Icon Sport

"Premier, deuxième, on n'y attache pas plus d'importance que ça", assure Urios

"Premier, deuxième, on n'y attache pas plus d'importance que ça", assure Urios

Le 03/11/2021 à 14:35Mis à jour

TOP 14 - Nouveau leader du Top 14, l'UBB préfère se concentrer sur son déplacement à La Rochelle, plutôt que sur le classement actuel. Amoindri comme bon nombre d'équipes, le groupe s'attend à une réception "très physique" à Marcel-Deflandre.

Le leader du top 14 en opposition contre des joueurs de Floirac, fédérale 1. C'est le drôle d'entraînement qu'ont vécu les supporters de l'UBB au stade Moga, mardi dernier. Entre les Espoirs retenus ailleurs, les internationaux français argentins, italiens et tongiens partis rejoindre leurs sélections, le staff a dû composer pour le fameux entraînement à haute intensité de la semaine. Aussi, plus que la première place du championnat, c'est plutôt la victoire contre Clermont et surtout le déplacement à La Rochelle qui étaient dans les esprits. "On s'y attendait, confirme Jean-Baptiste Dubié. On savait qu'il allait y avoir un vide entre les premiers appels des Bleus, celui-ci avec les appels des rouges, du Tonga et des autres, on savait que cela allait faire du vide. Plus les blessés. Donc cela fait bizarre, mais cela fait partie des saisons. Ce qui fait aussi que les semaines se suivent et ne se ressemblent pas forcément. Même si on s'entraîne les mêmes jours. On a fait l'entraînement avec des gars de Floirac. C'était assez inédit mais bien."

Alors le statut de leader du championnat, s'il satisfait tout le groupe, n'était pas la première préoccupation du staff. Christophe Urios l'appréciait aussi avec sa verve habituelle : "on a été premier il y a 15 jours (sourire). Je ne sais pas comment le dire. Je ne sais pas si on y attache de l'importance ou pas d'importance. Moi, je trouve que c'est la classe. On est quand même au tiers du championnat, quasiment. Donc cela montre une consistance. Après, voilà, on est content, on est fiers. J'en ai parlé en début de semaine avec eux. Mais là, on est passé à autre chose." Et le "autre chose", c'est La Rochelle, un club qui ne réussit pas vraiment à l'Union.

" On a bien lancé notre saison"

Le club girondin trouve pourtant dans cette première place, la récompense d'un début de saison réussi dans l'ensemble. Mais chacun garde les pieds sur terre. Jean-Baptiste Dubié, le résume bien : "ça fait plaisir, mais on n'a pas préparé le match en regardant le classement. On s'était plutôt focalisé sur le match de Clermont. Et après, cela ne dépendait pas de nous, cela dépendait des résultats des Toulousains. Cela clôture un bon week-end." Pour Christophe Urios, cette place de leader a autant de saveur que celle de la saison inachevée 2019-2020 : "une chose est certaine, c'est qu'il y a un an et demi, elle nous faisait plaisir comme maintenant. Mais j'ai l'impression que depuis un an et demi, on a fait du chemin. Premier, deuxième, on n'y attache pas plus d'importance que ça. Même si on est content."

Top 14 - Jean-Baptiste Dubié (Bordeaux-Bègles) contre Clermont

Top 14 - Jean-Baptiste Dubié (Bordeaux-Bègles) contre ClermontIcon Sport

Ce qui compte aux yeux du manager girondin, c'est plus l'écart avec le 3e : "oui, on regarde ça évidemment ou avec le 7e. Ça et le classement britannique. On a bien lancé notre saison. Mais je le répète, septembre, octobre, c'était important de prendre des points ; ce que l'on a plutôt bien fait. Même si encore une fois, on n'a pas tout bien fait. On a laissé beaucoup de points en route. Alors voilà, novembre, décembre ça se durcit. Que ce soit avec les oppositions ou avec la Coupe d'Europe qui vient se greffer là-dessus. Mais bon, je nous trouve bien."

