Icon Sport

Xavier Mignot, l’âge de la maturité

Xavier Mignot, l’âge de la maturité

Le 26/01/2022 à 15:02Mis à jour Le 26/01/2022 à 15:28

TOP 14 – Xavier Mignot est l’un des Lyonnais les plus utilisés depuis le début de la saison et l’ailier du LOU s’inscrit plus que jamais dans le projet, ayant récemment prolongé son contrat jusqu’en 2025. Formé au CSBJ, passé par Grenoble, l’international (2 capes) fête cette semaine ses 28 ans et a pris une place essentielle dans le collectif rhodanien.

5e du TOP 14 et qualifié pour les huitièmes de finale de Challenge Européen, le LOU réalise pour l’instant un parcours conforme à ses ambitions. Et avec 14 matchs disputés sur 19 possibles (3 essais), toutes compétitions confondues, le rôle de Xavier Mignot dans le collectif est à souligner. "Il nous offre quelque chose de différent car il peut jouer ailier mais aussi centre, on le sait. Physiquement il est très bien, il est costaud, il va vite, il est bon en l’air et c’est important. Surtout, il comprend bien le club et comment on joue", remarque l’entraineur des trois-quarts Kendrick Lynn. Ce n’est donc pas pour rien que le club et le joueur ont trouvé un accord pour prolonger son contrat de trois ans, soit jusqu’en 2025.

"À 27-28 ans, j’arrivais à un moment charnière de ma carrière. On est censé être dans les meilleures années. Physiquement, on est au mieux. Il y a de la confiance et de l’expérience, et c’était soit je m’inscrivais sur la durée, ou j’allais découvrir un autre projet ailleurs. J’ai fait le choix de croire au projet du LOU et d’en faire partie intégrante, explique le joueur. La ville de Lyon me plait, mais le premier choix reste sportif. C’est un club qui a de l’ambition et qui vise la qualification chaque année, et donc des titres. C’est un objectif de ma carrière car j’ai zéro titre. C’est un choix professionnel et familial. Tous les voyants étaient au vert pour que je reste à Lyon, à mon sens. L’avenir me dira si j’ai eu raison ou tort."

"J’essaie d’être une meilleure version de moi-même"

On a surtout le sentiment que l’ailier, peut-être moins dans la lumière que d’autres, a su gagner une place importante dans le groupe au fil des saisons. Après une année 2017 quasi blanche suite à une blessure à un poignet lors de la fin de son aventure à Grenoble, et une arrivée à Lyon marquée par une autre blessure à un péroné en match amical, il lui a fallu du temps pour retrouver un niveau qui lui avait permis de devenir international, participant à la tournée des Bleus en Argentine en 2016. "Cela a été compliqué. J’ai mis du temps à retrouver un bon niveau et la confiance. Mais cela fait trois ans maintenant… J’essaie d’être une meilleure version de moi-même et de m’améliorer au quotidien pour que cela se voit sur le moyen et le long terme", insiste-t-il. De là à le revoir un jour en Bleu ? Il s’en donne en tout cas les moyens.

Un constat, il n’avait jamais autant enchainé au LOU ! Épargné par les blessures, il a trouvé le rythme. L’analyse de Kendrick Lynn permet de noter "qu’il travaille et qu’il est meilleur quand il va chercher les ballons sur le 9 ou le 10, s’il n’attend pas sur l’aile. C’est un point fort pour l’attaque. Il va vite et peut aussi faire des plaquages dominants." Mais le principal intéressé reste convaincu qu’il peut mieux faire. "J’en veux toujours plus. Je sens, sans prétention, que je peux encore m’améliorer. Je peux être plus utile au collectif et être davantage sur les bons ballons. Pour ça, il faut jouer relâché et ça passe par la capacité à prendre du plaisir. Je fais attention à mon hygiène de vie, à la nutrition, au sommeil. J’ai appris avec l’âge à gérer l’aspect mental, la concurrence, pour être relâché et déterminé", confie-t-il en toute sincérité.

Voilà un trait qui le caractérise bien. "Il ne prétend pas être quelqu’un autre pour être dans le groupe, il est lui-même, apprécie Kendrick Lynn qui confie que le joueur n’hésite pas à mettre quelques pièces à ses coéquipiers. C’est dans le bon sens. Il est rigolo. On peut blaguer avec lui et c’est bien dans un groupe. Il faut des mecs différents, qui pensent différemment. Il n’hésite pas à donner son avis. Ce n’est pas moi qui vais dire, il faut faire comme ça. Ce sont des discussions et on aime trouver des solutions en tant que groupe." Et Xavier Mignot aime avoir ce rôle dans un groupe qui va avoir plus que jamais besoin de toutes ses forces vives pour atteindre ses objectifs sur la fin de saison. Car entre une ambition de phase finale en TOP 14 et d’aller au bout en Challenge Européen, les défis sont de taille pour le LOU.

Contenus sponsorisés