Icon Sport

Montpellier rejoint Castres en finale en battant l’UBB grâce à ses buteurs

Montpellier rejoint Castres en finale en battant l’UBB grâce à ses buteurs
Par Rugbyrama

Le 18/06/2022 à 23:02Mis à jour Le 18/06/2022 à 23:58

TOP 14 - Qualifié directement en demi-finale, Montpellier a fait valoir son statut en battant l’Union Bordeaux-Bègles 19-10 à l’Allianz Riviera de Nice. Grâce aux drops et pénalité de loin, les joueurs de Philippe Saint-André vont retrouver Castres la semaine prochaine au Stade de France, avec l’ambition de remporter son premier titre de champion de France.

Dans la chaleur écrasante du mois de juin, le MHR a su mettre à profit sa semaine de repos avant cette rencontre, pour se montrer plus frais que l’UBB. Pour la seconde année de rang, les hommes de Christophe Urios tombent aux portes de la finale, que les Montpellierains atteignent au bout d’une saison en tout point remarquable et grâce à deux drops et deux pénalités de plus de 50 mètres.

Dans un début de rencontre agréable et sans temps-mort, Montpellier a trouvé la faille en premier sur une récupération de balle consécutive à coup de pied de renvoi, suivi d’un bon jeu de passes, créant un décalage sur l’aile de Vincent Rattez (7-3, 6e minute). Un Montpellier réaliste et plus tranchant, qui s’appuyait ensuite sur un bon groupé-pénétrant pour partir dans l’axe des 22 mètres, où Paolo Garbisi passait un premier drop, pour donner 7 points d’avance aux siens. Mais si Montpellier s’est montré fort généreux dans les initiatives au cours du premier quart d’heure, le MHR le payait cher sur un ballon de turnover, qui faisait suite à une faute adverse. L’avantage une fois envolé, le ballon trainait au sol malgré un surnombre intéressant, et Mathieu Jalibert en profitait pour pousser au pied dans le dos du dernier rideau défensif, avant de plonger en glissade dans l’en-but pour égaliser.

Malgré une domination, tant dans la possession que dans l’occupation de la part des Girondins, la meilleure impression était pourtant en faveur du MHR. Avec justesse et réalisme, les hommes de Philippe Saint-André ont finalement basculé en tête à la pause, avec un second drop réussi cette fois-ci par Anthony Bouthier pour un 13-10 finalement assez logique, dans le sillage d’un Zack Mercer plein de jus et dans tous les bons coups.

L’activité folle de Mercer et l'entrée d'Aprasidze, au service du réalisme héraultais

Toujours entreprenant dans le début du second acte, les bordelais se sont peu à peu perdus dans les rucks, où la défense du MHR a fait la loi. Pourtant, avec 3 petits points d’écart, les deux équipes se craignaient et prenaient de moins en moins d’initiatives, au coeur d’un jeu plus haché par des petites fautes et empêchant de donner de la continuité au jeu. Pour tenter de faire sauter le verrou montpellierain, Christophe Urios faisait alors le choix de sortir prématurément Jalibert, avant même l’heure de jeu. Avec François Trinh Duc en chef d’orchestre, Bordeaux restait plus entreprenant dans le jeu, mais se cassait les dents sur la défense adverse.

Patient, Montpellier était encore plus réaliste, profitant d’une pénalité à plus de 55 mètres d’Aprasidze, pour inscrire les premiers points après la pause, et surtout prendre 6 points d’avance à 10 minutes de la fin du match. Malgré le retour sur la pelouse de Jalibert, Bordeaux perdait peu à peu le fil et ne trouvait aucune solution pour inverser une tendance qui semblait alors de plus en plus immuable. Au bout d’une seconde période étouffante, par la chaleur et par le suspens, Montpellier remportait finalement le bras de fer, résistant jusqu’au bout aux derniers assauts bordelais et grâce à une nouvelle pénalité de plus de 50 mètres d’Aprasidze, entrant presque anonyme, devenu héros dans l'Hérault en seulement quelques minutes. Les joueurs de Montpellier pouvaient alors hurler leur bonheur de se qualifier pour la finale en scellant le score 19-10.

Au terme d’une très longue saison, c’est donc Montpellier qui se rendra au Stade de France vendredi prochain pour défier Castres, dans une rencontre qui opposera les deux meilleures équipes de la saison régulière. Montpellier et son président Mohed Altrad vont tenter de décrocher leur tout premier Bouclier de Brennus, à peine un an après une saison particulièrement difficile. L’occasion aussi de prendre sa revanche pour le MHR, après la finale perdue en 2018 face à ces mêmes Tarnais.

Contenus sponsorisés