• Frédéric Charrier - Union Bordeaux-Bègles
    Frédéric Charrier - Union Bordeaux-Bègles
  • Top 14 - Rémi Lamerat (UBB)
    Top 14 - Rémi Lamerat (UBB)

Charrier : "L’UBB est en train de retrouver son niveau"

Le

TOP 14 - L’entraîneur de l’UBB Frédéric Charrier n’a pas caché être heureux de la réaction des siens face à Montpellier vendredi. L’équipe progresse au classement et dans le contenu des matchs. Pour lui, ce n’est pas surprenant : Bordeaux-Bègles retrouve son niveau et peut battre n’importe qui.

Qu’est-ce qui vous a plu ce soir ?

Le score ! La première mi-temps a été compliquée, on savait dans quel état d’esprit allaient arriver les Montpelliérains. On n’a pas fait la première mi-temps qu’on aurait voulu faire, on leur a donné des points. Par contre, en deuxième mi-temps, j’ai bien aimé la réaction de l’équipe et j’ai retrouvé l’état d’esprit qui est affiché depuis quelques semaines maintenant. C’est ça qui m’a le plus plu.

Le plan de jeu, comme la semaine dernière, a surtout été respecté, n’est-ce pas ?

Il faut s’adapter à l’équipe qu’on a en face. Cette fois, on avait affaire à une équipe montpelliéraine qui venait avec ses atouts : des avants capables de porter le ballon, un jeu au pied de qualité avec Coly, Garbisi et Bouthier. On savait très bien qu’ils allaient essayer de nous mettre sous pression dans notre camp, rien nous donner, essayer de nous mettre à la faute et prendre tout ce qu’il y avait à prendre. On avait besoin de construire notre match pour le gagner. On n’a pas su le faire en première mi-temps puisqu’à chaque fois qu’on marquait des points, on en reprenait derrière. Il y a eu beaucoup de fautes aussi.

Le forfait de dernières minutes de Rémi Lamerat a joué sur l’entame de match ?

Non, je ne pense pas… Mais c’est vrai qu’on aurait aimé avoir Rémi sur l’entame de match pour amener son expérience. Après, J-B (Dubié, NDLR) a aussi de l’expérience mais ce n’est pas le même profil de joueur. On était au courant qu’il y avait une gêne chez Rémi, donc J-B était au courant qu’il devait soit attaquer le match, soit ne pas être sur la feuille. Ce n’était pas un problème.

À la base, l’association Lamerat-Vili avait été construite pour contrer le puissant Jan Serfontein ?

Oui, par rapport à Montpellier qui n’aime pas se découvrir, on voulait avoir un milieu de terrain avec deux porteurs de balle pour attaquer le match et rentrer après avec Yoram. Oui, c’était la raison pour laquelle on voulait jouer avec Rémi. Aussi, on voulait être avec une charnière assez joueuse avec Jules (Gimbert, NDLR) et Matthieu (Jalibert, NDLR) et on avait aussi besoin d’un petit papa à côté d’eux.

Top 14 - Rémi Lamerat (UBB)
Top 14 - Rémi Lamerat (UBB)

Vous avez le sentiment d’être récompensés avec ces deux victoires contre La Rochelle et Montpellier ?

Oui, comme on le disait : c’est bien beau de faire de bonnes semaines d’entraînement, c’est bien beau de faire des matchs cohérents, mais il faut se payer. Et on n’est payé que quand on gagne les matchs. Alors gagner, marquer des points et d’avancer au classement, ça fait du bien.

Ça fait quoi de battre successivement le champion d’Europe et le champion de France ?

Ça veut dire qu’on est capable de battre toutes les équipes du championnat. Mais ça, on le savait. Ça veut surtout dire qu’on est en train de retrouver notre niveau, qu’on n’avait pas réussi à retrouver depuis le début de l’année. On n’est pas surpris par nos performances mais on était surtout content de retrouver le niveau qu’on est en train d’avoir.

L’objectif était le top 6 à la fin de l’année 2022, vous y êtes en attendant les autres rencontres…

L’objectif, c’est de faire une série de victoires. Parce que quand gagne un match, on en perd un, et ainsi de suite, on se retrouve à la septième place puis à la neuvième… On n’avance pas tellement. L’objectif, c’est de faire une série : avant la coupure européenne, on a gagné face à Brive, on a ensuite gagné à La Rochelle, donc c’était important ce soir de continuer.

Louis Bielle-Biarrey a impressionné ce soir ?

Oui, après Louis est un jeune joueur qui a besoin de gagner en expérience, en maturité. Il faut lui laisser le temps. Mais c’est vrai qu’il nous montrait de belles choses à l’entraînement qu’on n’arrivait pas forcément à voir en match. Et ce soir, on a vu ce qu’il était capable de faire.