• Challenge Cup - Gabin Villière (Toulon) en béquilles
    Challenge Cup - Gabin Villière (Toulon) en béquilles
  • Gabin Villière - XV de France
    Gabin Villière - XV de France

Villière, ce Hercule freiné par son corps

Le

TOP 14 - À peine revenu d'une blessure à la cheville, Gabin Villière est sorti touché lors du match face au Stade français samedi dernier. Victime d'une fracture du péroné, l'ailier toulonnais est indisponible jusqu'à la fin de l'année civile, au moins. Sur-humain sur le terrain, le physique de Villière inquiète désormais, à moins d'un an de la Coupe du monde 2023 en France.

Il était enfin là, prêt à disputer son premier match de la saison. Sur la pelouse de Jean-Bouin, Gabin Villière était de retour après six mois passés loin des terrains. La raison ? Une cheville blessée et extrêmement douloureuse, opérée par deux fois entre mai et octobre. "J’avais d’énormes douleurs. Je ne pouvais quasiment plus courir, j’en étais incapable sur une moyenne distance. Cette nouvelle opération a permis de tout nettoyer et d’enlever tous les parasites qui étaient loin d’être bénéfiques pour mon retour à la compétition", nous avait-il confié. On se disait donc qu'enfin, face au Stade français, l'international français (26 ans, 12 sélections) était débarrassé de tous les tracas liés à ses blessures à la cheville et pouvait de nouveau repenser au terrain. Il l'a été, en réalité, seulement pendant 79 minutes.

Des blessures qui inquiètent

79 minutes durant lesquelles, dans son style habituel, l'ailier sur-solide aura fait grand mal aux malheureux Parisiens qui ont essayé de le plaquer. Omniprésent dans les phases de combat, Villière a d'abord rassuré tout le monde son état de santé... avant de commencer à boiter. Touché à la cheville visiblement, il sortait du terrain par précaution. "Je suis sorti juste une minute avant la fin, j'ai préféré anticiper, faire attention mais je suis capable de marcher donc ça va. On va aller faire un petit check mais je me sens bien, il n'y a pas d'inquiétude", lançait-il à la fin de la rencontre. Mais quelques jours plus tard, le verdict était beaucoup plus grave que prévu : Toulon annonçait une fracture du péroné au niveau de la cheville gauche. Une nouvelle blessure qui le privait d'un mois et demi de compétition, soit jusqu'à la fin de l'année civile, au minimum...

?? L'ailier du Rugby club toulonnais, Gabin Villière, ne rejouera pas au minimum jusqu'à la fin de l'année civile.

Les explications > https://t.co/kIp2VaxJUq pic.twitter.com/YMIHFdciQk

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) November 29, 2022

Impossible alors, de ne pas s'inquiéter pour le futur de celui qui a grandement participé au grand chelem du XV de France la saison dernière. Car Gabin Villière est un joueur en or, un Hercule sur le terrain, mais doit sans cesse composer avec les blessures depuis plusieurs années. En mars 2021, Villière avait par exemple été victime d'une fracture de la main avec Toulon face au Racing 92. Une blessure qui l'avait empêché de disputer la fin du Tournoi des 6 Nations avec les Bleus. Quelques mois plus tard, en Australie lors de la tournée d'été, le casqué avait joué le second test blessé à la cheville avant de (déjà) être opéré de celle-ci à son retour en France. Lors du Tournoi des 6 Nations 2022, après un match énorme contre l'Irlande, l'ailiier l'ailier cette fois du visage avec une fracture du sinus frontal. Une blessure qui l'a empêché de jouer face à l'Écosse.

Un style de jeu qui marque physiquement

Enfin, il y a donc eu ces différents problèmes à la cheville, qui l'ont handicapé durant ces six derniers mois, et qui continueront de le tourmenter jusqu'à 2023, au moins. Toutes ces blessures sont dues, quelque part, à de la malchance, c'est sûr. Mais elles sont aussi, c'est certain, les conséquences du style de jeu du bonhomme. Adepte des contacts virils et des gros caramels, Villière souffre sûrement de cette appétence à multiplier les chocs. "Je suis conscient d’être atypique et ça me va bien, avait-il confié à Midi Olympique l'année dernière. Je sais bien que je ne suis pas le meilleur marqueur du championnat et je ne mets pas des "cad-deb" à tous les matchs. Mais sur l’engagement et le combat, on ne peut rien me reprocher. J’essaye d’apporter à l’équipe en amenant mes propres qualités."

Gabin Villière - XV de France
Gabin Villière - XV de France

Il n'empêche que la multiplication des pépins physiques de Gabin Villière inquiète, à quelques mois d'une Coupe du monde en France qu'il devrait disputer son corps le permet. À l'image d'un Arthur Vincent, qui avait rechuté de sa grave blessure au genou en début de saison, Villière doit à tout prix enchaîner et se débarrasser de ses problèmes physiques pour être serein quant à son avenir. Mais ça, pour un joueur de rugby qui aime à ce point l'affrontement, c'est beaucoup demander. "J’ai toujours eu ce tempérament. Tant que je suis sur le terrain, je ne peux pas m’arrêter. Vous savez, je suis un amoureux du rugby. J’ai envie de courir, de plaquer… Ce n’est pas possible autrement, je ne conçois pas d’abandonner." Toulon et le XV de France n'ont plus qu'à croiser les doigts.