• Top 14 - RCT - Baptiste Serin
    Top 14 - RCT - Baptiste Serin
  • Top 14 - Dany Priso (Toulon)
    Top 14 - Dany Priso (Toulon)
  • Benoît Paillaugue (Toulon)
    Benoît Paillaugue (Toulon)

Serin : "Ça sera une partie d'échecs face à La Rochelle"

Par Mathias Merlo
Le

TOP 14 - En conférence de presse, le demi-de-mêlée a mis en avant l’apport des quatre ex-Rochelais (Priso, Tanguy, West, Sinzelle) avant le grand rendez-vous face aux Maritimes. L’international français a également évoqué sa nouvelle concurrence avec Benoît Paillaugue, et son nouveau rôle de buteur.

Après vos succès face à Pau et Brive, c’est un adversaire d’un autre calibre ce dimanche. Comment abordez-vous ce rendez-vous face à La Rochelle ?

On sait que ça va être très compliqué. Il y a peu de mecs dans le groupe qui ont gagné à La Rochelle. C’est une grosse épreuve à passer. On va y aller avec beaucoup d’humilité, mais aussi avec la confiance générée depuis ces deux derniers rendez-vous. On y va sans pression. Mais, on a envie de ne pas subir le match.

Est-ce que c’est une source de motivation supplémentaire d’affronter le champion d’Europe en titre ?

Oui. C’est la meilleure équipe d’Europe sur la dernière année. Ils ont largement mérité de remporter un titre à la vue de la dernière saison. Ça va être un gros rendez-vous. Tout le monde aime ces matchs. C’est bien de se préparer à les jouer, mais je répète, on ne doit pas le subir.

Le Stade Rochelais est réputé pour sa puissance. Dans votre gestion personnelle de la rencontre, quelle est la solution pour contrecarrer cette équipe ?

(Rires) Je ne vais pas tout vous dire. Je dois trouver le juste milieu à la mêlée. Sur les points de rencontre, on sait qu’ils ont de gros porteurs. On doit parvenir à les bloquer le plus rapidement possible. On devra essayer de leur donner peu de munitions. On doit essayer de les maintenir sous pression. On sait que ça sera compliqué, je vous donne des mots. On peut avoir un plan, mais c’est délicat de le mettre en œuvre durant la totalité d’un match.

Toulon a quatre ex-Rochelais dans son effectif (Priso, Tanguy, West et Sinzelle). Est-ce que le groupe s’est appuyé sur leurs connaissances ?

Ils sont bouillants. Non je déconne (rires) ! Forcément, ils ont donné plein de petits détails sur le mode de fonctionnement. En gros, on sait ce que cette équipe aime bien faire. Je ne vais pas tout vous dire sinon, je vais donner des billes à l’adversaire ! On connaît des principes élargis. Il y a une chose qui est bien pour cette rencontre : on a récupéré un mec de devant (Priso), un deuxième ligne (Tanguy), un gars à la charnière (West), et l’autre au centre du terrain (Sinzelle). On ne peut pas faire plus complet (rires). En plus, ce sont des joueurs qui avaient une grosse importance. Après, ça ne fait pas tout. Si tu connais le système de jeu, mais que tu ne mets pas les ingrédients… On en prendra quarante comme les autres !

Top 14 - Dany Priso (Toulon)
Top 14 - Dany Priso (Toulon)

Est-ce que vraiment, dans la préparation de la rencontre, ces connaissances ont une réelle importance ?

Oui, mais c’est difficile de tout vous dire en avant-match. On a beaucoup appris surtout sur la façon de défendre de la Rochelle. On sait que La Rochelle montre très fort sur les quatre premiers joueurs. Après, les mecs ont donné des détails sur le rôle de l’arrière, des ailiers. Ce sont des petits détails mais qui vont nous permettre de nous adapter en attaque. On sait aussi que La Rochelle gratte beaucoup les ballons au sol. Dans les premiers temps, on peut du coup savoir qui a l’ordre de le faire. Nos soutiens auront une grande importance. Sans eux, on aura un jeu lent.

On sait que la tactique est un domaine qui vous passionne…

Je peux passer des heures à en discuter (rires). J’adore ça ! Ça sera une partie d'échecs face à La Rochelle. L'équipe qui fera le moins d’erreurs gagnera la rencontre.

Toulon a retrouvé une assise devant. Avez-vous ressenti un déclic ?

On a de la continuité. Le match de Perpignan a été un rappel à l’ordre, en tant qu’équipe et club. Il y a eu une prise de conscience. On ne peut pas faire ce genre de prestation. On ne doit pas autant subir. On n’a pas su prendre le match à deux mains. Les avants ont pris les matchs à leur compte après Perpignan. Quand on domine comme ça devant, c’est un régal pour les fusées de derrière.

Cette saison, vous êtes en concurrence avec Benoît Paillaugue. Quel rapport entretenez-vous ?

On s’entend très bien, nous sommes proches. On a été adversaires pendant 10 ans. Tous nos amis en commun nous disaient qu’on allait bien s’entendre. Au début, on ne savait pas trop car on n’avait pas appris à se connaître en dehors. C’est une très bonne recrue. C’est un super mec. On va souvent au golf ensemble. C’est un mec honnête, pur. Pour le rugby, c’est le neuf ! Il a de l’emprise sur les gros. Il a du bulbe sur le jeu, il le comprend. Il a des idées. On s’aide beaucoup sur notre vision du poste, et comment on doit aborder les matchs. Au niveau de la stratégie, on s’apporte beaucoup. Ce week-end, on joue Kerr-Barlow. On se donne des billes toute la semaine pour pouvoir le jouer. On a une bonne concurrence. Avec Jules (Danglot) aussi, on essaie d’évoluer ensemble.

Benoît Paillaugue (Toulon)
Benoît Paillaugue (Toulon)

Vous avez beaucoup donné dans les moments difficiles de Toulon, la saison passée. Paillaugue vous fait-il du bien également sur cet aspect ?

(Il souffle) Ah ça, ça fait du bien (rires) ! Je ne veux pas entrer dans les détails. Mais, je prends moins tout à cœur. Je ne joue pas tous les matchs dans leur intégralité. Ça me permet d’être un peu plus qualitatif. Contre Brive, je ne débute pas, mais je savais que j’allais avoir un peu de temps de jeu. Il fallait que je rentre avec l’ambition d’apporter quelque chose à l’équipe. Ça me met une pression un peu plus positive dans le sens où, avant, je savais qu’il fallait que je me gère durant la totalité d’une rencontre. Son arrivée me permet de souffler sur certaines rencontres. Grâce à ça, ça nous permet de tirer le meilleur.

Vous avez retrouvé le rôle de buteur cette saison. Est-ce que ça a été facile de reprendre cette responsabilité ?

J’en fais beaucoup plus à l’entraînement. Avant, je butais moins avec Louis (Carbonel) et Antho (Belleau). Ce sont des buteurs de classe, et je n’avais pas besoin de m’entraîner beaucoup. J’avais gardé une certaine logique. Je suis devenu plus assidu. J’ai repris ma routine de Bègles. Je prends beaucoup de plaisir dans cet exercice. Le jour où je perds ce plaisir, il faudra que j’arrête !