• Top 14 - Thomas Ceyte (Bayonne) contre La Rochelle (Midi Olympique/Pablo Ordas)
    Top 14 - Thomas Ceyte (Bayonne) contre La Rochelle (Midi Olympique/Pablo Ordas)

Le sans-faute à Jean-Dauger se poursuit pour les Bayonnais

Le | Mis à jour

TOP 14 – Troisième match à domicile de la saison pour le promu bayonnais, et troisième succès. L’Aviron est cette fois venu à bout, nettement, du Stade Rochelais (29-13). Les Basques ont réalisé un gros début de seconde période et ont surtout fait preuve de beaucoup de détermination pour dominer des Maritimes désorganisés.

Envie, courage et détermination. Voilà un triptyque qui résume plutôt bien la copie rendue par les Bayonnais qui sont allés chercher un précieux succès dans la course au maintien. Les Basques ont notamment pu s’appuyer sur un très gros début de seconde période pour faire le break dans une partie un temps rythmée, puis marquée par quelques maladresses. Mais l’on notera surtout cette incapacité des Maritimes à se montrer dangereux sur la durée, et à ne jouer que par à-coups, manquant de fluidité et de créativité.

Deux essais coup sur coup de Gaëtan Germain, suite à une interception de Rémy Baget pour une contre-attaque (42’), puis de Victor Hannoun après un jeu au pied de Lopez, et une maladresse de Teddy Thomas (45e), ont fait passer le score de 13 à 8 pour Bayonne, à 23-8. Un véritable tournant dans une partie déjà à l’avantage des Bayonnais mais qui a ensuite vu les Rochelais courir davantage après le score, et enchainer les frustrations. À l’image de leur touche défaillante, les Maritimes ont manqué de peps.

La Rochelle avait dégainé en premier !

Preuve supplémentaire des difficultés de La Rochelle en terre basque, bredouille pour la seconde fois en déplacement, une période de supériorité numérique mal exploitée après le carton jaune de Cotet (15e), avec 3 points encaissés et seulement une pénalité marquée sur la faute du pilier… Yoan Tanga avait pourtant ouvert le bal en étant à la conclusion d’un ballon porté (6e, 0-5), cependant Sireli Maqala est vite venu rééquilibrer les débats sur un mouvement au large, après une différence de Germain dans la défense (10e).

L’essai de Pierre Bourgarit sur un départ petit côté après une touche n’aura été qu’une réaction trop tardive (73e), car Bayonne avait déjà fait le plus dur en repoussant de nombreux assauts, en ayant cette capacité à inverser la pression et à optimiser les incursions dans le camp adverse par des points au pied. Leyds aura de son côté réalisé un 1 sur 2 face aux poteaux, avant de sortir sur commotion et de voir Jules Favre le suppléer, sans réussite (0/1). Mais là n’est pas la raison d’un revers qui ne souffre d’aucune contestation.