Icon Sport

Kockott : "Nous regardons trop nos adversaires jouer depuis le début de la saison"

Kockott : "Nous regardons trop nos adversaires jouer depuis le début de la saison"
Par Rugbyrama

Le 25/11/2022 à 08:58Mis à jour Le 25/11/2022 à 10:07

TOP 14 - Le Castres olympique n'a toujours pas gagné à l'extérieur cette saison. Ce samedi, les Tarnais se déplacent sur la périlleuse pelouse de Marcel-Deflandre y défier La Rochelle. Entraîneur de la défense du CO, Rory Kockott s'attend à une féroce adversité, mais espère que ses joueurs vont répondre au combat proposé par les Maritimes.

Cela fait désormais plusieurs mois que vous êtes passé de l’autre côté de la barrière, avez-vous constaté des changements au niveau de votre comportement ?

Pas vraiment ! Je veux toujours être le meilleur mais ce n’est pas facile. Je veux aider l’équipe à être meilleure, notamment dans le secteur de la défense. On progresse. Cela n’est pas gênant d’être moyen, il faut simplement travailler pour s’améliorer.

Est-ce que vous sentez que le groupe adhère à votre méthode de travail ?

En termes d’investissement, je suis satisfait de ce que je vois depuis le début de la saison. Le Top 14, c’est un marathon. C’est la discipline qui fera la différence, notre faculté à s’entraîner toujours à 100%. Quand tu donnes tout le temps le maximum, tu grandis en tant qu’homme et forcément en tant que joueur.

Castres a laissé échapper quelques rencontres à l’extérieur qui vous aviez en main, quelles sont les raisons de ces échecs ?

Notre composition d’équipe a souvent changé depuis le début du championnat. C’est difficile de trouver des automatismes. Mais ce n’est pas une excuse. À Lyon par exemple, je trouve que nous avons subi les contacts. Nous avons travaillé à ce niveau-là pour retrouver de la solidité et engranger des points loin de Pierre-Fabre.

Il faudra donc être solide à La Rochelle…

Bien sûr. Ils ont des joueurs très physiques, qui adorent attaquer la défense, tout en faisant circuler le ballon quand ils le peuvent. La Rochelle est un très gros du Top 14. Je connais bien leur staff, notamment Ronan O’Gara, qui est un vrai compétiteur.

Leur défaite à domicile face à Pau est la preuve qu’ils peuvent tomber à la maison, mais également la certitude qu’ils voudront réagir. À quel match vous attendez-vous ?

Le Section paloise a fait le match parfait pour s’imposer sur la pelouse de Marcel-Deflandre. On va forcément tenter de s’inspirer de leur prestation pour ramener des points.

Rory Kockott - Castres olympique

Rory Kockott - Castres olympiqueIcon Sport

Cette saison, avec la grave blessure de Jérémy Fernandez et celle de Santiago Arata plus récemment, le poste de demi de mêlée fait parler du côté de Castres. Un simple signe du destin quelques mois après votre retraite ?

Il est vrai que nos demis de mêlée n’ont pas beaucoup de chance depuis le début de la saison. Le seul point positif, c’est que nous donnons l’opportunité à tous nos numéros neuf de s’illustrer. Mais je remarque quand même qu’il y a un peu de relâchement. La saison dernière, ils avaient un casse-c****** qui gardait la pression, mais je ne suis plus dans le groupe. Julien Blanc fait beaucoup de bien depuis qu’il est arrivé, mais ils doivent grandir ensemble.

En termes de discipline, pensez-vous que Castres paye sa réputation d’équipe pénible et souvent à la limite ?

Je pense que nous ne sommes pas assez à la limite, que nous regardons trop nos adversaires jouer depuis le début du championnat. Ensuite, je ne pense pas que les arbitres nous visent plus qu’une autre équipe de Top 14. Ce n’est pas facile d’être arbitre et cela ne doit pas être une excuse par rapport à nos résultats en demi-teinte.

Suivez-vous toujours le rugby international et notamment le XV de France ?

L’équipe de France est hors-norme. Elle sait gagner en souffrant, et ça c’est très important. Ce qu’ils démontrent sur le terrain est presque plus important que le résultat de mon simple avis.

Les Bleus sont-ils les grands favoris pour la prochaine Coupe du monde ?

C’est une certitude. Ils travaillent énormément depuis deux ans, ils ont un groupe jeune et talentueux. Le Mondial 2023 est une opportunité à ne pas louper, sachant qu’il est en France. Ils ont tout pour être champions du monde.

Contenus sponsorisés