• Top 14 - Grégory Patat (Bayonne)
    Top 14 - Grégory Patat (Bayonne)
  • Top 14 - Martin BOGADO (Bayonne).
    Top 14 - Martin BOGADO (Bayonne).

Patat : "Je pense que cette victoire va être fondatrice"

Le

TOP 14 - Conscient que son équipe a été en difficulté contre l’USAP, notamment dans les rucks, le manager bayonnais était satisfait que l’Aviron ait su remporter un quatrième match à domicile cette saison (24-20).

Grégory, le sans-faute continue, même si ça a été plus compliqué que face à la Rochelle…

Oui, ça a été très compliqué. Nous avons fait le nécessaire pendant les vingt premières minutes pour mettre sous pression cette équipe catalane, mais nous n’avons pas scoré. Nous sommes confrontés à une défense très agressive, qui nous fait la guerre sur chaque ruck. Ça ne nous a pas permis de développer notre jeu. Ils ont haché le jeu et, à un moment, ils ont accéléré pendant cinq minutes. Ça nous a mis sous pression par rapport au plan qu’on avait. Nous voulions maîtriser notre jeu, avoir de la continuité et nous avons déjoué, tout simplement.

Vous avez été moins réaliste que d’habitude. Pourquoi ?

Nous avons eu pas mal de possessions mais, à chaque fois, il y avait un ruck mal négocié et une pénalité contre nous, ou une mauvaise passe avec un essai pour eux derrière. Il fallait de suite se détacher au score si on voulait avoir un peu plus de maîtrise sur ce match. Malheureusement on n’a pas pu le faire. Il faut reconnaître la qualité du jeu des Catalans ce soir. Ils ont eu deux occasions et ils marquent. Nous, nous avons été mis sous pression tout le temps. Nous avons eu beaucoup d’occasions ce soir, mais nous ne les avons pas mises au fond. Sur les matchs précédents, nous n’avions besoin que d’un quart d’occasion. La défense catalane a été très présente et, tout simplement, elle nous a mis à mal.

Les résultats du multiplex de la 8ème journée de #TOP14 ! ?

Les films des matchs > https://t.co/ieq8rKHQKW pic.twitter.com/ZikU2x6f3F

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) October 22, 2022

L’équipe était-elle crispée avant ce match à enjeu ?

Non, parce que nous avons été capables de renverser le match, comme vous l’avez vu. Des joueurs sont entrés en jeu, nous sommes revenus petit à petit. Il y a eu des maladresses de notre part et une non-maîtrise de notre jeu sur les rucks. On s’est fait casser la bouche sur les rucks. Quand tu te fais casser la bouche sur les rucks, tu prends un coup sur la tête. Il faut reconnaître que les Catalans ont été bons là-dessus. Ils avaient mis l’équipe qui voulait ça. On l’avait vu à la vidéo. On a senti qu’ils rompaient, qu’il y avait des espaces dans leur défense, mais on n’a jamais su y aller.

Le fait de gagner "moche" est-il important dans la construction de votre équipe ?

Complètement. Je pense que cette victoire va être fondatrice. Si le résultat n’avait pas été positif, il y aurait peut-être eu beaucoup de remise en question par rapport à tout ce qu’on avait fait et les résultats qu’on avait eus ici. Gagner moche, c’est gagner. Ce championnat est très long, il faut savoir gagner de tels matchs. Si les Catalans ramènent plus qu’un point, il n’y a pas à crier au scandale. On s’est mis sous pression en négociant mal trois renvois. Cette victoire est positive pour notre jeune histoire. Nous n’en sommes qu’au début, mais il vaut mieux travailler dans des conditions favorables de victoire, qu’avoir mal à la tête à cause d’une contre-performance.

Top 14 - Martin BOGADO (Bayonne).
Top 14 - Martin BOGADO (Bayonne).

Cette victoire va vous permettre de préparer la réception de Toulouse le cœur un peu plus léger ?

Le contexte sera complètement différent. Nous allons redevenir le petit, ça va être une fête à Dauger. On aurait pu mettre 30 000 personnes dans ce stade, tout le monde attend ce match. Mais il fallait passer celui-là pour que la fête soit au rendez-vous.

Allez-vous jouer ce match face à Toulouse sans pression ?

On va le jouer pour performer, c’est une certitude. À ce sport, si tu n’as pas peur, c’est compliqué. Il y aura une petite forme d’appréhension. La pression, je ne sais pas mais on va tout faire pour rester invaincu à Dauger, c’est une certitude.

Vous mettez Perpignan à sept points ce soir…

C’était important sur le plan comptable. J’en avais parlé avant le match. Ce n’est pas une bouffée d’oxygène, mais de la croyance dans tout ce qu’on fait. C’est hyper important de mettre ces équipes à une marge de points comme celle-là. Nous, nous allons continuer à avancer, mais eux, ça va leur exercer une pression supplémentaire par rapport à leur parcours. L’USAP aurait pu gagner, mais elle se retrouve à moins sept et aura la pression, le week-end prochain, en recevant Lyon. Nous avons renversé la pression et nous leur avons redonnée. C’est positif. Avant de partir, je voudrais juste passer un petit message. Je tiens à dédier cette victoire à la petite Lorea. C’est la fille de notre entraîneur des espoirs, Stéphane Barbéréna et elle nous a quittés. Nous avons une grosse pensée pour elle. Stéphane est un fan de l’Aviron et si on peut amener un peu de bonheur à sa famille, dans ces moments-là, c’est important.