• Top 14 - Bayonne - Patat
    Top 14 - Bayonne - Patat

Patat : "Notre équipe envoie un message positif"

Le | Mis à jour

TOP 14 - Forcément heureux, après la victoire de son équipe face au Stade toulousain (26-22), le manager bayonnais, Grégory Patat, a notamment aimé la très bonne première période de ses joueurs.

Grégory, quel est votre premier sentiment après ce succès ?

Je suis très satisfait. Dans le contenu, nous avons fait une très, très grosse première mi-temps. Nous avons scoré sur nos temps forts et nous aurions pu encore plus scorer par rapport à la domination que nous avons eue. Mais cette première mi-temps a coûté en énergie, puisqu’en seconde période, nous avons baissé le pied.

Avez-vous baissé le pied inconsciemment, parce que le score était fait ?

Nous avons averti les joueurs à la mi-temps. Nous voulions jouer dans leur camp, rester disciplinés. On voulait que les Toulousains s’exposent et surjouent, mais notre indiscipline nous a fait trop mal. Elle nous a trop mis sous pression en deuxième mi-temps. Notre défense était relativement en place. Je crois que nous avons pas mal retardé l’échéance. Nous avons défendu notre ligne avec un énorme cœur.

Vous avez coaché très tôt en début de deuxième mi-temps. Pourquoi ?

Même en première mi-temps, alors que nous dominions, j’ai eu des signaux de joueurs qui étaient négatifs à mon sens. C’est pour ça que j’ai voulu faire rentrer mon banc plus tôt.

Votre plan consistait-il à mettre la pression sur la charnière toulousaine ?

Oui. On savait qu’Arthur Retière n’avait pas l’habitude de jouer souvent à ce poste, même s’il a une petite expérience. Concernant Edgard Retière, ce n’était que son second match de Top 14. Nous voulions donc les provoquer, mettre de la pression à la charnière. Nous savions que si on pressait Juan Cruz Mallia, il allait nous rendre des ballons faciles, car ils n’avaient pas forcément de longueur de jeu au pied. C’était un pan de notre stratégie.

Étiez-vous au courant des résultats des autres équipes avant votre match ?

Bien sûr. C’est la première fois qu’on jouait à 21 heures, donc nous avons vu tous les matchs. On s’est dit qu’il ne fallait rien attendre de personne. C’est à nous d’aller chercher les résultats. C’est ce que nous avons fait. Le mot d’ordre, au briefing, était d’aller chercher les choses, de les provoquer. À mon sens, ça a été fait, ce soir…

Pensez-vous avoir envoyé un message à vos concurrents directs ?

Un message, non. Mais ce qui est intéressant, pour nous, c’est que nous avons de la continuité dans les résultats, notamment à Dauger. Je pensais que le scénario allait être différent et qu’avec le temps, on allait mettre plus à mal cette équipe toulousaine, car leur banc manquait d’expérience. Ça a été le contraire, mais notre équipe envoie un message positif. C’est notre cinquième victoire. Plusieurs équipes sont venues et nous avons fait preuve de maîtrise. Il y a un savoir-faire par rapport à ces matchs à enjeu.

Maintenant, votre axe de progression sera de concrétiser à l’extérieur…

Bien sûr. Là, j’ai une grosse problématique. Il reste un match et je trouve un groupe un peu usé physiquement. Mentalement, nous essayons de trouver des solutions pendant la semaine, nous essayons de baisser les volumes et de garder l’intensité, mais ce n’est pas non plus une solution. Il faudrait aller chercher quelque chose à l'extérieur pour poursuivre notre petit bonhomme de chemin, mais nous allons aller à Clermont, qui, à domicile, a envoyé des messages plus que positifs. Il y aura du turnover à Clermont, car il y a pas mal de joueurs qui reviennent de blessure. J’espère qu’on va créer une émulation à l’intérieur de ce groupe en allant faire du contenu à Clermont.