Icon Sport

Racing 92 - Stade français : vers une trilogie suffocante !

Racing 92 - Stade français : vers une trilogie suffocante !

Le 03/04/2022 à 10:23Mis à jour Le 03/04/2022 à 16:54

TOP 14 - Dimanche (21h05), le Racing 92 et le Stade français-Paris disputeront le premier de leurs trois derbys en trois semaines. Un scénario inédit qui pourrait plomber ou préserver les chances des deux équipes de soulever un trophée à l’issue de la saison, en Top 14 et/ou en Champions Cup.

Trois semaines pour sceller leur destin ! Dès dimanche (21h05), à l’occasion de la 22ème journée du Top 14, et jusqu’au 17 avril, date du match retour des huitièmes de finale de la Coupe d’Europe, le Racing 92 et le Stade Français Paris basculeront dans un périple de trois semaines où ils enchaîneront trois derbys ! Du jamais vu entre les deux équipes ! Un scénario un peu dingue qui promet son lot d’émotions. Mais ces trois rencontres peuvent surtout briser définitivement les ambitions des deux équipes, ou préserver leur rêve d’un sacre en fin de la saison en Top 14 et/ou sur la scène européenne.

" Sur 80 minutes, tu peux renverser le cours d'une saison…"

Si le Racing 92, actuellement 7ème (51 points) à trois longueurs du Top 6, est encore en course pour une qualification en phases finales, l’avenir du Stade Français Paris en championnat (11ème avec 45 points) s’est lui clairement assombri après la défaite, à Jean-Bouin, contre l’Union Bordeaux-Bègles (31-18). " On a un gros bloc qui nous attend contre le Racing. C'est un derby, ça a une saveur encore plus particulière. Effectivement, on n'a peut-être pas les mêmes objectifs que le Racing pour la fin de saison, mais ça reste un match de très haut niveau, il faut que l'on s'en serve pour grandir sur nos lacunes et construire cette histoire du club. Sur 80 minutes, tu peux renverser le cours d'une saison. Il faut profiter de chaque minute pour grandir et rebondir ", insiste le pilier parisien Clément Castets.

" On est une équipe à réaction mais là, le problème, c'est qu'être à réaction quand il ne reste que cinq matchs, c'est peut-être un peu tard..."

Le constat est plus sévère dans la bouche de Kylan Hamdaoui. "On est encore une équipe en construction, mais sur cette saison, il y a des matchs où on n'a pas appris de nos erreurs. On est une équipe à réaction mais là, le problème, c'est qu'être à réaction quand il ne reste que cinq matchs, c'est peut-être un peu tard... Il y a des choses qu'il faut qu'on corrige, qu'on change entre nous. On a fait beaucoup d'erreurs lors du début de saison, on a laissé beaucoup de points en route sur certains matchs importants", regrette l’arrière parisien. Avant d’ajouter : "Entre temps, on a réussi à corriger ça, à faire de bonnes performances lors des derniers matchs, et le week-end dernier, on peut dire qu'on est retombés un peu dans nos travers en faisant un match en dent de scie."

Top 14 - Kylan Hamdaoui (Stade français)

Top 14 - Kylan Hamdaoui (Stade français)Icon Sport

" 3 derbys pour montrer votre envie"

Alors que la direction du club parisien, à commencer par le propriétaire Hans-Peter Wild, avait clairement indiqué, en début de saison, son souhait de décrocher un trophée, les supporters des Soldats roses ont dernièrement fait passer un message très clair aux joueurs : "3 derbys pour montrer votre envie…", pouvait-on ainsi lire sur une banderole brandie dans les travées de Jean-Bouin samedi dernier. Mais cette trilogie s’annonce particulièrement délicate par la formation de Gonzalo Quesada qui sera privée d’éléments précieux dont le trois-quarts centre Waisea, peut-être le meilleur joueur de la saison en Top 14, absent quatre à six semaines en raison d’une blessure au genou, le troisième-ligne Marcos Kremer (déchirure au mollet), infatigable ferrailleur, Antoine Burban (sorti du K.-O. contre l’UBB) ou bien encore le deuxième-ligne Mathieu de Giovanni (épaule).

" On est conscient que l'on s'est fait éjecter du top 6"

Dans les rangs du Racing 92, la problématique n’est pas forcément beaucoup plus simple. Avec deux défaites de rang dont un zéro pointé lors du dernier déplacement à La Rochelle (19-0), les Ciel et Blanc ont rappelé que leur saison est bien fragile. Si l’objectif d’un sacre en Coupe d’Europe est toujours assumé, la formation de Laurent Travers devra montrer un tout autre visage pour espérer une fin de saison en apothéose. " Chaque match est maintenant capital. On est conscient que l'on s'est fait éjecter du Top 6, à nous de faire ce qu'il faut pour y retourner ", insiste le directeur du rugby du club francilien. Mais que ce soit du côté de la Porte d’Auteuil ou du Plessis-Robinson, ces trois derbys pourraient bien chambouler en profondeur l’avenir des deux clubs…

Contenus sponsorisés