Icon Sport

Oscar espoir : Lebel, le digne héritier

Oscar espoir : Lebel, le digne héritier

Le 23/09/2021 à 10:12Mis à jour

L'ailier toulousain Matthis Lebel, 22 ans, a été récompensé de l'Oscar espoir, mercredi soir, au MEET de Beauzelle. Meilleur marqueur du club champion de France et d'Europe en titre la saison passée, le double champion du monde moins de 20 ans s'inscrit dans une prestigieuse lignée de grands attaquants.

Mercredi soir, les ailiers toulousains, incarnations du jeu de mains de l’équipe de la Ville rose, ont été mis à l’honneur. Plusieurs générations de finisseurs ont été réunies sur la scène du MEET, à l’occasion de la remise de l’Oscar à Julien Marchand : de Guy Novès à Yoann Huget en passant par David Berty ou Eric Bonneval, les attaquants ont eu droit aux honneurs et à des applaudissements fournis de la part des 3000 personnes présentes.
Le plus jeune d’entre eux, Matthis Lebel, 22 ans, s’est vu, à cette occasion, remettre un Oscar espoir, en récompense de son formidable début de carrière. Le double champion du monde moins de 20 ans a été une des principales révélations de la saison dernière, tous postes confondus : le Gersois d’origine a terminé deuxième meilleur marqueur du Top 14 avec 13 réalisations et deuxième franchisseur avec 31 percées. Après avoir enfilé les essais sur la première partie de championnat, le Toulousain à l’accélération fulgurante était ensuite passé au révélateur des phases finales. Là aussi, il a surpris son monde en se montrant régulièrement décisif – il a marqué au Munster en huitièmes de finale de Coupe d’Europe et en demie contre Bordeaux-Bègles – et en répondant présent en défense comme sur les basiques du poste.

Oscar Midol - Emmanuel Massicard remet l'Oscar espoir à Matthis Lebel

Oscar Midol - Emmanuel Massicard remet l'Oscar espoir à Matthis LebelMidi Olympique

" Atteindre le niveau de mes prédécesseurs
"

"Je suis très content de la saison que j'ai accomplie, nous expliquait-il récemment. Mais c'est déjà oublié. Comme Ugo nous l'a dit à la reprise, toutes les cartes sont rebattues. Il faut prouver de nouveau, confirmer." Cette quête d’excellence doit le mener encore plus haut, toujours plus loin : "J'essaye de ne pas rester sur mon petit nuage et de me remettre à travailler". Mercredi soir, "celui qui tape à la porte du XV de France", dixit Fabien Galthié mais que l’encadrement n’a pas pu prendre jusqu’à présent a trouvé une belle matière à inspiration en regardant autour de lui : "Il me faut poursuivre mes efforts pour atteindre le niveau de mes prédécesseurs", s’est-il projeté, en évoquant ses axes de travail : "Au niveau de mon activité, il faut que je sois un peu plus profond sur les ballons et améliorer mon jeu au pied." Ugo Mola, le manager qui a tant cru en lui, n’en attend pas moins de son talentueux protégé.

Contenus sponsorisés