Icon Sport

RCT : en colère et inquiets, les supporteurs restent tout de même patients

RCT : en colère et inquiets, les supporteurs restent tout de même patients
Par Rugbyrama

Le 30/09/2021 à 18:07Mis à jour Le 30/09/2021 à 18:12

TOP 14 - Après la défaite à Perpignan (9-12), les supporteurs du Rugby club toulonnais sont remontés comme des pendules. Mais contrairement à ce que l’on peut lire sur les réseaux sociaux, ils ne réclament pas le scalpe du manager Patrice Collazo même s’ils avouent que le mois d’octobre s’annonce décisif.

Lundi matin, Patrice Collazo ne s’est pas défilé. Souriant, le manager varois a répondu à certaines questions de supporteurs agacés par la prestation à Perpignan mais tout de même présents à l’entraînement ouvert au public. S’il n’y avait pas foule au Campus RCT lundi, l’ambiance était loin d’être explosive. Certains n’ont pas hésité à demander des réponses et des précisions au patron du jeu toulonnais qui a justifié certains de ses choix. L’ambiance est donc restée saine et apaisée malgré le match réalisé à Aimé Giral.

Car au-delà de la défaite, les supporteurs enragent par le manque de jeu proposé chez un promu. « Nous sommes très déçu, voir en colère parce qu’on n’a rien fait pendant ce match. Nous avons subi et dès qu’on a gratté un ballon, on a abusé du jeu au pied et en plus ce n’est pas un très bon jeu au pied », regretteManu Bielecki, président des Z'acrau du RCT. « Nous sommes inquiets, ajoute Julien Perpère, son homologue des Fils de Besagne. Il faut se mettre dans la peau de ceux qui ont fait 10 heures de bus pour aller à Perpignan. Eux, sont encore plus déçus ». Entre deux et trois cents Toulonnais avaient en effet réalisé le déplacement à Perpignan samedi soir, tout groupe de supporteurs confondus.

Encore patient avec Collazo

Principal responsable aux yeux de certains supporteurs, Patrice Collazo s’est retrouvé au centre des critiques et les réseaux sociaux n’ont pas manqué de s’enflammer, réclamant la démission du manager général du RCT et de son staff. « Les réseaux sociaux sont très violents et en plus les commentaires viennent bien souvent de gens qui ne sont pas au stade ou ne font pas de déplacement. Les gens qui écrivent derrière un clavier n’agissent bien souvent pas pour le RCT », regrette le responsable animation chez les Fadas du RCT. Julien Perpère tempère tout de même : « Sur les réseaux sociaux, c’est exprimé avec plus de colère, avec des mots à la limite du tolérable. Mais cette colère est une vraie colère ».

« Je n’aime pas taper sur un joueur ou un entraîneur, prévient Serge Oddo président des Bulls du RCT. Il est certain que c’est lui qui a les clés du camion. Ce n’est pas lui, à 4 contre 1, qui rate un essai ». Critique depuis la saison dernière du manager toulonnais, Julien Perpère précise que « personne aux Fils de Besagne ne réclame la tête de Patrice Collazo » tout en ajoutant : « On attend une remise en question du staff si les mauvaises prestations s’enchaînent. Nous sommes qu’à quatre journées, c’est encore trop tôt pour dresser un bilan. Mais si on revit la même saison que l’année dernière, ça va exploser ».

Interrogé jeudi en conférence de presse sur les critiques à son encontre, Collazo ne « demande pas de patience mais de gagner des matches ». « J’entends le mécontentement des supporteurs et je le comprends, explique-t-il. Par contre je vois aussi que des équipes sont allés chez des promus et en ont pris 30. Aller chez un promu en début de saison, c’est un contexte difficile à maîtriser ».

Octobre rouge

Loin d’être rassurés après trois années sans qualification en barrages (en 2020 la saison avait été interrompue alors que Toulon figurait dans les six premiers), les Varois s’attendent à vivre un mois d’octobre capital. Au programme : un déplacement à Castres suivi des réceptions de Brive et du Racing 92, d’un match à La Rochelle avant de terminer par l’autre promu Biarritz à Mayol. « On aura une photographie de notre saison, prévient Serge Oddo. Si à la fin octobre rien n’a avancé, il faudra prendre des décisions ».

Même constat du côté des Z’Acrau : « C’est sûr que si on est 11e ou 12e après ce mois d’octobre, ce ne sont pas les retours, même s’ils feront du bien, qui vont remotiver les supporters ». « Ce mois d’octobre va être décisif », conclut le responsable animation des Fadas.

Le RCT n’est donc pas en crise. Du moins pas encore. Et s’il veut éviter la pression de ses propres supporteurs, il va falloir retrouver très rapidement le chemin de la victoire en octobre. Car les jokers ont déjà été grillés au mois de septembre.

Tristan Arnaud.

Contenus sponsorisés