Icon Sport

"On a la survie du club entre les mains..." Le top des déclas du week-end !

"On a la survie du club entre les mains..." Le top des déclas du week-end !
Par Rugbyrama

Le 24/05/2022 à 08:35Mis à jour Le 24/05/2022 à 08:39

TOP 14 - De la défaite d'un CA Brive jouant son maintien, à la polémique des "quatorze secondes" du Stade toulousain, en passant par des adieux... Voici le top des déclas du week-end !

Avant-dernière journée du Top 14 oblige, ce week-end a été chargé en tensions. De plus, l'étape de Sevens à Toulouse a apporté son lot de surprises.

"On a la survie du club entre les mains", a déclaré le Corrézien Abadie avant le match de Perpignan face à Castres, par rapport au maintien du club (Brive) en Top 14. Il explique notamment que le match face au Stade français dans deux semaines sera d'une importance capitale pour le maintien, car, en cas de défaite briviste et de victoire perpignanaise, les premiers nommés descendraient en Pro D2.

" La supériorité de Toulouse était manifeste"

Jonathan Laugel, joueur de l'équipe de France à 7, a expliqué les ambitions du groupe français après la victoire sur le gong lors de la petite finale face aux Samoans (17 - 12). "Ce que je veux ? Marquer l'histoire", a déclaré Laugel.

"La supériorité de Toulouse était manifeste, nous avons décidé de ne rien faire". Brive ne fera donc pas recours pour les 14 secondes de jeu effectif en supériorité numérique qu'ont obtenu les Toulousains grâce à une erreur d'arbitrage, car cet incident n'a pas influencé le résultat final.

" Mon corps et ma tête ont dit stop"

La forme du moment est plus importante que le statut au CO, quel qu'il soit : "Sportivement, c'est un championnat tellement dur qu'on met les meilleurs sur le terrain". C'est comme cela que Pierre-Henry Broncan a justifié l'absence de Kockott sur la feuille de match, pour ce qui est probablement son dernier à Castres. Alors qu'on aurait pu penser que le double champion de France (2013, 2018) disputerait au moins une partie du match, cela n'a pas été le cas, puisqu'il a passé la rencontre en tribunes.

"Mon corps et ma tête ont dit stop", raconte Antoine Burban dans une interview exclusive accordée à Midi Olympique. Sa retraite est annoncée pour la fin de la saison, alors que son contrat expire le 30 juin. Il raccroche les crampons après 16 années au club, dont deux titres de Top 14 (2007, 2015) et une Challenge Cup en 2017.

Contenus sponsorisés