Icon Sport

Montpellier renverse Castres à la maison

Montpellier renverse Castres à la maison

Le 27/11/2021 à 16:46Mis à jour Le 27/11/2021 à 17:30

TOP 14 - Le MHR s’est imposé contre le CO grâce à un essai inscrit par Jan Serfontein dans les dernières secondes de jeu au terme d’un incroyable chassé-croisé (25-24). Castres repart avec le bonus défensif, bien maigre consolation alors que les Tarnais avaient le match en main.

Quel scénario renversant ! Montpellier voulait offrir une belle fête à son capitaine Fulgence Ouedraogo qui disputait son 332e match sous les couleurs du MHR, et bien mission accomplie, dans la douleur néanmoins ! Menés 18-24 après avoir encaissé deux essais en deux minutes (72e, 74e), les Cistes ont su se remobiliser dans les derniers instants du match pour réaliser la passe de quatre. Solide en conquête, c’est dans ce secteur que Montpellier est allé chercher ce succès ô combien important. Il reste deux minutes à disputer et le CO se retrouve pénalisé dans ses 22m.

Montpellier n’a pas d’autre choix que la pénaltouche si il souhaite ne pas subir son troisième revers au GGL Stadium cette saison. Le maul se structure mais s’effondre à quelques centimètres de l’en-but tarnais. Reinach décide alors de libérer rapidement ce ballon pour Jan Serfontein. Le centre Springbok tente d’y aller en force et aplati du bout des doigts. Le public montpelliérain retient son souffle lorsque M. Cayre fait appel à la vidéo. Essai logiquement accordé, c'est la délivrance pour les hommes de Philippe Saint-André.

Un chassé-croisé durant 80 minutes, Castres laisse trop de points en route

Le Castres Olympique peut nourrir de gros regrets à la vue de sa nette domination en première période. Les joueurs de Pierre-Henry Broncan subtilisent le ballon à des Montpelliérains qui doivent faire le dos rond tout au long des trente premières minutes du match. Sevré de munitions, le MHR brille toutefois dans le secteur défensif et notamment dans le jeu au sol et parvient à mettre en échec les offensives castraises. Dominé territorialement, Montpellier ne cède finalement qu’à la 28e minute de jeu sous les assauts du CO. Sur une pénalité rapidement jouée à la main dans les 22m héraultais, Quentin Walcker est pris à quelques encablures de la ligne par Grégory Fichten. Après plusieurs percussions, Kevin Kornath prend le dessus pour inscrire en force le premier essai de la partie et récompense enfin les efforts de ses partenaires. Castres prend logiquement l’avantage malgré la transformation manquée par Ben Botica (3-8).

Les Cistes prennent néanmoins l’ascendant dans le secteur de la mêlée fermée. Sur une pénaltouche bien captée par le capitaine Fulgence Ouedraogo, le maul se structure et envoie Jérémie Maurouard en dame à quelques minutes de la pause. Montpellier bascule en tête, un peu contre le cours du jeu (8-7).

Au retour des vestiaires, Castres se présente avec les mêmes intentions de jeu. Paul Willemse voit jaune pour une charge avec le bras en avant sur Staniforth. Une supériorité numérique que mettent à profit les Tarnais sur un magnifique essai signé Geoffrey Palis, servi d’une magnifique chistera de Ben Nicholas. Pas dans un grand jour au pied, Ben Botica manque la transformation (11-12, 59e). Montpellier panique, à l’image de la pénalité manquée par Garbisi quasiment face aux poteaux (62e). Un mal pour un bien car Palis prend la pression derrière son en-but. Et sur la mêlée qui suit, le MHR joue bien le coup en cassant le rythme. Willemse fait son retour et Montpellier est de nouveau à 15

C’est alors que Reinach envoie Bouthier sous les poteaux (18-12, 66e). Le plus dur est-il fait ? Non car Castres inscrit tout simplement deux essais en deux minutes. Tout d’abord par Ardron décalé en bout de ligne après un gros travail de Dumora. Malheureusement pour le CO, Botica manque la transformation (18-17, 72e). Peu après le renvoi, Garbisi tente une diagonale risquée. Mauvais rebond, Dumora en profite pour tromper la défense avant de trouver Ben Nicholas au soutien (18-24, 74e). Castres tient alors sa 4e victoire consécutive face à Montpellier. Jusqu’à l’ultime sursaut signé Jan Serfontein...

Contenus sponsorisés