Garder le rythme

Alors l'UBB va-t-elle s'accrocher à cette place ? Ce n'est pas vraiment la motivation première du groupe. Les nombreux absents poussent le staff à trouver des solutions rapidement pour cette confrontation avec le Stade rochelais. Et d'abord devant, car au poste de pilier gauche, Jefferson Poirot sera absent et comme Thierry Paiva est parti en sélection, il faudra bien trouver une solution. "On a annoncé l'équipe aujourd'hui. On sait sur qui on peut compter. J'ai essayé de poser la question à l'équipe de France, on m'a dit gentiment que l'on aurait la réponse mercredi soir. On va donc attendre mercredi soir et on fera en fonction. Si on en a, tant mieux. Si c'est un gaucher, c'est encore mieux. Si ce n'est pas le cas, on s'organisera différemment. Je ne chiale pas sur la situation. Je ne chouine pas. C'est comme ça." Et avec les départs d'un Petti resplendissant de forme, de Santiago Cordero marqueur de l'essai du bonus, de Ben Tameifuna avec les Tonga ça se complique forcément.

Top 14 - Guido Petti (Bordeaux-Bègles) prend le dessus en touche

Top 14 - Guido Petti (Bordeaux-Bègles) prend le dessus en toucheIcon Sport

Alors conserver cette place ou être deuxième, c'est surtout une histoire de progression confirmée comme l'indique Jean-Baptiste Dubié : "je n'y attache pas forcément d'attention dans le sens où on fixe plutôt des objectifs ou des blocs de matchs avec des points à prendre plutôt que de se caler sur le classement même si à la fin de saison, on a forcément un objectif de classement. C'est bien d'être en haut par rapport à la saison que l'on a fait l'année dernière, celle d'avant. Cela prouve bien qu'on progresse, que l'UBB évolue et cela a une importance du fait que l'on va arriver à la 10e journée. Ça, c'est hyper positif pour la suite." Et la suite, c'est une belle série avec les trois autres demi-finalistes du Top 14 au programme : La Rochelle donc, un déplacement au Racing et la réception du Stade toulousain. Copieux.

" Si tu n'es pas prêt, tu peux ramasser"

Alors, le calendrier a facilité la tâche de l'UBB. Le club de Laurent Marti n'a pas vraiment le temps de s'apesantir sur cette place de leader avec ce déplacement à La Rochelle, équipe qui a subi une vilaine défaite à Perpignan. "Si tu n'es pas capable de te concentrer contre La Rochelle, tu peux repartir avec 80 points comme on a été capable de le faire", prévient le 2e ligne Jandre Marais. Tout le monde a cela un peu dans la tête. On sait que l'on doit être présent, sinon cela va être très dur." Quant à Christophe Urios, son discours était simple et clair, comme il en a l'habitude : "quand tu prends une baffe comme nous, on a pris à Biarritz, en principe, tu réagis. Nous, on n'a plus perdu depuis. On s'attend à un match très physique. Cela reste un match spécial. Si nous, on a besoin de se resserrer parce qu'il manque du monde, eux ils vont se resserrer parce qu'ils nous reçoivent, qu'on est premier, qu'ils ont perdu un match à Perpignan que sûrement, ils pensaient gagner et qu'ils ont besoin de se serrer. Ils auront des absents aussi, comme nous. Ce sera un match d'abord de combat."

Top 14 - Jandre Marais (Bordeaux-Bègles) se débat dans la défense de Clermont

Top 14 - Jandre Marais (Bordeaux-Bègles) se débat dans la défense de ClermontIcon Sport

La Rochelle et son formidable public attendent une UBB qui a changé de statut, mais demeure prudente. "Il faut aller chercher des points partout, explique JB Dubié. Il faut aussi aller faire de bonnes performances chez des gros. On a aussi le statut de premier aujourd'hui. Ce n'est pas pour rien. On ne peut pas donc se ramasser là-bas parce que c'est dur de se relever après une défaite à l'extérieur. Cela reste un match important. Tu n'as pas le droit d'aller là-bas en dilettante, surtout après leur déplacement à Perpignan."Sur sa lancée, l'UBB pourrait bien enfin taquiner les Maritimes sur leurs terres. Ce match de costaud contre une équipe qui met "de la pression par un jeu direct, par le jeu au pied ou par leur défense" dixit le manager girondin pourrait permettre aux Bordelo-Béglais de partir en vacances avec le sentiment du devoir accompli. Et après, "première place, pas première place, à l'heure du match, on ne s'en rappellera plus." Si Christophe Urios le dit...

Contenus sponsorisés