Icon Sport

Secoué, Castres s’impose contre Perpignan et valide son ticket pour la phase finale

Secoué, Castres s’impose contre Perpignan et valide son ticket pour la phase finale

Le 22/05/2022 à 23:01Mis à jour Le 23/05/2022 à 15:07

TOP 14 - Malgré une belle résistance catalane, Castres enchaîne une 21e victoire de rang à Pierre Fabre (28-12), et se qualifie pour la phase finale. A l’usure, les Tarnais auront eu raison de la bravoure de l’USAP en défense, qui devra se battre jusqu’au bout pour le maintien.

À tâtons, le C.O a assuré son objectif dans sa forteresse imprenable ! Les hommes de Pierre-Henri Broncan ont glané un nouveau succès à Pierre Fabre, point de bonus à la clé contre Perpignan, qui leur permet de se qualifier pour les phases finales avant l’ultime journée. L’essentiel a été fait par les coéquipiers de Filipo Nakosi, malgré un rendu pas toujours incandescent.

Car Castres, équipe de devoir, formation à la réputation de colosse physique, a été bougé de bout en bout par Perpignan ! Le premier tournant du match intervient très tôt, au grand dam de Melvyn Jaminet. L’arrière tricolore, qui souhaite quitter l’USAP avec une mission maintien réussie, se tord le genou sur son premier ballon de relance (1’). Il est remplacé quelques minutes plus tard, alors que le C.O réalise, comme à son habitude, un début de match en mode rouleau compresseur. Après l’ouverture du score de l’inévitable Urdapilleta (3-0, 2’), Botitu s’offre le premier essai de la partie, sur une action magnifique de première main des trois-quarts tarbais. A la relance suite à une chandelle tapée haute par Tedder, Nakosi fait une déboulé de 70 m avant de trouver son partenaire sur un 1 contre 1 d’école (8-0, 7’).

Pourtant, dès le renvoi suivant, le match s’équilibre et l’USAP se rebiffe. Face à des Castrais secoués comme rarement sur leurs fondamentaux, Tedder récolte le fruit de l’agressivité de ses coéquipiers et sanctionne l’indiscipline adverse (11-9, 25’). Une quatrième pénalité de rang lui permet même de donner l’avantage (11-12, 32’) aux siens. Sensation à Pierre Fabre !

Sans dominer, sans impressionner, les hommes en Bleu ont pourtant le dernier mot du premier acte. La faute à une mauvaise initiative de…Tedder, pourtant inspiré jusque-là. L’ouvreur cherche la relance près de sa ligne, se fait coffrer par une défense bien montée, et oblige Fernandez à aplatir dans son en-but pour une mêlée à 5 mètres.

C’est sans doute le tournant du match, avec de lourdes conséquences. Acculé près de sa ligne jusqu’à la sirène, L’USAP est réduit successivement à 14 (Lam à la 38’) puis à 13, lorsque Delguy projette volontairement le ballon hors du terrain. Castres récolte un essai de pénalité et rentre aux vestiaires avec un avantage pas franchement mérité (m-t, 18-12).

Perpignan aura été héroïque, Nakosi inarrêtable

Le niveau de jeu baisse considérablement dans le second acte. Face à l’accumulation croissante des fautes catalanes, Castres choisit de croiser le fer sur son point fort, le rapport de force. Les pick n’ go s’enchaînent, les sorties de balles s’éternisent, et la première ligne castraise met au pas ses vis à vis.

Pourtant, malgré de très longues séquences près de la ligne d’en but catalane, Castres ne parvient pas à déverrouiller le verrou. Cisaillant tour à tour la moindre tentative des locaux, les coéquipiers de Damien Chouly auront montré du coeur. Un ingrédient qui va compter à coup sûr pour la fin de la saison. Mais le réservoir baissant dans leur rangs, supplanté par de nouvelles infériorités numériques, le troisième essai de Castres paraissait presque inévitable.

Il intervient finalement à la 72e minute. Sur une relance délicieuse, Dumora réussit un par-dessus avant de servir Combezou, qui repique dans l’axe et crée un point de fixation dans les 22 m perpignanais. Dans le sens, Urdapilleta profite de l’infériorité numérique, le ballon parvient finalement à Nakosi qui renverse son vis à vis pour aplatir en bord de touche (28-12, 72’).

Cet essai récompense la domination absolue de Castres en seconde période, longtemps stoppé par la générosité des visiteurs. Mais l’USAP, diminué physiquement, a encore craqué après l’heure de jeu.

Pas toujours brillant, mais avec une patience absolue, le C.O rejoint donc le MHR et l’UBB parmi les premiers qualifiés pour les phases finales, et se battra avec ses deux rivaux pour une place directe en 1/2. De son côté Perpignan va devoir réaliser une performance contre Bordeaux pour espérer éviter le barrage d’accession promis au 13e de Top 14. Pour cela, il faudra également que Brive perde au Stade Français. Pour l’USAP, la tâche s’annonce désormais bien compliquée. Et les sourires vont aux Castrais, qui se présentent chaque semaine comme de très sérieux concurrents au Brennus.

Contenus sponsorisés