Icon Sport

Petit à petit, les Rochelais montent en puissance

Petit à petit, les Rochelais montent en puissance

Le 28/01/2022 à 14:32Mis à jour Le 28/01/2022 à 18:45

TOP 14 - Deux matchs, deux bonus offensifs, dont un glané à Glasgow, le Stade Rochelais a retrouvé sa solidité grâce à la Coupe d'Europe. La venue de Montpellier au Stade Marcel-Deflandre devrait confirmer cette montée en puissance.

Mais quelle performance ! Planter 4 essais à Glasgow sur sa pelouse fétiche du Scotstoun Stadium, résister à la furia écossaise, c'est du beau et du bon boulot pour La Rochelle. Les hommes de Ronan'O Gara avaient fait le pari "d'aller chercher quelque chose à Glasgow". Pari tenu avec un collectif qui tient enfin un match référence, qui plus est à l'extérieur. Cette belle prestation réalisée sans pas mal de titulaires en puissance (Skelton, Sinzelle, Botia, Liebenberg,..) prouve la montée en puissance de l'équipe double finaliste l'an dernier. Outre un gros combat en défense, notamment dans les rucks, la paire Kerr-Barlow-Popelin ont su manœuvrer avec habileté pour gérer parfaitement ce match. Cette rencontre en terre connue, est à souligner au feutre rouge dans l'année rugbystique des Jaune et Noir. Surtout quand le Top 14 reprend ses droits avec la visite de Montpellier...

Comptez les absents !

Les Rochelais n'ont pas eu trop le temps de se reposer sur leurs lauriers. Car déjà pointe en fin de semaine, un gros client, 4e du Top 14, Montpellier. Et les Maritimes eux, ont perdu au profit de l'équipe de France, une bonne poignée de joueurs clés. Jonathan Danty, resplendissant de santé tout comme Brice Dulin et Greg Aldritt sont restés à Marcoussis quand Jules Favre et Paul Boudehent sont revenus au club. Par contre Thomas Lavault a lui aussi été appelé. Dans le coté malchanceux, on citera Pierre Bourgarit covidé et Uini Atonio blessé. De quoi bouleverser la donne pour la réception de Montpellier.

Car les Héraultais, fort eux aussi, d'une victoire convaincante au Champion's Cup contre Exeter vont venir avec leurs armes favorites : une conquête de fort tonnage, du défi en mêlée et dans les rucks, du jeu au pied avec l'excellent n°10 Garbisi, libéré par la sélection italienne. Un visage similaire à bien des égards à celui des Maritimes.

Un tournant dans la saison

Quatre points séparent Montpellier du club Rochelais. Aussi, ce match retour en Top 14 revêt une importance primordiale pour revenir au classement, marquer son territoire et poursuivre sa progression. Le capitaine Romain Sazy évoquait une rencontre "considérée comme une premier tournant". Un petit coup d'œil au classement avec 2 rencontres en moins, mais surtout aux 3 matchs gagnés à l'extérieur suffit pour comprendre que Montpellier peut vraiment embêter des Rochelais qui joueront sans beaucoup de joueurs phares.

La solution pourrait bien résider dans la capacité à défendre et à neutraliser cette équipe héraultaise. Sébastien Boboul coach des lignes arrières parle de "remporter le combat défensivement". Et par la suite, il faudra aussi bien fragiliser leur ligne agressive en jouant sur les largeurs du terrain. Et une des bonnes nouvelles en provenance de Glasgow, c'est la bonne tenue de la charnière rochelaise. Le duo Kerr-Barlow-Popelin semble bien adapté à la confrontation contre les Héraultais. D'abord, parce que le demi de mêlée néo-zélandais constitue toujours un danger près des lignes et ensuite, car Pierre Popelin a quasiment effectué un sans-faute face aux perches (3 transformations sur 4 et 3 pénalités sur 4). Une efficacité qui manquait depuis le début de la saison aux Rochelais.

Les jeunes au pouvoir ?

Ronan O'Gara et son staff mettront malgré les absences, une équipe qui tiendra largement la route. En première ligne, Uini Atonio a toujours le genou qui grince, Pierre Bourgarit, positif au Covid en début de semaine, n'a pas assez de jours d'entraînement pour postuler. Guram Papidze voire l'ancien international argentin Joël Sclavi et Facundo Bosch devraient les suppléer. En 2e ligne, Rémi Picquette fera la paire avec le capitaine Romain Sazy. En 3e ligne, le retour de Paul Boudehent tout comme celui de Victor Vito ne seront pas de trop pour pallier l'absence de Greg Aldritt. A l'arrière, le retour du papa Jérémy Sinzelle est quasiment sûr. Jules Favre pourrait bien se retrouver à ses cotés. En 9, Thomas Berjon pourrait retrouver le terrain contre Montpellier. Bref, si vous ajoutez les Rhule, Leyds et Buliruarua, cette équipe a de la gueule.

"Le chemin est encore long"

Ce sont les mots de Ronan O'Gara, à l'issue du match contre Glasgow et on peut facilement les reprendre pour ces retrouvailles avec le championnat domestique. La Rochelle remonte en puissance, c'est certain. Mais cela passe d'abord par ce match contre Montpellier. Un défi que seulement 5 000 personnes pourront suivre à Marcel-Deflandre, jauge oblige. Et quelques joueurs en bleus de chauffe dans leurs pioles à Marcoussis. La Rochelle est de retour. Une victoire contre Montpellier ne sera qu'un signe supplémentaire de ce constat.

Contenus sponsorisés