• Top 14 - Jiuta Wainiqolo (Toulon)
    Top 14 - Jiuta Wainiqolo (Toulon)

Wainiqolo, le vrai indispensable sur l'aile de Toulon

Le

TOP 14 – En ce début de saison, les ailes toulonnaises étaient orphelines des aussi réputés que talentueux Gabin Villière et Cheslin Kolbe. Mais ces absences embêtantes ont aussi permis d’apprécier les qualités du Fidjien Jiuta Wainiqolo, en très grande forme depuis début septembre. Le champion olympique est le vrai indispensable sur l’aile à Toulon.

Il affole toutes les défenses du championnat et rend hystériques les inconditionnels "fadas" de la rade. Jiuta Wainiqolo n’était pourtant pas l’ailier le plus attendu du Rugby Club Toulonnais cette saison, mais force est de constater qu’à un poste où la concurrence est plus que relevée, le Fidjien a su se rendre indispensable en rouge et noir. Et ce, sur plusieurs aspects. À l’instar de Gaël Dréan, la grande révélation toulonnaise, Jiuta Wainiqolo a profité des blessures de Cheslin Kolbe et de Gabin Villière pour commencer la saison en tant que titulaire sur l’aile. Et cela a plutôt bien réussi au RCT. Titulaire lors des cinq premiers matchs de la saison, le fantasque a déjà inscrit trois essais et s’est signalé par des numéros de funambule de grande qualité.

#TOP14 #JoueurDuWeekEnd
Le Joueur du Week-End @Paramourdurugby de la 3e journée est Jiuta Wainiqolo du @RCTofficiel !
L'ailier fidjien a été un danger permanent pour la défense adverse et l'auteur d'un essai magnifique en solitaire ? pic.twitter.com/8RwN77QcmK

— TOP 14 Rugby (@top14rugby) September 21, 2022

Attestez-en par vous-même : le champion olympique à VII a battu 27 défenseurs (meilleur total du Top 14) et franchi 6 fois (meilleur total parmi les Toulonnais) cette saison. Des chiffres fous, qui font rire le principal intéressé : "Les mecs se moquent de moi tous les jours en disant "donnez la balle à Jiuta et laissez le faire le travail" !". Il faut dire qu’au sein de son équipe, Wainiqolo a désormais une certaine réputation : celui de d’un joueur insaisissable. "C’est un joueur formidable, reconnaissait Cheslin Kolbe. Il a tout ce qu’il faut pour être un très bon ailier : de la vitesse et de la puissance. Il fait payer les adversaires quand ils manquent des plaquages et il est capable de traverser le terrain."

En feu offensivement, Wainiqolo n’a pas délaissé le boulot défensif pour autant. Il n’a manqué aucun de ses 19 plaquages cette saison, fait assez rare pour un ailier. "Quand je suis arrivé, je n’étais pas bon en défense. L’année dernière, je n’arrivais pas à lire le jeu, mais j’ai travaillé. Des joueurs comme Cornell (Du Preez), Charles (Ollivon) et Cheslin (Kolbe) m’ont beaucoup aidé sur ça." Pour autant, le Fidjien a encore beaucoup de choses à améliorer, ne serait-ce que dans son placement ou dans sa manière de gérer les situations sur le terrain.

Wainiqolo isn't just an attacker though. He bounces between 11 and 14 and has good eyes for defence. One area to look at is that he does tend to tackle high - not illegally so - but he can be found out with more powerful carriers.

11) pic.twitter.com/LZrxCGcL2S

— Sam Larner (@SamLStandsUp) September 29, 2022

Mignoni : "Un joueur surprenant"

S’il ne manquait pas de dresser un portait élogieux du phénomène, Pierre Mignoni affirmait avoir en sa possession un joueur assez unique. "Jiuta est un joueur surprenant offensivement comme défensivement, et cela dans le bon et le mauvais sens du terme, affirmait le coach toulonnais. C’est un joueur atypique. J’adore ce garçon, je le découvre dans la vie de tous les jours, il a une attitude toujours positive. Il faut qu’il grandisse dans son jeu, il est capable de faire des choses en attaque mais aussi des erreurs de cadets. C’est un bon coéquipier et je pense qu’il va bien progresser." Et lorsqu’on demande à l’ailier s’il corrobore les propos de son entraîneur, ce dernier ne manque pas de rigoler encore une fois, avant de glisser simplement un petit "oui."

Une réponse qui trahit d’ailleurs la timidité affichée par le fidjien, sans cesse coupé par les miaulements son chat lors de notre interview, ce qui ne manquait pas de le faire rire. "Je suis très heureux de jouer pour ce club, glissait-il tout de même. Juste jouer au rugby, c’est quelque j’ose que j’aime et là, j’apprécie de jouer dans ce championnat. Je suis à l’aise dans ce championnat et j’adore jouer avec les mecs." Préservé face à Brive pour être sur le pont contre La Rochelle, Wainiqolo sait que cette rencontre est très importante pour confirmer le gros début de saison des siens. "L’année dernière, il y avait beaucoup de grosses blessures et nous n’avions pas très bien commencé, se remémorait l’ailier. Mais cette saison, nous avons très bien commencé cette saison avec beaucoup de victoires à la maison. Nous avons un très bon groupe et de bons coachs. Nous espérons continuer dans cette voie-là."

Waisea, l’autre moitié

Titulaire aux côtés de Cheslin Kolbe, il prouve que dans les gros matchs, le tandem Azéma-Mignoni peut faire appel à lui et se montre aujourd’hui comme indispensable dans le groupe. D’ailleurs, lorsque Villière sera de retour, il va falloir qu’il aille chercher sa place devant le Fidjien, plus décidé que jamais à performer. "Gabin et Cheslin sont deux des meilleurs ailiers du monde. J’apprends auprès d’eux. Garder ma place de titulaire même lorsque les deux sont là ? Ça va dépendre… Ce sont les entraîneurs qui décident ! Mais moi, je suis prêt. Je donne de mon mieux."

Les arrières du @RCTofficiel se régalent à Pau ⚡️
Quel essai renversant signé Jiuta Wainiqolo ?#SPRCT pic.twitter.com/StLWikxxRq

— CANAL+ Rugby (@CanalplusRugby) October 1, 2022

Son positionnement sur l’aile est d’autant plus intéressant qu’avant lui sur la ligne arrière se trouve un autre joueur au profil similaire : Waisea Nayacalevu. Arrivé cet été en provenance du Stade français, le centre a un passé commun avec l’ailer. "Nous venons du même village aux Fidji et nous nous connaissons très bien. Il connaît ma famille, je connais la sienne, expliquait Wainiqolo. Quand je jouais au rugby à l’école, je le voyais jouer en Top 14, maintenant je joue à ses côtés." D’ailleurs, l’ailier fait même partie des raisons qui ont poussées celui qui était un des meilleurs joueurs du championnat l’année dernière à changer de club. Wainiqolo témoignait : "Quand il était au Stade français, il m’a dit qu’il pensait venir à Toulon. Je lui ai dit de venir parce que j’étais le seul Fidjien ici ! Je lui ai dit qu’il y avait plein de choses bien ici, de bons supporters, des gens super, du soleil, etc." Désormais réunis, la paire talentueuse fait des ravages et s’avance avec ambition sur la prochaine cible : le Stade rochelais.