• Top 14 - Camille Lopez (Bayonne).
    Top 14 - Camille Lopez (Bayonne).

Lopez : "Aujourd’hui, tout le monde a fait une grande partie"

Le

TOP 14 - Très bon face au Stade rochelais, l’ouvreur et capitaine de l’Aviron bayonnais, Camille Lopez, sait que la route pour le maintien est encore longue.

Camille, après les victoires contre le Racing et l’UBB, est-ce la performance la plus aboutie de l’Aviron cette saison ?

Je ne dis pas oui. On prend, on bat le champion d’Europe à la maison, c’est encore un gros qui tombe chez nous. Mais il y a encore énormément de détails qui ne vont pas. Je pense qu’il faut qu’on soit exigeant envers nous-mêmes. Je pense qu’on peut encore plus maîtriser la chose, notamment en seconde mi-temps, quand on prend le score. Nous avons eu des possessions et nous avons fait tomber le ballon. Nous n’avons pas su garder cette possession. Ça aurait été encore mieux d’avoir une certaine emprise. Nous sommes exigeants, nous prenons afin de construire pour l’après, mais ce soir, nous sommes contents.

Vous avez gagné avec d’autres ingrédients que de l’envie et de l’engagement…

Oui. Nous y avons mis beaucoup d’envie et d’engagement. Si on n’y met pas le cœur, face à une équipe comme ça, on ne gagne pas. Nous avons pris des tonneaux toute l’après-midi, mais nous avons fait front. Nous avons bien ferraillé, c’était un point clé du match. En plus de ça, nous avons été efficaces et pragmatiques. Nous avons quasiment scoré à chaque fois que nous avons été chez eux. C’est hyper important. Face à des grosses écuries comme ça, c’est là qu’il faudra qu’on soit bon.

Camille, vous êtes déjà le patron de l'Aviron ?

Non, il n’y a pas de patron. Nous sommes là pour apporter chacun, à notre niveau et à notre poste. Je crois qu’aujourd’hui, tout le monde a fait une grande partie. Devant, il fallait rivaliser avec ces gros tonneaux. Chapeau à toute l’équipe.

Pouvez-vous viser mieux que le maintien ?

On prend et dans la construction de notre équipe, il faut qu’on se base là-dessus. Mais on ne peut pas se permettre de viser autre chose que le maintien. Aujourd’hui, c’est notre combat. On a battu trois gros, mais le chemin est encore très, très long.

Aujourd’hui, vos concurrents qu’ils se nomment Perpignan, Brive ou Pau ont perdu.

Ils jouaient tous à l’extérieur. Nous n’avons pas encore gagné en déplacement. C’est sûr que rester souverain à la maison est important, mais je pense que ça ne suffira pas.

Le jeu au pied d’occupation a été une des clés du match.

Oui. Nous avions identifié que, face à cette équipe-là, il ne fallait pas qu’on s’expose. Cette guerre de territoire était forcément hyper importante aujourd’hui. Gaëtan a maîtrisé ça à la perfection. Il nous fait énormément de bien avec la longueur de son jeu au pied. Maxime a aussi été très bon là-dedans.

Personnellement, vous avez eu le droit à une belle ovation à votre sortie…

Je savais la ferveur qu’il y avait dans ce club. Je suis venu pour ça. On vit des bons moments parce qu’on gagne. Le public nous fait du bien. Être à guichets fermés tous les week-ends nous pousse, nous galvanise. Mais le chemin du Top 14 est très, très long. Nous allons vivre des moments compliqués, j’en suis persuadé. Il faudra que tout le club et la ville restent solidaires, les joueurs, l'extra-sportif, les bureaux. Si nous restons solidaires, nous ferons front.