Icon Sport

Montpellier - Racing 92 : rêver de demi-finale ou voir le top 6 s'échapper

Montpellier - Racing 92 : rêver de demi-finale ou voir le top 6 s'échapper
Par Rugbyrama

Le 21/05/2022 à 14:33Mis à jour Le 21/05/2022 à 15:24

TOP 14 - Montpelliérains et Racingmen se retrouvent ce samedi dans un duel décisif au vu de la qualification pour les phases finales de championnat. En cas de succès l’une des deux équipes pourra rêver de demi-finale directe, l’autre devra batailler pour conserver sa place dans les six. Retour en détail sur cette rencontre au sommet.

Que penser de cette rencontre ? Si sur le papier ce choc entre premier et quatrième du championnat a fière allure, la forme des deux équipes vient brouiller cette réflexion. Ayant connu des hauts et des bas durant toute la saison, et Montpellier et le Racing ne semblent pas au mieux en cette fin de championnat. Pourtant les quatre, voire cinq points, de la victoire seront indispensables pour ces deux formations espérant se qualifier pour les phases finales.

Les enjeux de ce choc

Le MHR, premier du classement, veut l’emporter pour assurer sa qualification et avoir les cartes en mains pour accéder directement aux demi-finales alors qu'il lui restera qu'un utlime déplacement à Clermont lors de la dernière journée. De leur côté, les joueurs de Laurent Travers n’ont d’autres choix que la victoire pour espérer se qualifier dans les six. Entre ce déplacement périlleux au GGL Stadium et la réception de Toulonnais marchant sur l’eau en cette fin de championnat, les Racingmen ont un calendrier défavorable pouvant leur coûter leur place dans le top 6. Au classement, les Parisiens n’ont que quatre points d’avance sur le septième : La Rochelle. Au match aller, Montpellier l’avait emporté sur la pelouse de la Paris La Défense Arena (21 - 32).

Montpellier prend l’eau

L’irrégularité. C'est le mot juste pour décrire cette équipe héraultaise capable du meilleur comme du pire. Après un début de championnat poussif terni par de courtes défaites évitables, cette dernière a su trouver des ressources en plus, pour se hisser au niveau des tout meilleurs. Il aura fallu une énième déception à la dernière minute contre Clermont-Ferrand à domicile, en octobre dernier, pour transfigurer tout un groupe.

Dès lors, les Montpelliérains ont trouvé ce fameux “petit truc en plus” recherché par tous les entraîneurs et ont maltraité leur concurrence. Si bien qu’avec dix matchs sans défaites entre la Toussaint et fin février, le MHR était l’équipe à battre.

Leader depuis la 21ème journée, la dynamique a toutefois changé. Un boulon mal huilé semble avoir enrayé la machine montpelliéraine qui reste sur quatre défaites de rang toute compétition confondue. Jadis, les espaces se créaient rapidement après quelques phases de jeu, maintenant, la donne est tout autre. Les joueurs de Philippe Saint-André n’arrivent plus à réciter leur jeu et semblent à court d'idées.

Un Racing bipolaire

De son côté, le Racing 92 est en meilleure forme mais manque de constance au cours des 80 minutes de jeu. Si en Top 14, les Ciel et Blanc ont remporté leurs trois dernières rencontres, la défaite contre La Rochelle en demi-finale de Champions Cup a remis des doutes dans les têtes. Se reposant trop souvent sur les exploits individuels de ses meilleurs joueurs, le collectif parisien est parfois en difficulté lors des grands rendez-vous. Lors de cette demi-finale, les joueurs de Laurent Travers ont manqué cruellement de discipline (19 pénalités concédées) et n’ont, de ce fait, pas pu exploiter autant de ballons d’attaque qu’espéré. Dans le rugby, c’est le collectif qui fait briller les individualités et non pas l’inverse, et ça les Parisiens ne doivent pas l’oublier. Pour autant, les Racingmen ont aussi réalisé l'exploit de battre les deux anciens leaders du championnat à l’extérieur (Toulouse et Bordeaux). Alors pourront-ils faire la passe de trois en l’emportant au GGL Stadium ?

Une rencontre fermée ?

Le match pourrait bien être cadenassé, comme souvent lors des grandes affiches, à Yves du Manoir, cette saison. Depuis septembre, les Héraultais solides à domicile, n’ont perdu que trois rencontres, à chaque fois de moins de deux points. Quand le Racing est l’équipe qui gagne ses matchs à l’extérieur contre les leaders du championnat, Montpellier est à l’exact opposé. Les joueurs de Saint-André sont tombés, à domicile, contre les deux anciens leaders Toulouse (15 - 17) et Bordeaux (22 - 23), et contre Clermont (20 - 22).

Toutefois, premier et quatrième du classement remportent généralement leurs matchs grâce à leur jeu de mouvement se prêtant à des parties décousues avec un brin de folie. Reste donc à voir si les qualités offensives de ces deux armadas délivreront une rencontre plaisante d’un point de vue rugbystique ou si l’enjeu rattrapera le jeu et produira un match fermé.

Montpellier avec le retour de ces cadres, le Racing dans la continuité

C’est l’infirmerie bientôt vidée que les Montpelliérains attendent leur adversaire du jour. Pendant longtemps décimé, le quinze de départ héraultais est enfin regarni de joueurs d’expérience. Paolo Garbisi, Mohamed Haouas, Anthony Bouthier, Titi Lamositele, Jan Serfontein, Nicolaas Janse van Rensburg ou encore Geoffrey Doumayrou sont de retour et compensent, entre autres, les absences de Willemse, Reinach et Vincent.

De plus, ce sera jour de fête à Montpellier, cet après-midi. Le public du GGL Stadium célébrera le départ de l’emblématique Fulgence Ouedraogo, mais aussi ceux de Benoit Paillaugue, Kélian Galletier, Misha Nariashvili, Martin Devergie, Guilhem Guirado et Handré Pollard. Il ne fait aucun doute que le leader aura une motivation supplémentaire pour fêter dignement le départ de ses joueurs.

Face à eux, Laurent Travers a misé sur la continuité et a aligné une équipe type, similaire à celle ayant affronté La Rochelle en Champions Cup. Manque toutefois à l’appel, Finn Russell, Max Spring, Baptiste Chouzenoux, Kurtley Beale et Trevor Nyakane.

Contenus sponsorisés