• Papali'i - Brive
    Papali'i - Brive

Brive : Papali'i avait tout bon... jusqu'à la dernière action

Le | Mis à jour

TOP 14 – Le numéro huit corrézien, Abraham Papali'i, a réalisé un match énorme face à Montpellier inscrivant un essai et multipliant les charges pour mettre le CAB dans l'avancée. Malheureusement, le Néo-Zélandais a commis une erreur sur la dernière action qui n'a pas permis aux Brivistes de l'emporter...

Abraham Papali'i et Zach Mercer se sont livré un magnifique duel ce samedi sur la pelouse d'Amédée-Domenech. Chacun auteur d'un essai, les deux numéros huit ont été les meilleurs joueurs de leur équipe. Et dans leur match à distance ? Eh bien le Néo-Zélandais a fait plus que rivaliser face à l'Anglais. Déjà impressionnant à Perpignan, l'ancien joueur du Connacht a enchaîné avec une nouvelle grosse performance, multipliant les charges (23 courses ballon en main), créant des brèches dans la défense des champions de France et mettant les Corréziens dans l'avancée sur chacune de ses prises de balle. "C'est un joueur très généreux balle en main, il nous permet de jouer dans l'avancée, décrypte le pilier italien Pietro Ceccarelli. Avec le départ de "Sooty" (So'otala Fa'aso'o parti aux London Irish, NDLR), on cherchait quelqu'un dans son registre, donc c'est très positif." À l'image de cette énorme charge sur Alexandre Bécognée en début de deuxième période, mettant l'international tricolore sur les fesses (49e), Papali'i a marqué physiquement ses adversaires...

Face à Montpellier le numéro huit a donc débloqué son compteur d'essai sur une action parfaitement menée par l'ensemble du collectif corrézien et conclut en bout de ligne de manière acrobatique par l'ancien treiziste (19e). Une réalisation permettant aux joueurs de Jeremy Davidson de prendre l'avantage après un début de match raté.

Sorti assez tôt dans la rencontre (53e), le choix avait été fait de le faire souffler avant de le faire revenir dans la rencontre en toute fin de match pour porter l'estocade et faire la différence. Et le coup fut presque parfait...

On ne peut pas en vouloir à Abraham d’avoir voulu sauver la patrie

Comme ce fut le cas tout au long du match, dans le "money time", et alors que Brive est mené 26-31, Papali'i est énormément utilisé. C'est lui qui joue une pénalité à la main à une dizaine de mètres de l'en-but montpelliérain. Le choc impressionnant avec Florian Verhaeghe aura fait des dégâts puisque le colosse néo-zélandais semblait touché. Finalement, après une énième pénalité sous les poteaux du MHR, et après plusieurs mêlées dominatrices des Corréziens, il tente le va-tout pour libérer tout le Stadium. Il sort le ballon, vise la zone du 10 alors que Louis Carbonel est sorti après un carton jaune logique. Finalement bien arrêté par Paolo Garbisi, Papali'i tente une passe à une main pour Stuart Olding. Une transmission finalement mal maîtrisée qui scellera le sort du match.

Un manque de lucidité de la part du Néo Zélandais ? Peut-être, mais impossible pour les Brivistes d'en vouloir à leur numéro huit tant celui-ci a régné sur le match. "On ne peut pas en vouloir à Abraham surtout vu le match qu'il fait", confirme le demi de mêlée Paul Abadie. "On ne peut pas en vouloir à Abraham d’avoir voulu sauver la patrie, mais il faut qu’on apprenne de ces situations, ajoute Jeremy Davidson. Depuis le début de saison, il fait de gros matchs. On est très content de son investissement. Il progresse de match en match." Voilà les derniers petits détails à régler pour qu'il devienne l'un des tout meilleurs troisième ligne centre du championnat... Mais une chose est sûre, Abraham Papali'i en a le potentiel et a tout de la bonne pioche du recrutement briviste.