Other Agency

Piqueronies : "On veut que les joueurs soient heureux et pétillants"

Piqueronies : "On veut que les joueurs soient heureux et pétillants"

Le 12/08/2022 à 09:23Mis à jour Le 12/08/2022 à 09:25

TOP 14 - Pau va jouer vendredi soir le premier match de sa saison. Ce sera face à une équipe de Pro D2, Biarritz. Voici les premières impressions de Sébastien Piqueronies, le manager des Béarnais.

Dans quel état d’esprit abordez-vous ce premier match amical à Saint-Lary face au BO ?

Avec beaucoup d’enthousiasme, nous allons nous présenter pour la première fois à quinze sur un terrain. Elle sera très attendue par le staff et les joueurs, il y a même un peu d’impatience. Pourquoi ? Parce que nous avons travaillé sur divers formats, mais rarement en totalité. Nous avons travaillé sous divers formats jusque là, avec des exercices mixtes ou en collectif partiel. Il nous tardait de mettre tout ça en forme par un match à quinze.

Il faut comprendre que comme d’autres équipes, nous avons scindé notre préparation en deux blocs avec une semaine de coupure entre les deux. Nous sommes donc en fin de première semaine de reprise d’un deuxième bloc, qui durera trois semaines. Nous sommes donc impatients.

Vous allez jouer votre premier match amical à Saint-Lary, même si vous n’y avez pas fait de stage. Pourquoi cette décision ?

Oui, nous tenions à rester dans notre territoire qui est riche et fabuleux. Nous ne voyons pas ce que nous pourrions trouver de mieux ailleurs. Et puis, nous avons décentralisé des séances ici ou là autour de Pau, une par semaine en fait. Nous préférons cette solution tout au long de l’été pour donner des piqûres de rappel de territoire régulières. Et puis, nous sommes bien situés, nous avons sur place ce que certains clubs trouvent en traversant la France. Nous, les montagnes, nous les avons juste en face de nous.

Avez-vous votre effectif complet à disposition ?

Tout le monde est arrivé depuis dimanche. Nous avons donc commencé à effectif complet le 7 août et c’est une bonne nouvelle. Les derniers arrivés étaient des garçons venus de l’étranger qui devaient nous rejoindre plus tard. Évidemment, certains ne postulent pas pour ce soir. On va leur laisser une petite semaine de plus pour se préparer.

Quid des blessures de longue durée ?

Guillaume Ducat devrait faire son retour (NDLR : il s’était rompu les ligaments du genou gauche en octobre dernier). Jack Maddocks est lui toujours en phase de reprise (il souffre encore d’une cuisse). Des joueurs se sont fait opérer en toute fin de saison dernière ou au cours de l’intersaison. Je pense à Daniel Ikpefan qui est un blessé de moyenne durée. Des gens comme Fabrice Metz ou Sacha Zegeur ne seront pas là contre Biarritz mais devraient postuler dès la semaine prochaine. Nous espérons qu’ils seront opérationnels dès le mois de septembre.

On dit que vous aviez aussi les étapes du championnat de France de sept en tête pour cette préparation ….

Oui, nous travaillons en groupe total, soit cinquante-deux joueurs. À partir de cette semaine, les mardis après-midi, les quatorze septistes s’entraînent séparément. Chaque semaine, nous désignerons un groupe destiné à préparer le tournoi à VII suivant, ce ne seront jamais les quatorze mêmes, même s’il y aura un noyau d’une dizaine de joueurs qui sera toujours concerné. Et il y aura avec eux des professionnels qui feront un tournoi par-ci par-là. Ceci nous donnera de l’émulation et les deux projets pourront avancer ensemble. Ainsi des garçons comme Hewat, Tagitagivalu, Levron, Carol, Tuimaba ne seront pas à Saint-Lary ce soir, mais en partance pour la première étape du circuit français à sept.

On vous sent serein avant ce premier match ...

Nous sommes sereins au moins sur la planification de notre saison, nous y travaillons depuis longtemps. Nous avons été très vigilants à ne pas franchir la limite parce qu’on veut qu’il y ait le moins de blessés possible. On veut aussi que les joueurs soient heureux et pétillants.

Vous avez programmé deux rendez-vous contre des équipes de Pro D2 ; Est-ce un problème ?

La saison dernière Biarritz était au même niveau que nous et Mont-de-Marsan a failli rejoindre notre niveau. Mais ce qui est très important dans les matchs amicaux, c’est de vivre une opposition féroce pour être mis dans les conditions réelles de stress de match. Je pense que c’est ce que vont nous offrir nos amis biarrots et montois. Et puis, nous avons le luxe dans notre Sud-ouest d’avoir à proximité des équipes de haut niveau. Ce serait gaspiller de l’énergie que d’aller chercher du haut niveau à 800 kilomètres d’ici.

Contenus sponsorisés