Icon Sport

Mignoni : "On a eu le chaud et le froid. Il y a une marge de progression importante"

Mignoni : "On a eu le chaud et le froid. Il y a une marge de progression importante"

Le 06/09/2021 à 08:48Mis à jour Le 06/09/2021 à 14:52

TO 14 - Le LOU a soigné son entrée dans cette nouvelle saison en venant à bout de Clermont (28-19), ce dimanche. Le mot "solidarité" est beaucoup ressorti dans les échanges d’après-match. Clairement, les Gones savent qu’ils devront confirmer cette performance qui met en avant la dynamique d’un groupe.

Les Lyonnais ont attendu pendant des mois de pouvoir retrouver leur enceinte avec du public, et c’est peut-être aussi cela qui a entrainé ce côté brouillon sur cette entame face à Clermont, ce dimanche au Matmut Stadium de Gerland. "Je pense que c’est un peu normal car cela faisait 18 mois que l’on attendait d’être dans une ambiance comme celle-là. Il y avait beaucoup d’énergie et on était peut-être un peu excité. On a eu des moments difficiles et l’on attendait cela avec impatience", explique l’arrière Toby Arnold. Car il est vrai que l’atmosphère au stade, garni de 13 894 spectateurs, était enthousiasmante. Et que le LOU a été plutôt timoré en début de partie. Pour autant, Pierre Mignoni estime que son équipe "s’est surtout rendue le match compliqué en leur faisant beaucoup de cadeaux avec notre indiscipline. Faire une faute peut arriver, mais en faire une deuxième ou une troisième sur la même action, cela s’appelle de la débilité, lance-t-il avec malice. Ce sont surtout des bêtises, un manque de concentration et de lucidité. Il va vite falloir rectifier cela."

Voilà un premier message passé par le technicien, qui sait que ce n’est que la première sortie de la saison. "On a montré du caractère (pour renverser le match) mais il faudra le montrer sur le long terme", estime-t-il, sachant que la défense a ensuite permis de tenir le résultat. "La solidarité et l’entraide masquent certaines choses mais notre défense a été agressive. Heureusement que l’on défend bien sur les quinze dernières minutes. On doit être beaucoup plus propre, calme et serein. On a eu le chaud et le froid et il y a une marge de progression importante." Pour autant, le constat reste – en tout logique – positif et s’accompagne d’une forme de soulagement. "On savait que ce ne serait pas un match simple. Je suis assez fier. On a un effectif très réduit (du fait de l’absence des internationaux) et les joueurs se sont mobilisés durant toute la préparation pour mettre rapidement une bonne énergie et se payer ce soir (dimanche, ndlr)", enchaine le technicien, obligé de lancer en TOP 14 un talonneur de 20 ans – Yannis Charcosset – au poste de troisième ligne !

Une pelouse synthétique bien appréhendée

Et l’autre fait de ce LOU-ASM, c’était la première du club rhodanien sur sa nouvelle pelouse synthétique, et ce alors qu’il n’avait pas cinq séances collectives sur cette surface livrée fin août ! Les trois essais inscrits par Lyon démontrent en tout cas une belle et rapide adaptation, avec du jeu de mouvement et de la vitesse d’exécution propre à cette surface. "Elle modifie les appuis. On sent davantage les rebonds dans les muscles, analyse Pierre Mignoni. C’est beaucoup d’exigence, aussi dans les libérations, le jeu au sol et les zones de combat où il faut être précis, sinon le ballon roule." Voilà qui demande confirmation, et surtout une adaptation au quotidien, comme le rappelle Jérôme Rey. "Même si je suis mobile, je suis lourd et il faut protéger les genoux et les chevilles", insiste le pilier. Cela reste encourageant, à l’image du premier succès d’un club qui sort d’une saison terminée à la 9e place et dont on répète qu’il est revanchard sans le placer comme un favori à la qualification.

Contenus sponsorisés