Icon Sport

Perpignan-Biarritz : un duel des promus aux enjeux déjà importants

Perpignan-Biarritz : un duel des promus aux enjeux déjà importants
Par Pablo Ordas via Midi Olympique

Le 09/09/2021 à 15:57Mis à jour

TOP 14 - L’USAP et le BO, les deux équipes promues à l’intersaison, se retrouvent samedi pour un choc du bas de tableau, qui aura déjà son importance dans la lutte pour le maintien.

C’était il y a tout juste trois mois. L’USAP, première de la phase régulière affrontait le Biarritz Olympique (3e). Au bout ? Un titre de champion de France de Pro D2. Sur la pelouse du GGL Stadium de Montpellier, les Catalans, meilleurs dans tous les domaines de jeu, battaient logiquement les Basques (33-14) et une semaine plus tard, le BO validait quand même son ticket pour le Top 14.

Le hasard du calendrier aura donc voulu que les deux promus se retrouvent dès la deuxième journée du championnat, dans l’élite du rugby français. Avec un sentiment de revanche, côté biarrot ? “C’est un adversaire qu’on ne maîtrise pas encore, pose Barnabé Couilloud. Nous les avons battus une fois au cours des deux dernières années. C’était en ouverture du Pro D2 la saison passée. Je ne dirais pas que nous sommes revanchards, même si on n’oublie pas ce qui s’est passé sur la finale puisqu’ils nous ont empêchés d’avoir un titre.

En face, le souvenir de la finale n’a pas été abordé. Ni entre joueurs, ni avec le staff. D’ailleurs, les sang et or n’estiment pas avoir un ascendant psychologique, malgré la dynamique qui parle pour eux. Damien Chouly justifie : “Nous ne sommes plus dans la même saison ni dans le même championnat. Les équipes ont évolué. Très honnêtement, il n’y a pas d’ascendant, bien au contraire. Tout repart à zéro. En juin, nous avions peut-être rencontré des Biarrots un peu fatigués. Ils avaient cravaché toute l’année. Là, nous sommes sur un début de saison, il y a de la fraîcheur et leur effectif est plus étoffé.

Couilloud : Ça peut être quitte ou double

Passé ce volet historique, force est de constater que Biarritz, vainqueur de Bordeaux en ouverture, arrivera en terre Catalane dans une position plus confortable que son hôte. Après tout, les “BOys” se déplacent et ont fait le plein de confiance, alors que l’USAP n’a pas le droit de se trouer devant son public, après avoir raté son match à Brive (36-15). “C’est une première petite finale à Aimé Giral, disait Patrick Arlettaz samedi après-midi en Corrèze. Ce ne sera pas la fin du championnat, mais c’est un rendez-vous important.”

Dans la lutte du bas de tableau au sein de laquelle sont engagées les deux équipes, une victoire des Basques les mettrait à sept ou huit points de l’USAP. Nous n’en sommes qu’à la deuxième journée ? C’est vrai, mais quand on sait qu’un maintien peut parfois se jouer à un point, c’est une première balle de break qu’ont les Biarrots. Même s’il y en aura d’autres. “Que ce soit chez nous ou chez eux, ce match-là va être très important, confirme le demi de mêlée du BO. Il faut absolument gagner et ça va être un beau défi à relever. Nous sommes très tôt dans la saison, mais ça peut vite basculer. Nous sommes sur une bonne dynamique, ils ont perdu leur premier match, donc ça peut être quitte ou double. La confrontation va être plutôt belle.

Ce que l’USAP aura pour elle, en revanche, c’est le soutien d’un public qui sera, à n’en pas douter, révolté samedi. Un peu comme l’étaient les supporters biarrots la semaine passée. “Il y a de la pression, car nous avons envie de débloquer le compteur de victoires au plus vite, avoue Damien Chouly. Mais il y a aussi de l’excitation, car nous jouons notre premier match de Top 14 à Aimé Giral. C’est censé être une fête et, en ce sens, nous galvaniser. Il y a donc un mix entre de la concentration, du bon stress et de l'excitation. Ce sera à nous de faire le boulot sur le terrain. Le BO est bien rentré dans ce championnat. Ils sont en pleine confiance. Nous ne sommes pas encore à notre vrai niveau. Nous voudrons donc montrer notre vrai visage, ce week-end."

Contenus sponsorisés