal Cotet (28 ans) faisait les beaux jours de Narbonne depuis 2018, quand Grégory Patat l’appela pour rejoindre le projet bayonnais. Il a participé aux quatre matchs de l’Aviron depuis le début de la saison (deux titularisations). Samedi, sur la pelouse de Jean Dauger, le droitier a livré une solide prestation en mêlée fermée, un secteur où Bayonne a obtenu quatre pénalités en première période. Remplacé par Pieter Scholtz, il a ensuite fait son retour sur le terrain sur la sirène pour l’issue qu’on connaît.

Le fait : Malgré ses approximations, Bayonne a su l’emporter

En première période, l’Aviron a été particulièrement approximatif en conquête avec plusieurs ballons perdus en touche. Le club basque s’est également montré imprécis dans son jeu au pied, à l’image de ce coup de pied trop long de Rémy Baget (17e) ou de la pénaltouche non trouvée par Gaëtan Germain (22e). Malgré ces approximations, l’Aviron a su l’emporter 20-15, grâce au bon travail de son paquet d’avants.

Le tournant : L’UBB a payé cher son infériorité numérique

Réduite à quatorze juste avant la pause, suite au carton jaune adressé à Ben Tameifuna, l’Union Bordeaux Bègles a encaissé deux essais en infériorité numérique. Le premier, juste avant la mi-temps, sur un bon ballon porté bayonnais. Le second, à la reprise, après une passe au pied de Camille Lopez. Un 14-0 en cinq minutes, qui a forcément fait mal aux Bordelais.

L’essai : Camille Lopez trouve Denis Marchois sur l’aile

On joue la 44e minute au stade Jean Dauger. Sur l’action précédente, l’Aviron a perdu une (nouvelle) touche à cinq mètres de l’en-but adverse, mais les Basques sont déjà de retour dans le camp adverse. Camille Lopez lève la tête, voit Denis Marchois sur son aile droite et tape une belle diagonale. En position d’ailier, le flanker capte le ballon et plonge dans l’en-but pour le second et dernier essai de son équipe.

Ces mecs-là (qui viennent de Pro D2, NDLR) ont la dalle. Pascal Cotet jouait devant 1000 personnes à Narbonne - sans manquer de respect à ce club, qui a été une place forte du rugby français. Quand tu rentres dans une atmosphère comme ça… Ces mecs-là ont envie de prouver. J’ai tendu la main à Pascal, il a envie de me le rendre - Grégory Patat, manager de l’Aviron bayonnais

Bordeaux peut-il se satisfaire du bonus défensif ?

Sondage
1607 vote(s)
Oui
Non

En difficulté depuis le début de la saison, l’UBB pointe à une triste douzième place (une victoire, trois défaites). Les Bordelais ont, certes, eu un sursaut d’orgueil en fin de match pour revenir dans la rencontre, mais ils ont évolué trop loin de leur niveau habituel pour espérer l’emporter. Peuvent-ils se satisfaire du bonus défensif ?

Contenus sponsorisés